La nou­velle ta­pis­se­rie de Bayeux

La ta­pis­se­rie qui re­pro­duit les évé­ne­ments de la sé­rie té­lé­vi­sée à suc­cès Game of Th­rones est ex­po­sée à Bayeux. Les fans se comptent par mil­lions, ils sont at­ten­dus à Bayeux.

La Manche Libre (Avranches) - - La Une - Pierre-Maxime Le­pro­vost

Rares sont les sé­ries té­lé­vi­sées à ob­te­nir un suc­cès mon­dial pen­dant près de 10 ans. Game of Th­rones fut de celles-ci. D’avril 2011 à mai 2019, cette sé­rie pro­duite par la chaîne amé­ri­caine HBO a dé­chaî­né les pas­sions de plu­sieurs di­zaines de mil­lions de fans à tra­vers le globe. Is­sue d’une sé­rie de ro­mans ré­di­gés à par­tir de 1996 par George R. R. Mar­tin, l’his­toire est à la fois simple et com­pli­quée. Elle ra­conte la conquête du Trône de Fer, sym­bole de pou­voir ab­so­lu du Royaume des Sept Cou­ronnes par dif­fé­rentes fa­milles et per­son­na­li­tés aus­si in­stables psy­cho­lo­gi­que­ment qu’as­soif­fées de pou­voir. Ce cock­tail de com­plots, de vio­lence, de sexe et de re­li­gion a sus­ci­té un très fort en­goue­ment du pu­blic. Game of Th­rones a aus­si ins­pi­ré de nom­breuses créa­tions dé­ri­vées dont... une ta­pis­se­rie sur le mo­dèle de celle de Bayeux ! Comment en es­ton ar­ri­vé là ?

87 mètres de tis­su pour ra­con­ter les 8 sai­sons de la sé­rie

L’Ir­lande est l’un des lieux de tour­nage pri­vi­lé­gié de Game of Th­rones de­puis 2011 et elle y at­tire de nom­breux fans ve­nant comme en “pè­le­ri­nage” dans les dé­cors na­tu­rels de la sa­ga. Cet im­pact sur l’éco­no­mie lo­cale est vu d’un très bon oeil par les au­to­ri­tés qui cherchent comment at­ti­rer en­core plus de tou­ristes. L’une des spé­ci­fi­ci­tés de la ré­gion de Bel­fast est ses liens forts avec les ma­nu­fac­tures de tex­tile. La sé­rie est d’ins­pi­ra­tion mé­dié­vale ? Fai­sons donc une ta­pis­se­rie sur le mo­dèle de celle de Bayeux pour re­la­ter son his­toire ! A l’été 2017, en par­te­na­riat avec le dif­fu­seur HBO, cette mer­veille de 77 mètres de long est dé­voi­lée au mu­sée de Bel­fast. A l’is­sue de la 8e sai­son ache­vée en mai der­nier, elle est com­plé­tée pour at­teindre 87 mètres.

Il a fal­lu pas­ser par la fe­nêtre !

Elus et res­pon­sables des mu­sées de Bayeux ont sui­vi cette créa­tion avec un grand in­té­rêt et ont vite contac­té leurs ho­mo­logues. “Tout a com­men­cé par un tweet de Fan­ny Garbe, notre char­gée de com­mu­ni­ca­tion des mu­sées de Bayeux qui a contac­té Tou­risme Ir­lande pour leur en­voyer des ar­ticles lo­caux qui en par­laient, se sou­vient l’ad­joint en charge du tou­risme et des mu­sées, Loïc Ja­min. Nous avons lan­cé l’idée d’un éven­tuel par­te­na­riat et ils nous ont re­con­tac­tés au prin­temps 2018.” Des di­ri­geants se sont ren­dus à Bayeux pour ren­con­trer les élus et par­ler des pos­si­bi­li­tés d’évé­ne­ments au­tour de cette ta­pis­se­rie, puis une dé­lé­ga­tion de la ville a fait le voyage in­verse lors de l’été. De fil en ai­guille, l’ac­cord est pas­sé : la ta­pis­se­rie Game of Th­rones s’ins­tal­le­ra à Bayeux pour la fin de l’an­née 2019. La ques­tion de la lo­gis­tique s’est en­suite po­sée. Comment mettre la ta­pis­se­rie en va­leur comme il se doit dans un lieu ,l’hô­tel du Doyen, qui n’a pas été pen­sé pour ce­la ? “L’ex­po­si­tion a dû s’adap­ter au bâ­ti­ment et vice ver­sa”, ex­plique Loïc Ja­min. Ar­ri­vé par ba­teau à Cher­bourg, l’ob­jet a pro­vo­qué des maux de tête aux res­pon­sables des mu­sées. “Il a no­tam­ment fal­lu pas­ser les struc­tures en bois sur la­quelle la toile était ex­po­sée à Bel­fast par les fe­nêtres, pré­cise Fan­ny Garbe. A Bel­fast elle était ex­po­sée en S, ser­pen­tée. Nous avons fait le choix du li­néaire.” Au­tant de com­pli­ca­tions qui ne rendent que plus gra­ti­fiant l’abou­tis­se­ment de ce pro­jet.

Les élus bayeu­sains sont bien conscients de l’en­jeu de cette ex­po­si­tion. Ac­cueillir un évé­ne­ment de di­men­sion in­ter­na­tio­nale est une op­por­tu­ni­té qui peut être ju­teuse. En ef­fet, en plus du pu­blic nor­mand qui au­ra en­vie de dé­cou­vrir la ta­pis­se­rie, il pour­rait don­ner un boost bien­ve­nue au tou­risme et à l’éco­no­mie lo­cale. “Au de­là des jour­nées d’af­fluence, il y a l’en­jeu des courts sé­jours en par­ti­cu­lier le wee­kend, pro­phé­tise Loïc Ja­min. Si ce­la gé­nère des vi­sites, sur­tout à des mois en gé­né­ral plus creux avant Noël, ce se­ra une réus­site.” Cette ex­po­si­tion à ce mo­ment-ci de l’an­née est, bien sûr, dé­li­bé­rée. Après les fes­ti­vi­tés liées au 75e an­ni­ver­saire du Dé­bar­que­ment, faire ve­nir la ta­pis­se­rie à l’au­tomne était le meilleur moyen de pro­lon­ger une sai­son qui s’an­nonce dé­jà “in­édite, ja­mais vue en terme de fré­quen­ta­tion”. Hô­tels, res­tau­ra­teurs et com­merces s’en frottent les mains.

Les pro­jets ne manquent pas pour ani­mer l’ex­po­si­tion, dont la vi­site est gra­tuite. Si des vi­sites gui­dées et des au­dio­guides ne sont pas pré­vus, “des pro­jets de confé­rences et d’ou­ver­tures en noc­turne sont en ré­flexion”, ad­met Fan­ny Garbe.

“Une es­thé­tique

bluf­fante”

Des soi­rées com­munes avec la Ca­thé­drale de Guillaume en dé­cembre sont pro­bables. Mais les or­ga­ni­sa­teurs veulent dé­jà ana­ly­ser le dé­rou­lé des pre­mières se­maines de pré­sence de la ta­pis­se­rie Game of Th­rones avant de don­ner un feu vert dé­fi­ni­tif. L’opé­ra­tion est de toute ma­nière dé­jà un suc­cès aux yeux des or­ga­ni­sa­teurs. Le nombre de cou­pures de presse et de dis­cus­sions sur les ré­seaux so­ciaux ont fait rayon­ner Bayeux bien au-de­là des fron­tières de la Nor­man­die. Le nombre de vi­si­teurs pour­rait être des plus im­por­tants car les or­ga­ni­sa­teurs le pro­mettent : il n’est pas né­ces­saire d’avoir vu la sé­rie pour pro­fi­ter de l’oeuvre. “La pre­mière fois que j’ai vu la ta­pis­se­rie, je n’avais ja­mais re­gar­dé Game of Th­rones, ad­met Fan­ny Garbe. Bien sûr, vous en pro­fi­te­rez plus en ayant vu les épi­sodes. Mais c’est comme notre ta­pis­se­rie : vous pou­vez la dé­cou­vrir sans con­naître l’his­toire, rien que pour son es­thé­tique ab­so­lu­ment bluf­fante.” Cette grande opé­ra­tion de prêt donne en tout cas des idées aux élus. Très contents de leur coup, ils res­tent à l’af­fût d’op­por­tu­ni­tés liées à leur ta­pis­se­rie. “Ac­cueillir celle-ci nous montre à quel point la nôtre reste mo­derne, se fé­li­cite Loïc Ja­min. Elle a beau être du XIe siècle, elle a ins­pi­ré une sé­rie im­por­tante de notre époque. On peut être mil­lé­naire et conti­nuer d’ins­pi­rer et de rayon­ner.” Si les fans de Plus Belle la Vie veulent se lan­cer dans le tis­sage...

Ar­ri­vée d’Ir­lande par ba­teau, la ta­pis­se­rie Game of Th­rones a été un for­mi­dable dé­fi tech­nique pour son ins­tal­la­tion. Le bi­jou de 87 mètres de long a été choyé par les équipes de l’hô­tel du Doyen.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.