Pro­me­nade in­so­lite : Pierre qui roule...

Un cas unique en France : di­rec­teur de théâtre et cou­reur cy­cliste. A Saint-Lô, Pierre en tête de pe­lo­ton.

La Manche Libre (Avranches) - - Decouverte - Alain Fergent

C’était en mai der­nier à PontHé­bert, une der­nière bosse avant la ligne d’ar­ri­vée. Il a le­vé les bras au ciel. Sa der­nière vic­toire sur un vé­lo re­mon­tait à 1992.

A cha­cun son Tour

Pierre Quer­niard, la soixan­taine, fête son 10e an­ni­ver­saire à la tête du Théâtre de Saint-Lô et re­vit sa course de Pont-Hé­bert, un cir­cuit d’une soixan­taine de ki­lo­mètres, comme s’il était en­core ga­min. “J’ai hé­si­té deux se­condes en me de­man­dant la­quelle des roues de mes com­pa­gnons d’échap­pée j’al­lais prendre. Et puis ça s’est dé­ci­dé d’un coup. J’ai gi­clé au mi­lieu du groupe. Les bosses, j’adore ça. J’ai une mor­pho­lo­gie de grim­peur”. A l’heure où dé­marre cette se­maine la Grande Boucle, il est sans doute l’un des seuls di­rec­teurs de théâtre en France à ap­puyer chaque se­maine sur les pé­dales, pas­sion­né de vé­lo, com­pé­ti­teur dans l’âme et cham­pion à ses heures. Li­cen­cié de l’ASPTT de Saint-Lô pour ses sorties d’en­traî­ne­ment avec les co­pains – une cen­taine de ki­lo­mètres ava­lés la se­maine - c’est avec un dos­sard de l’ES To­ri­gni qu’il s’aligne au dé­part des courses com­mu­nales, ni­veau dé­par­te­men­tal. C’est du sé­rieux : le théâ­treux qui s’était mis en congé de com­pé­ti­tion s’y est re­mis voi­là trois ans. Il en­chaîne les courses à 35-36 km/h de moyenne. Les cy­clistes du di­manche ap­pré­cie­ront la per­for­mance ! “Le vé­lo, dit Pierre Quer­niard ins­tal­lé à son bu­reau de di­rec­teur, c’est ma ligne de vie, mon fil conduc­teur, ma sou­pape, un équi­libre in­dis­pen­sable. En clair, c’est mon ADN. C’est d’ailleurs lui qui d’une cer­taine fa­çon m’a ra­me­né au théâtre”. Comment ce­la ? “En rou­lant avec un ami co­mé­dien qui m’a in­vi­té à par­ti­ci­per à sa troupe. Je me sou­viens : en­semble on ré­pé­tait nos textes le nez sur le gui­don”. Il a fait plu­sieurs mé­tiers – me­nui­sier, che­mi­not, ani­ma­teur socio-cultu­rel - avant de de­ve­nir homme de théâtre, mais n’a ja­mais dé­chaus­sé du pé­da­lier. Le vi­rus du cy­clisme l’a pris quand il avait 17 ans, en écou­tant le Tour de France à la ra­dio, dans la ré­serve d’une épi­ce­rie d’un de ses cou­sins où il tra­vaillait l’été pour se faire un peu d’ar­gent de poche. “Quand j’ai ter­mi­né la sai­son, j’ai pré­fé­ré al­ler m’ache­ter un vé­lo plu­tôt qu’une mo­by­lette !” Cette an­née­là, Pou­li­dor ter­mi­nait en­core 2e de la Grande Boucle, un autre temps. Rien à voir avec le pe­lo­ton d’au­jourd’hui. “Quand je re­garde le Gi­ro ou le Tour à la té­lé, je me dis que le cy­clisme est de­ve­nu scien­ti­fique. C’est un autre monde, pas le mien”. Il y a comme un pe­tit air de nostalgie dans les rayons. Il ad­mire Hi­nault, le blai­reau, un “sa­crée ca­boche”, s’en ins­pire aus­si à sa ma­nière. “Je suis quel­qu’un de per­sé­vé­rant. Le cy­clisme m’a ai­dé à me fixer des ob­jec­tifs et à les te­nir”.

Le Ven­toux au Fes­ti­val d’Avi­gnon

A s’as­treindre aus­si à une vé­ri­table hy­giène de vie, y com­pris quand il court les spec­tacles pour pré­pa­rer la sai­son de son théâtre. Cet été au Fes­ti­val d’Avi­gnon, son vé­lo ne se­ra ja­mais loin. “J’en pro­fite aus­si pour grim­per le Mont Ven­toux”. Une mon­tagne, une de plus à son ac­tif. “Mon sou­ve­nir le plus fort ? Avoir fait le raid cy­clo de la Mar­motte. En­chai­ner dans la même jour­née, le col de la Croix de Fer, le Glan­don, le Té­lé­graphe, le Ga­li­bier et l’Alpe d’Huez”. En scène ou en selle, Pierre qui roule.

Pierre Quer­niard en te­nue de cy­cliste de­vant les portes du Théâtre de Saint-Lô qu’il di­rige de­puis dix ans. Li­cen­cié à l’ES To­ri­gni, l’homme de théâtre est sans doute un cas unique en France : entre deux spec­tacles, il par­ti­cipe à de nom­breuses courses ama­teurs dans la ré­gion. Ré­cem­ment, il a rem­por­té celle de Pont-Hé­bert. Chaque se­maine, il s’en­traîne sur les routes de la ré­gion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.