Un air de Saint-Malo

La Manche Libre (Avranches) - - Pontorson -

PON­TOR­SON

“La ci­ta­delle de Pon­tor­son res­sem­blait à Saint-Malo, en plus pe­tit, avant son dé­man­tè­le­ment par Louis XIII”, ex­plique en pré­am­bule Al­bert De­houx, plan d’époque à l’ap­pui. Ori­gi­naire de Saint-Ser­van (Ille-et-Vi­laine), ce Bre­ton ha­bite de­puis 20 ans Pon­tor­son où il s’était ins­tal­lé comme bou­qui­niste. Fé­ru d’his­toire lo­cale, le re­trai­té connaît sur le bout des doigts la grande et la pe­tite his­toire de sa ville d’adop­tion.

De belles pierres

La ci­ta­delle n’est plus mais elle marque en­core l’os­sa­ture de la ci­té. Al­bert De­houx dé­crit la pré­sence des portes for­ti­fiées, des mu­railles comme s’il y était. Dans une pe­tite im­passe, la pe­tite troupe découvre au loin une motte de terre, les restes de ce qui de­vait être le pre­mier châ­teau de Pon­tor­son. Epar­gnée par les bom­bar­de­ments de la Se­conde Guerre mon­diale, la ville conserve de belles de­meures en pierre, en ma­jo­ri­té construite­s avec les restes de la place forte. Connu comme le loup blanc, Al­bert De­houx a ses en­trées chez les particulie­rs. Dans le jar­din d’une ha­bi­tante, les vi­si­teurs dé­couvrent une mai­son bâ­tie avec la fa­çade de l’an­cienne cha­pelle Saint-Ni­co­las. Ville stra­té­gique, Pon­tor­son a eu comme gou­ver­neur des hommes cé­lèbres comme Du Gues­clin. Un Bre­ton ? “Oui mais il était aus­si nor­mand par sa mère, ori­gi­naire de Sa­cey, juste à cô­té d’ici !” Au XVIe siècle, ce sont les Mont­go­me­ry, sei­gneurs pro­tes­tants, qui di­rigent la ci­té. Leur ma­noir, tou­jours de­bout, abrite au­jourd’hui l’hô­tel épo­nyme ins­tal­lé rue Saint-Mi­chel. Les marches de l’es­ca­lier d’époque craquent sous les pas des vi­si­teurs qui grimpent au pre­mier étage. Al­bert De­houx ouvre la chambre de la veuve de Ga­briel de Mont­go­me­ry qui tua ac­ci­den­tel­le­ment le roi Hen­ri II lors d’une joute. “La reine vou­lait sa tête et elle l’a eue !” Le fil de la vi­site, ponc­tué d’anec­dotes sur l’ori­gine du mot ro­bi­net et le mys­tère de la villa Ariane, se pour­suit au prêche pro­tes­tant, le seul du dé­par­te­ment an­té­rieur à l’Edit de Nantes, et l’église Notre-Dame, bâ­tie par la vo­lon­té de Guillaume Le Con­qué­rant. Al­bert De­houx at­tire l’oeil des vi­si­teurs sur le tym­pan ro­man de l’église où fi­gure une étrange sculp­ture re­pré­sen­tant un homme et un oi­seau. “Ce sont des sym­boles vi­kings”, af­firme l’his­to­rien. Cette sculp­ture ne lais­sa pas in­dif­fé­rent Vic­tor Hu­go qui la des­si­na lors de son sé­jour dans la ville. Que du beau monde à Pon­tor­son!

Pra­tique. Vi­sites de Pon­tor­son, 2 h, tous les ven­dre­dis de juillet et août, dé­part à 15 h de l’of­fice du tou­risme. Ta­rif : 5 € par couple,

3 € à par­tir de 12 ans. Ins­crip­tions 02 33 60 20 65.

Al­bert De­houx et un groupe de vi­si­teurs sur les bords du Coues­non à Pon­tor­son, ven­dre­di 26 juillet.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.