Pa­py Gar­dien et son mu­sée in­ter­dit

Ri­chard Du­val­le­roy, 62 ans est un pas­sion­né d’ob­jets de guerre qu’il col­lec­tionne par mil­liers, mais aus­si you­tu­beur.

La Manche Libre (Avranches) - - Patrimoine - Dy­lan Du­pray

Lors­qu’on ar­rive au 101 rue Saint-Mar­tin à Con­dé-en­Nor­man­die (Cal­va­dos), on y dé­couvre une usine désaf­fec­tée sur la­quelle on re­trouve l’ins­crip­tion “Pa­py gar­dien”.

Une fois la porte fran­chie, on dé­couvre l’im­pres­sion­nante su­per­fi­cie du bâ­ti­ment, un vé­ri­table saut dans le temps. Ri­chard Du­val­le­roy, 62 ans est col­lec­tion­neur d’ob­jets de guerre, et pos­sède un hec­tare en­tier rem­pli d’ob­jets de guerre en tout genre. Chars, cha­riots, trac­teurs et même trac­to­pelles, plus d’une cen­taine de vé­hi­cules, et des mil­liers de pièces d’époque comme des ber­ceaux, des hor­loges et même des ar­moires. Sans ou­blier des re­pro­duc­tions de scènes de vie d’époque de l’après se­conde guerre mon­diale. “Les ob­jets sont ex­po­sés tels qu’ils ont été trou­vés, pour les gar­der dans le jus”.

In­ter­dit d’ou­vrir son

mu­sée au pu­blic

À tra­vers ce mu­sée crée en 2017, il a un sou­hait. “J’ai vou­lu cen­trer ma col­lec­tion sur l’exode, et comment les an­ciens vi­vaient à l’époque, mais aus­si faire com­prendre aux en­fants que la guerre n’est pas un jeu. Il faut que la mé­moire reste, ça de­vien­dra une lé­gende si on ne conti­nue pas à en par­ler”. La maire de la com­mune, elle, re­fuse pour le mo­ment d’ho­mo­lo­guer son mu­sée pour qu’ils puissent l’ou­vrir au pu­blic. “Sous pré­texte qu’une usine fer­mée doit res­ter à l’aban­don, j’es­père que l’an­cien maire re­vien­dra l’an­née pro­chaine” confie Ri­chard, qui se bat ad­mi­nis­tra­ti­ve­ment de­puis plu­sieurs mois, es­pé­rant une is­sue po­si­tive. Fils de pa­rents bro­can­teurs, et père de trois filles, il a été agri­cul­teur une longue par­tie de sa vie à Villers-Ca­ni­vet, près de Fa­laise (Cal­va­dos) où il a gran­di. Ri­chard sait s’im­pré­gner des codes d’au­jourd’hui, lui qui n’a pas ap­pris à lire et écrire. “C’est ra­geant dans notre vie mo­derne. Je pas­sais plus de temps à me pro­me­ner dans les bois qu’à l’école. Tous les jeunes doivent étu­dier”. Mais cet han­di­cap ne l’em­pêche pas de se consa­crer à un autre com­bat, ce­lui de la pro­tec­tion du patrimoine lo­cal. Avec l’aide de Ro­main, 22 ans dit Ro­my Giu­di­cel­li, ils forment un duo sur YouTube, avec une chaîne du nom de “Ro­my X Pa­py Gar­dien”. “Il est ve­nu un jour au mu­sée et on s’est pris d’ami­tié. On sou­haite faire dé­cou­vrir aux jeunes le patrimoine Fran­çais qui s’en va en ruine”. No­tam­ment avec le châ­teau de la Pou­pe­lière (Orne), ac­tuel­le­ment à l’aban­don, qui ap­par­te­nait à un gang­ster an­glais ri­chis­sime ap­pe­lé Gold­fin­ger. “Je rêve de pou­voir l’ac­qué­rir avec des mil­lions d’abon­nés You Tube afin de le res­tau­rer. Ce­la fait 5 ans que je m’oc­cupe de sa clô­ture. J’ai dé­jà contac­té la femme du pro­prié­taire qui vit à Londres, mais on ne peut pas obli­ger quel­qu’un à vendre”.

“Je pas­sais plus de temps dans les bois qu’à l’école”

En 2017, un groupe de you­tu­beur ve­nant de Metz a même ten­té de s’aven­tu­rer à l’in­té­rieur avant de tom­ber sur Pa­py Gar­dien. Pen­sant qu’ils ve­naient pour cas­ser, et il les a chas­sés mar­teau à la main, avant de se prendre d’ami­tié pour eux. “Les per­sonnes âgées ont da­van­tage ten­dance à en­fon­cer les jeunes qu’à les ai­der. Pour­tant, ces jeunes me per­mettent de vieillir moins vite et de res­ter dans le coup. Il faut évo­luer on ne peut pas re­ve­nir en ar­rière. Les jeunes ont be­soin d’être sou­te­nus”. Qu’est-ce qu’on peut lui sou­hai­ter ? “Bonne chance pour le châ­teau à ac­qué­rir, et de nous suivre sur YouTube. La porte reste ou­verte pour un ca­fé”.

Ri­chard Du­val­le­roy dans son mu­sée à Con­dé-en-Nor­man­die (Cal­va­dos), qui compte près d’un hec­tare d’ob­jets de guerre en tout genre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.