Comment sau­ver l’abat­toir ?

La Manche Libre (Avranches) - - Saint-Hilaire -

Les syn­di­ca­listes de la Con­fé­dé­ra­tion pay­sanne, éle­veurs et clients de l’abat­toir de Saint-Hi­laire, ont ex­pri­mé leurs in­quié­tudes en ap­pre­nant les me­naces qui pe­saient sur cet ou­til de proxi­mi­té. Une table ronde avec les ac­teurs de la fi­lière se­ra or­ga­ni­sée le 8 juillet.

La Con­fé­dé­ra­tion pay­sanne veut le main­tien de cet ou­til de proxi­mi­té.

In­quiets et sou­cieux de main­te­nir l’abat­toir de Saint-Hi­laire, “un ou­til de proxi­mi­té es­sen­tiel en mi­lieu ru­ral pour ré­pondre aux nou­veaux en­jeux so­cié­taux”, des syn­di­ca­listes de la Con­fé­dé­ra­tion pay­sanne, tous éle­veurs et clients de l’éta­blis­se­ment, ont ré­cla­mé des comptes, mer­cre­di 27 juin, en se mo­bi­li­sant pa­ci­fi­que­ment dans l’en­ceinte de l’abat­toir. Em­me­nés par Yves Sau­va­geat, por­te­pa­role du syn­di­cat agri­cole, et sou­te­nus par Fran­çois Du­four, con­seiller ré­gio­nal, les syn­di­ca­listes ont été re­çus par le dé­lé­ga­taire de ser­vice pu­blic, Ma­nuel Prin­gault, “heu­reux de ne plus se sen­tir seul”, at-il d’em­blée dé­cla­ré. Ce der­nier ayant dé­po­sé, à titre conser­va­toire, un plan de sau­ve­garde au tri­bu­nal de com­merce de Cou­tances, afin de se don­ner un peu de temps pour cher­cher un plan d’équi­libre viable pour cet éta­blis­se­ment in­ter­com­mu­nal. Quitte à le re­struc­tu­rer. Et ce, afin d’évi­ter qu’une li­qui­da­tion ju­di­ciaire ne soit pro­non­cée. “Je n’avais pas le choix, je ne pou­vais plus payer de toute fa­çon”, lâche le ges­tion­naire. Rap­pe­lons qu’il avait dé­jà in­jec­té 80 000 € de sa poche l’an der­nier, alors que la com­mu­nau­té d’ag­glo­mé­ra­tion ac­cor­dait “une sub­ven­tion ex­cep­tion­nelle” de 60 000 € de fonds pu­blics pour ten­ter d’équi­li­brer pro­vi­soi­re­ment les comptes. Crai­gnant “un manque et des sur­coûts en cas de fer­me­ture du site”, la di­zaine de syn­di­ca­listes a sou­hai­té avoir des réponses à ses ques­tions, ré­cla­mant da­van­tage de “trans­pa­rence” sur la si­tua­tion du “der­nier abat­toir pu­blic du ter­ri­toire”, de nou­veau dé­fi­ci­taire de “100 000 à 150 000 €”, après une baisse, “d e p u i s 2015” de son chiffre d ’a ffa i re s. Le mon­tant de “120 000 €” ayant été maintes fois évo­qué. “Nous sommes convain­cus de la né­ces­si­té de conser­ver cet abat­toir lo­cal, ex­plique Yves Sau­va­get. Ce­la s’ins­crit plei­ne­ment dans un pro­jet, qui ne reste pour l’heure qu’un dis­cours de fa­çade por­té par des po­li­tiques: à sa­voir un ap­pro­vi­sion­ne­ment lo­cal, des cir­cuits courts, le bie­nêtre ani­mal et une lutte contre les pro­blèmes liés à l’éco­lo­gie. La pré­sence d’un abat­toir de proxi­mi­té, ça de­vrait pour­tant leur conve­nir, non?” La Con­fé­dé­ra­tion pay­sanne en­tend bien “se don­ner les moyens de com­prendre comment on en est ar­ri­vé à une telle si­tua­tion (...) Avant que la jus­tice ne se pro­nonce sur sa via­bi­li­té, on veut un dé­bat pu­blic pour sa­voir ce qu’on fait de cet ou­til. On veut donc connaître le vo­lume exact par ca­té­go­rie, la ta­ri­fi­ca­tion, le mon­tant du loyer pour les lo­caux et la comp­ta­bi­li­té puisque l’on est ici sur un abat­toir pu­blic.”

Après le ras­sem­ble­ment à l’ap­pel de la Conf’, qui n’a dé­bou­ché au fi­nal que sur une ana­lyse his­to­rique et conjonc­tu­relle sans autre dé­tail, Da­vid Ni­co­las, pré­sident de l’ag­glo, a ren­con­tré, le même jour, le syn­di­cat. “Il nous a af­fir­mé que cet ou­til est d’une grande né­ces­si­té dans le dé­ve­lop­pe­ment du ter­ri­toire, de la fi­lière viande de proxi­mi­té et contri­bue for­te­ment à la ré­ponse des nou­veaux en­jeux so­cié­taux. Et il s’est en­ga­gé à réunir un groupe de tra­vail avec tous les uti­li­sa­teurs (éle­veurs, bou­chers, consom­ma­teurs, gros­sistes…)”, ex­plique le syn­di­cat. Ne sou­hai­tant pas se pro­non­cer avant d’avoir “une vi­sion glo­bale de la ques­tion”, Da­vid Ni­co­las de­vait d’abord ren­con­trer le ges­tion­naire Ma­nuel Prin­gault, mer­cre­di 3 juillet. Et ce, avant une table ronde avec tous les ac­teurs de la fi­lière qui se­ra or­ga­ni­sée en pré­sence du sous­pré­fet de la Manche, lun­di 8 juillet. Pour des­si­ner l’ave­nir de l’abat­toir pu­blic qui em­ploie “32 sa­la­riés”.

Une table ronde se­ra or­ga­ni­sée lun­di 8 juillet

Des syn­di­ca­listes de la Con­fé­dé­ra­tion Pay­sanne, tous éle­veurs et clients de l’éta­blis­se­ment, ont ré­cla­mé des comptes, mer­cre­di 27 juin, en se mo­bi­li­sant pa­ci­fi­que­ment dans l’en­ceinte de l’abat­toir.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.