Il re­fuse d’ob­tem­pé­rer

La Manche Libre (Avranches) - - Justice -

Se­lon un qua­dra­gé­naire, le 25 juin, un couple d’amis et lui sont al­lés au ci­né­ma de Mon­de­ville, puis ont dî­né dans un “chi­nois” avant de ren­trer. Mais il perd le contrôle de sa voi­ture, qui s’em­bourbe dans un terre-plein. Tous rentrent à pied chez eux. Pris de re­mords, il re­vient seul et es­saie de la dé­ga­ger.

Peu après mi­nuit, le 26, une pa­trouille de po­lice l’in­ter­pelle. Le chauf­feur re­fuse l’éthy­lo­test et in­sulte bri­gade et té­moin du­rant son rude me­not­tage à terre. A l’au­dience du 21 août 2019, le pré­ve­nu pro­duit un cer­ti­fi­cat de quatre jours d’ITT (In­ter­rup­tion to­tale de tra­vail) dû à des vio­lences po­li­cières, entre in­ter­pel­la­tion et garde à vue. “Pour­quoi ne pas avoir dé­po­sé plainte ? Ils sont ir­ré­pro­chables”, le coupe la pro­cu­reure. “C’est sur mon conseil”, in­ter­vient l’avo­cate de la dé­fense. “Les po­li­ciers sont fa­ti­gués de leurs condi­tions de tra­vail, et l’on constate une re­cru­des­cence de ce type de ré­cits qui avaient dis­pa­ru de­puis quatre à cinq ans. Mon client a eu des bles­sures im­por­tantes et je ne vois pas comment il a pu avoir un oeil au beurre noir en en se je­tant par terre.”

Le pré­ve­nu est fi­na­le­ment re­laxé de vio­lences ag­gra­vées, cou­pable pour le reste. Il écope de deux mois de pri­son avec sur­sis, 550 eu­ros d’amende et huit mois de sus­pen­sion de son per­mis. Pour ses ou­trages, il in­dem­ni­se­ra les po­li­ciers de 400 et 600 eu­ros ain­si que 800 eu­ros de frais de pro­cé­dure. Sa peine ne se­ra pas inscrite sur son ca­sier B2.

Au pré­ve­nu qui se plaint de vio­lences po­li­cières, la pro­cu­reure de­mande pour­quoi il n’a pas dé­po­sé plainte avant d’être in­ter­rom­pue par l’avo­cate de la dé­fense.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.