Le ma­noir du gé­né­ral Col­lins

La Manche Libre (Avranches) - - Avranches -

“Je me rap­pelle très bien de ce ma­noir de Nor­man­die”, écrit le gé­né­ral Col­lins dans une lettre du 25 sep­tembre 1949 adres­sée à la fa­mille Dan­jou, pro­prié­taire du ma­noir de Saint-Maur-des-Bois. L’of­fi­cier amé­ri­cain, l’un des ar­ti­sans de la Per­cée d’Avranches, ré­pon­dait à un cour­rier des Nor­mands qui le fé­li­ci­taient de sa no­mi­na­tion au grade de gé­né­ral des ar­mées. Du 5 au 12 août 1944, le gé­né­ral Col­lins a sé­jour­né au ma­noir d’où il com­man­da la ba­taille de Mor­tain. Un épi­sode peu con­nu. “La pré­sence de Col­lins à Saint-Maur-des-Bois est re­ve­nue dans nos mé­moires lors de l’hom­mage ren­du en 2003 à un pi­lote amé­ri­cain, Ro­bert Do­ty, qui s’est tué lors du crash de son avion, un P38, à La Cha­pelle-Cé­ce­lin le 10 juin 1944”, sou­ligne Ro­bert Beau­fils.

En­fant de Saint-Maur-des-Bois, il avait 8 ans en 1944. “Je me rap­pelle va­gue­ment des Amé­ri­cains. Saint­Maur est une pe­tite com­mune. J’ai le sou­ve­nir de mul­tiples câbles qui sor­taient du han­gar de mon père où se trou­vaient des groupes élec­tro­gènes qui ali­men­taient le ma­noir. Par me­sure de sé­cu­ri­té, les ha­bi­tants des deux fermes qui se si­tuaient à proxi­mi­té du QG avaient été éva­cués.”

Ro­bert Beau­fils, pas­sion­né par cette pé­riode, a sug­gé­ré à la mai­rie de Saint-Maur-des-Bois de bap­ti­ser une rue de la com­mune du nom du gé­né­ral Col­lins. “C’est ce qu’ils ont fait à La Cha­pelle-Cé­ce­lin pour le pi­lote amé­ri­cain.” Une idée qui, se­lon M. Beau­fils, est res­tée lettre morte.

A Avranches, lun­di 22 juillet, Ro­bert Beau­fils tient une co­pie de la lettre du gé­né­ral Col­lins adres­sée à la fa­mille Dan­jou, pro­prié­taire du ma­noir de Saint-Maur-des-Bois.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.