L’ab­baye de Sa­vi­gny (acte 2)

La Manche Libre (Avranches) - - Saint-hilaire -

Cette se­maine, suite de l’évo­ca­tion de l’im­por­tante ab­baye cis­ter­cienne de Sa­vi­gny-le-Vieux. Pour évi­ter toute sé­ces­sion, après avoir pris conseil près de saint Ber­nard, Ser­lon, qua­trième ab­bé de la congré­ga­tion, choi­sit de réunir la fa­mille de Sa­vi­gny à celle de Cî­teaux dont elle se sent très proche ; la fu­sion se fait en 1147 avec l’ac­cord du Pape Eu­gène III. Sa­vi­gny de­vient la cin­quième fi­liale de l’ordre de Cî­teaux dont elle adop­ta l’ha­bit et les règles mo­nas­tiques. En l’an­née 1200, est ache­vée la somp­tueuse église ab­ba­tiale, qui sub­sis­tait en 1789. L’ar­che­vêque de Rouen la consacre en 1220.

Cinq re­li­gieux ca­no­ni­sés

Cinq re­li­gieux de cette ab­baye ont eu les honneurs de la ca­no­ni­sa­tion: saint Vi­tal, saint Geof­froy, saint Pierre d’Avranches, saint Guillaume, et saint Ha­mon, aux­quels il faut ajou­ter sainte Ade­line, soeur de saint Vi­tal, et qui fon­da l’ab­baye blanche de Mor­tain. La trans­la­tion dé­fi­ni­tive de leurs re­liques a eu lieu so­len­nel­le­ment de­vant 100 000 per­sonnes en l’an 1248. En 1172, le roi d’An­gle­terre y ren­contre les émis­saires du pape concer­nant l’as­sas­si­nat de Tho­mas Be­cket. En 1256, Saint Louis vient vi­si­ter l’ab­baye. Pierre-Da­niel Huet, évêque d’Avranches s’y rend en 1696. En mars 1465, par ses lettres pa­tentes, le roi Louis XI (1423-1483) confir­ma sa pro­tec­tion royale oc­troyée par ses pré­dé­ces­seurs. Le sac de l’ab­baye de Sa­vi­gny par les cal­vi­nistes, en 1562, avait por­té un rude coup à ce mo­nas­tère, qui de­puis lors pé­ri­cli­ta. Elle se­ra pillée et brû­lée par les pro­tes­tants com­pa­gnons de Ga­briel de Mont­go­me­ry. Après sa vente à la Révolution, comme bien na­tio­nal, l’ab­baye est de­ve­nue une car­rière de pierre, les dé­mo­lis­seurs s’em­ployant à ar­ra­cher, y com­pris à la dy­na­mite, tous ma­té­riaux de construc­tion et en par­ti­cu­lier les pierres de taille qui consti­tuaient les pa­re­ments des murs, ne lais­sant sou­vent que quelques moi­gnons de la grosse ma­çon­ne­rie in­terne, moel­lons hour­dés au mor­tier de chaux. Il ne res­te­rait sans doute rien au­jourd’hui de l’ab­baye, si, au mi­lieu du XIXe siècle, Ar­cisse de Cau­mont n’était in­ter­ve­nu en ache­tant aux pilleurs le ves­tige le plus connu dit “la Porte Saint-Louis” qui don­nait ac­cès du cloître au grand ré­fec­toire: c’est cette par­tie qui est clas­sée “Mo­nu­ments His­to­riques”. Di­vers dé­ga­ge­ments ont été faits alors mais de­puis cette pé­riode la vé­gé­ta­tion et le lierre avaient re­cou­vert les par­ties hautes des ruines, en­ser­rant les ma­çon­ne­ries et les pé­né­trant pro­fon­dé­ment. A suivre.

La cé­lé­bra­tion so­len­nelle des 900 ans de l’ab­baye en 2012 avait dé­bu­té par la pro­ces­sion des 26 re­liques des saints de Sa­vi­gny.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.