“Une ac­ti­vi­té en hausse”

La Manche Libre (Avranches) - - Avranches -

La Po­ly­cli­nique hé­berge le centre de coor­di­na­tion

Qu’est-ce qu’un centre de coor­di­na­tion en can­cé­ro­lo­gie (3C) ?

Il per­met d’in­di­vi­dua­li­ser la prise en charge de chaque pa­tient at­teint d’un can­cer, de lui trou­ver le meilleur trai­te­ment pos­sible en lien avec le mé­de­cin ou l’éta­blis­se­ment au­to­ri­sé en can­cé­ro­lo­gie dans le­quel il est pris en charge. La Po­ly­cli­nique de la baie qui traite le plus de pa­tients at­teints du can­cer, hé­berge le 3C au­quel sont rat­ta­chés le centre hos­pi­ta­lier d’Avranches-Gran­ville, l’hô­pi­tal Me­mo­rial de Saint-Lô et la Po­ly­cli­nique de la Manche à Saint-Lô. Il se réunit tous les lun­dis soir à 18 h sous la ges­tion du mé­de­cin co­or­do­na­teur, le doc­teur Eli­sa­beth Da­doun. Les dis­cus­sions avec les pra­ti­ciens des autres éta­blis­se­ments se dé­roulent en vi­sion confé­rence. Comment évo­lue la prise en charge du can­cer dans le centre et sud-Manche ?

En 2018, 3 500 dos­siers ont été ou­verts au centre de coor­di­na­tion en can­cé­ro­lo­gie. De­puis douze ans, l’ac­ti­vi­té du centre a aug­men­té de 70 %. La mise en place du 3C as­sure une prise en charge équi­table pour tous les pa­tients at­teints d’un can­cer et une même offre de soins. Il per­met éga­le­ment de rendre les pra­tiques plus qua­li­ta­tives, trans­pa­rentes et tra­çables. Qui fait quoi. Nous pre­nons en compte le contexte so­cial de la per­sonne. Par exemple, si elle est iso­lée, nous pou­vons pres­crire une hos­pi­ta­li­sa­tion à do­mi­cile.

L’ar­ri­vée d’un tep-scan se­ra un atout de plus pour le centre ?

Oui, car il per­met­tra de réa­li­ser des diag­nos­tics plus pré­coces. Ce­la au­ra un ef­fet boule de neige chez les pa­tients qui ver­ront leur temps d’at­tente di­mi­nuer.

Agathe Four­nier, se­cré­taire du centre de coor­di­na­tion en can­cé­ro­lo­gie.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.