Fran­ky Za­pa­ta : l’homme vo­lant, ses drôles de ma­chines… et son équipe

La Manche Libre (Avranches) - - France-Monde -

L’exploit du 4 août au-des­sus de la Manche, c’est le triomphe d’un in­ven­teur-pi­lote d’essai et de son équipe.

Et main­te­nant, “la voi­ture vo­lante” ! C’est ce qu’an­non­çait Fran­ky Za­pa­ta le 5 août, quelques heures après avoir réus­si à tra­ver­ser la Manche sur son Fly­board en 22 mi­nutes seule­ment. De­bout en équi­libre sur ses cinq mi­ni-tur­bo­réac­teurs à plus de 160 km/h, tous les muscles cris­pés par l’ef­fort, le Mar­seillais de 40 ans avait sur­vo­lé le bras de mer de 35 ki­lo­mètres de­puis San­gatte (Pas-de-Ca­lais), pour al­ler se po­ser à St Mar­ga­ret’s Bay près de Douvres. Les larmes aux yeux et la voix bri­sée par la joie du triomphe…

Un en­gin ré­vo­lu­tion­naire

“Je re­mer­cie toute mon équipe”, at-il dit aus­si­tôt : ceux avec les­quels il a réa­li­sé ce qu’il ap­pelle “un rêve de gosse, créer ma propre ma­chine et tra­ver­ser la mer”. Ceux aus­si avec les­quels il a pu re­cons­truire le Fly­board en une se­maine, après son ac­ci­dent lors de la ten­ta­tive du 25 juillet, quand il était tom­bé à la mer à 18 ki­lo­mètres de la côte en ten­tant de se po­ser sur le pont étroit du ra­vi­tailleur.

Le Fly­board Za­pa­ta est ré­vo­lu­tion­naire parce qu’il in­nove le dé­col­lage ver­ti­cal et qu’il vole sans ailes, vite et haut. Mais son pi­lo­tage est pé­rilleux… Si l’en­gin com­porte un al­go­rithme in­terne de sta­bi­li­sa­tion pour amor­tir le vent, “c’est le cer­veau humain qui par­ti­cipe à 80% de l’équi­libre”, ex­pli­quait Za­pa­ta après sa dé­mons­tra­tion du 14 juillet : “C’est uni­que­ment la po­si­tion du centre de gra­vi­té qui per­met de choi­sir la di­rec­tion dans la­quelle on va.“

Bio­car­bu­rants

Le Fly­board est-il éco­lo­gique ? “On a dé­jà fait des es­sais avec de l’huile de col­za. On est en re­la­tion avec un in­ter­ve­nant pour dé­ve­lop­per les bio­car­bu­rants. Nos ma­chines vont marcher avec des pro­duits 100 % re­nou­ve­lables bien avant les voi­tures …”

Et le Fly­board est-il com­mer­cia­li­sable ? Pas vrai­ment. L’ar­mée française a in­ves­ti plus d’un mil­lion d’eu­ros dans les re­cherches de Za­pa­ta et son équipe, mais pas pour le Fly­board tel qu’il est ; ce qui in­té­resse les mi­li­taires ce sont de nouveaux mi­ni-ré­ac­teurs. Et un fu­tur hy­bride entre le Fly­board et le gy­ro­pode Seg­way : ce mi­ni-vé­hi­cule élec­trique à deux roues avec gy­ro­scope, sur le­quel le pi­lote se tient de­bout...

Le Fly­board, in­dique Za­pa­ta, “n’est pas un pro­duit uti­li­sable par le commun des mor­tels”. Ni par l’ar­mée, bien qu’il ait pré­sen­té son en­gin pour le dé­fi­lé du 14 juillet à la Con­corde : “On est en train de tra­vailler avec les forces spé­ciales pour un pro­duit qui s’ap­pelle EZ-Fly, un hy­bride entre un Fly­board et un Seg­way avec des poi­gnées pour se te­nir, plus fa­cile à uti­li­ser. Ils sont in­té­res­sés par d’autres pro­duits, comme les plate-formes vo­lantes pour la lo­gis­tique et les voi­tures vo­lantes.”

Quant à la voi­ture vo­lante el­le­même, vé­hi­cule au­to­nome donc sans pi­lote, “ça va être le pro­duit de dé­pla­ce­ment le plus ra­pide et le plus lé­ger qui ait exis­té jus­qu’ici” : “mon pro­to­type est dé­jà fonc­tion­nel, la ma­chine vole, je la pré­sen­te­rai vers la fin de l’an­née !”

Belle re­vanche pour un in­ven­teur qui est son propre pi­lote d’essai, et qui eut des en­nuis en 2017 avec la gen­dar­me­rie de l’air et la Di­rec­tion de l’avia­tion ci­vile parce qu’il vo­lait sans les au­to­ri­sa­tions né­ces­saires. Ex­pli­ca­tion des ex­perts : “Un ap­pa­reil comme ça, ce n’est ni un ULM ni un hé­li­co­ptère. Ce n’est pas pré­vu dans les rè­gle­ments spé­ci­fiques. Comme les drones, ça pose la ques­tion de l’es­pace aé­rien…” Il lui avait fal­lu com­mu­ni­quer aux au­to­ri­tés ses chartes tech­niques et ses sys­tèmes de sé­cu­ri­té. Après quoi on avait bien vou­lu lui ac­cor­der un cer­ti­fi­cat de na­vi­ga­bi­li­té… Si­non, il s’ex­pa­triait aux USA, sol­li­ci­té avec in­sis­tance par Boeing et le Pen­ta­gone : mais à son pro­fond re­gret parce que “son pays”, main­te­nait-il, c’était la France.

Après la planche vo­lante qui lui a per­mis de tra­ver­ser la Manche, l’in­ven­teur fran­çais Fran­ky Za­pa­ta pro­met la voi­ture vo­lante. “Mon pro­to­type est dé­jà fonc­tion­nel, la ma­chine vole, je la pré­sen­te­rai vers la fin de l’an­née”, af­firme-t-il.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.