Il veut ache­ter un des bar­rages sur la Sé­lune

La Manche Libre (Avranches) - - Avranches -

Sen­sible aux ques­tions d’en­vi­ron­ne­ment et de pré­ser­va­tion de la res­source en eau douce, su­jet d’ac­tua­li­té, Willy Fau­chon, ha­bi­tant de Du­cey, se pro­pose d’ache­ter à EDF pour l’eu­ro sym­bo­lique un des deux bar­rages hy­dro-élec­triques de la Sé­lune, pro­mis à l’ara­se­ment, ce­lui de la Roche-qui-Boit si­tué en aval de l’ou­vrage de Ve­zins.

Un châ­teau d’eau

à ciel ou­vert

Plus que le bar­rage, c’est sur­tout le lac qui l’intéresse. “Il au­ra à l’ave­nir un rôle im­por­tant de châ­teau d’eau à ciel ou­vert pour ré­pondre aux dé­fis de la sé­che­resse et de la pré­ven­tion des inon­da­tions, ex­plique Willy Fau­chon, ar­dent dé­fen­seur

des bar­rages et des lacs. En pé­riode de sé­che­resse le dé­bit le plus faible en­re­gis­tré sur la Sé­lune est de 0,4 m3 se­conde. Or le dé­bit né­ces­saire pour hy­dra­ter toute la chaîne du vi­vant est de 2 m3/s.” Et de pré­ci­ser qu’à l’aval du bar­rage de La Roche-qui-Boit “un cap­tage per­met d’ap­pro­vi­sion­ner l’usine d’eau po­table de La Gau­ber­dière. Un élé­ment clé né­ces­saire en forte pé­riode de cha­leur où les consom­ma­tions d’eau sont les plus fortes.” Se­lon M. Fau­chon, cette ré­serve d’eau per­met­trait de main­te­nir une pra­tique du kayak lors de faible dé­bit de la Sé­lune en pro­vo­quant des lâ­chers d’eau. “Et ces lâ­chers iraient rem­plir les bas­sins de l’usine d’eau po­table de La Gau­ber­dière (Saint-Au­bin-de-Ter­re­gatte). C’est juste du bon sens.”

Willy Fau­chon en­tend éga­le­ment sau­ver Ve­zins dont l’ara­se­ment a pour­tant bien dé­bu­té au dé­but du mois de juin 2019. “Il pour­rait être ache­té à l’eu­ro sym­bo­lique par la Ré­gion ou le Dé­par­te­ment, par Isi­gny-le-Buat, l’Ag­glo ou les maires de Du­cey et Poilley afin d’as­su­rer la ré­gu­la­tion des crues et ré­pondre à un plan sé­che­resse pour le Grand Ouest.”

Il n’ex­clut pas dans son pro­jet de trou­ver des so­lu­tions tech­niques pour fa­ci­li­té le pas­sage des pois­sons mi­gra­teurs. “L’Eu­rope et l’agence de l’eau Seine-Nor­man­die se­raient sol­li­ci­tées pour ré­pondre à un plan cli­mat 2050.”

Des ré­serves en eau

en baisse

Le par­ti­cu­lier qui est éga­le­ment membre de l’as­so­cia­tion “Lac et Mer” trouve “pa­ra­doxal” de se sé­pa­rer du bar­rage de Ve­zins, “sa­chant que les nappes phréa­tiques entre Bre­tagne et Nor­man­die sont de plus en plus tou­chées d’an­née en an­née.”

Le sud-Manche, pauvre en nappes, à cause de son re­lief gra­ni­tique, est dé­pen­dant des eaux de sur­face pour pro­duire son eau po­table.

Willy Fau­chon, lun­di 1er juillet, en sur­plomb du bar­rage de La Roche-qui-Boit à Saint-Laurent-de-Ter­re­gatte, près de Du­cey.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.