Il dé­nonce une agres­sion

Sur la plage de Blain­ville-sur-Mer.

La Manche Libre (Avranches) - - De La Semaine -

BLAIN­VILLE-SUR-MER

Gilles de Ba­cker conti­nue de faire par­ler. Le na­tu­riste, convo­qué de­vant le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Cou­tances le mar­di 13 no­vembre 2018 pour ex­hi­bi­tion sexuelle après avoir ra­mas­sé des co­quilles d’huîtres nu à Blain­vil­le­sur-Mer puis re­laxé, in­dique avoir été “agres­sé” le mer­cre­di 21 août, vers 16 h 30, dans une zone na­tu­relle pro­té­gée -“des lieux peu fré­quen­tés”-, près du cam­ping de la Mé­lette, tou­jours à Blain­ville-surMer, où il a l’ha­bi­tude de se rendre: “J’ai été vic­time d’une agres­sion phy­sique pré­mé­di­tée et en réunion par deux per­sonnes”, dé­clare l’homme de 58 ans.

Au mo­ment des faits, il était nu et dit “avoir le droit comme la jus­tice m’a re­laxé”. Il dé­crit son agres­sion: “Je re­ve­nais avec deux seaux d’eau de mer qui me servent pour ar­ro­ser des plants de to­mates se­lon un pro­cé­dé que je suis en train de mettre au point. Alors que je mar­chais, un in­di­vi­du d’une soixan­taine d’an­nées est ar­ri­vé vers moi en m’in­sul­tant. Il avait une sorte de pe­tit râ­teau avec un long manche qu’il a bran­di pour me frap­per avec, en me di­sant: ‘Tu ne me connais pas, tu vas fi­nir à l’hôpital’. Je lui ai dit de se cal­mer mais il conti­nuait: ‘Tu vas te rha­biller !’ Et il me ta­pait des­sus. J’étais près de mon vé­hi­cule, j’ai re­mis un short. Sa fille, sans doute, est en­suite ar­ri­vée en me hur­lant des­sus.” De­puis cette date, le na­tu­riste ne tra­vaille plus. Il s’est ren­du trois jours plus tard, sa­medi 24 août 2019, aux ur­gences de l’hôpital de Cou­tances qui lui a re­mis un cer­ti­fi­cat de coups et blessures fai­sant état de nom­breuses ec­chy­moses ré­par­ties sur tout le corps.

La gendarmeri­e confirme

avoir re­çu sa plainte

Son in­ca­pa­ci­té to­tale tem­po­raire (ITT) est fixée à trois jours. Gilles de Ba­cker s’est en­suite pré­sen­té lun­di 26 août 2019 à la gendarmeri­e d’Agon-Cou­tain­ville pour dé­po­ser plainte. Ses pro­pos dé­cri­vant son agres­sion et évo­qués à la gendarmeri­e n’ont pu être vé­ri­fiés pour le mo­ment en l’ab­sence de té­moins. Les militaires confirment avoir re­çu sa plainte contre X : “Nous n’avons que ses dé­cla­ra­tions pour l’ins­tant”, nous ex­plique-t-on. La gendarmeri­e pré­cise que “cette si­tua­tion peut dé­gé­né­rer” en cas de ren­contres in­opi­nées: “Dès qu’il y au­ra de nou­velles plaintes de per­sonnes ayant vu cet homme nu - Gilles de Ba­cker -, dès qu’on va nous le si­gna­ler, on fe­ra notre tra­vail car ce­la reste une ex­hi­bi­tion.” Pour­tant, le mar­di 13 no­vembre 2018, la jus­tice a pro­non­cé la re­laxe et en­cou­ra­gé à l’avenir le na­tu­riste à gar­der un short à por­tée de main pour se cou­vrir en cas de ren­contres in­opi­nées avec des per­sonnes susceptibl­es d’être cho­quées.

Gilles de Ba­cker, na­tu­riste, dit avoir été vic­time d’une agres­sion mer­cre­di 21 août, à proxi­mi­té du cam­ping de la Mé­lette, à Blain­ville-sur-Mer.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.