AC­TU

M6 lance, cette se­maine, la nou­velle saison de sa cé­lèbre émis­sion de da­ting avec une deuxième par­tie de soi­rée in­édite

La Manche Libre (Avranches) - - Sommaire - Em­ma­nuelle Li­taud eli­taud

Ka­rine Le Marchand re­vient avec le lan­ce­ment d’une 14e saison pleine d’émo­tion de

L’amour est dans le pré, sur M6

Tou­jours très at­ten­du, L’amour

est dans le pré ar­rive cette se­maine, sur M6, pour une qua­tor­zième saison. L’an der­nier, le programme de da­ting avait pas­sion­né 4,7 mil­lions de té­lé­spec­ta­teurs en moyenne et ob­te­nu 22 % de part d’au­dience. Cette nou­velle salve de­vrait prendre le même che­min.

Treize agri­cul­teurs tentent l’aven­ture

Dans ces épi­sodes in­édits, treize agri­cul­teurs ont dé­ci­dé de se lan­cer dans l’aven­ture. Trois femmes et dix hommes cé­li­ba­taires qui comptent vrai­ment sur l’émis­sion pour sor­tir de leur solitude et, peut-être, trou­ver l’âme soeur. « Sur la qua­si-to­ta­li­té du cas­ting, que ce soit du point de vue géo­gra­phique ou pour des rai­sons de tem­pé­ra­ment ou d’ex­pé­rience, je crois qu’ils avaient vrai­ment be­soin de L’amour est dans le pré pour ren­con­trer quel­qu’un et ils en avaient tous conscience », ex­plique Ka­rine Le Marchand. L’ani­ma­trice, qui fête cette saison ses dix ans dans l’émis­sion, a même été sur­prise par le sé­rieux avec le­quel les agri­cul­teurs abor­daient leur par­ti­ci­pa­tion. Pour eux, pas de fies­ta avant la re­mise du cour­rier, mais beau­coup d’in­ves­tis­se­ment per­son­nel. Il faut dire que plu­sieurs des par­ti­ci­pants de cette saison n’ont ja­mais connu l’amour, comme Di­dier ou Fran­çois, tan­dis que d’autres ont eu peu d’ex­pé­riences. Cer­tains, bles­sés par des his­toires pas­sées, ont per­du confiance en eux, tels Bernadette (quit­tée avant son ma­riage, elle avait dé­cou­pé sa robe avec Ka­rine Le Marchand lors de son por­trait) ou Laurent. Bref, pour tous, le programme revêt une im­por­tance par­ti­cu­lière. « Ils étaient fo­ca­li­sés sur leur ob­jec­tif et ex­trê­me­ment en­ga­gés. Il y avait vrai­ment des en­jeux très, très forts », pour­suit la pré­sen­ta­trice.

Un choix dras­tique du cour­rier

L’ou­ver­ture du cour­rier a donc été un mo­ment par­ti­cu­liè­re­ment in­tense pour les agri­cul­teurs. En plus des ha­bi­tuels lettres et mails, cer­tains pré­ten­dants ont aus­si ten­té les vi­déos. Pour au­tant, les mis­sives ont été moins nom­breuses que d’ha­bi­tude. La pro­duc­tion a, en ef­fet, opé­ré en amont un choix dras­tique pour ga­ran­tir aux agri­cul­teurs des per­sonnes qui cor­res­pon­daient vrai­ment à leurs at­tentes. Et ce­la a mar­ché puisque l’un d’eux a eu un coup de foudre en ou­vrant un cour­rier. Suivent le speed da­ting, émaillé de grands mo­ments d’émo­tion, et la vie à la ferme, avec son lot ha­bi­tuel de re­bon­dis­se­ments.

Pour les té­lé­spec­ta­teurs à qui ce­la ne suf­fi­rait pas, M6 lance, pour la pre­mière fois, une émis­sion de deuxième par­tie de soi­rée (lire l’en­ca­dré) consa­crée aux an­ciens par­ti­ci­pants.

Ka­rine Le Marchand.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.