Eh­pad : les vi­si­teurs montrent patte blanche

De­puis quinze jours, les ré­si­dents de l’arc en Sée à Avranches, peuvent re­ce­voir des vi­sites de leurs proches.

La Manche Libre (Avranches) - - Avranches -

Les en­tre­vues entre les ré­si­dents de l’eh­pad du centre hos­pi­ta­lier d’avranches, l’arc en Sée, et leurs fa­milles sont très en­ca­drées en rai­son de la vul­né­ra­bi­li­té des per­sonnes âgées face au Co­vid-19. Les fa­milles qui sou­haitent re­voir leur pa­rent, confi­né de­puis des se­maines dans leur chambre, doivent suivre un protocole très strict.

Les ren­dez-vous sont pris en amont par té­lé­phone ou mail. Les vi­sites sont li­mi­tées à deux per­sonnes maxi­mum de la fa­mille. Ils doivent, avant de ve­nir à l’eh­pad, réa­li­ser un au­to­diag­nos­tic par té­lé­phone et un se­cond lors de leur ve­nue.

Contrôle sa­ni­taire par té­lé­phone et sur place

“Il s’agit d’un ques­tion­naire qui vé­ri­fie si la per­sonne a bien pris connais­sance et com­pris la charte avec les consignes de vi­site (hy­giène et cir­cu­la­tion). Elle sert éga­le­ment à contrô­ler l’ab­sence de signes cli­niques de ma­la­die, toux, fièvre. Ces do­cu­ments ont vo­ca­tion à as­su­rer le bon dé­rou­le­ment des vi­sites dans le res­pect des me­sures d’hy­giène et de pré­cau­tion”, dé­clare Co­rinne Des­monts, cadre de san­té à l’arc en Sée. Les ren­dez-vous se dé­roulent dans la salle du res­tau­rant au rez-de-chaus­sée et au “Sen­tier” pour les ré­si­dents de cette uni­té dé­diée aux per­sonnes qui souffrent de troubles cog­ni­tifs afin qu’ils ne soient pas per­tur­bés par un chan­ge­ment de lieu.

Les vi­sites sont pour l’ins­tant li­mi­tées à 45 min et les contacts phy­siques en­core in­ter­dits. Le port du masque est obli­ga­toire (re­mis par l’éta­blis­se­ment si les gens n’en ont pas) ain­si que l’hy­giène des mains. “Même si les condi­tions sont par­ti­cu­lières, les ré­si­dents sa­vourent ce re­tour à un contact plus étroit avec leurs proches !”, sou­ligne Mme Des­monts. Les moins de 18 ans ne sont tou­jours pas au­to­ri­sés à ve­nir en re­vanche. Le ré­sident a le droit à une vi­site par jour. L’arc en Sée en or­ga­nise huit par jour.

A l’eh­pad de Tonge, éta­blis­se­ment pri­vé gé­ré par le groupe pri­vé Les Ma­tines, les vi­sites des fa­milles n’ont pas en­core dé­bu­té. Elles de­vraient se mettre en route bien­tôt.

Une ani­ma­trice de l'arc en Sée passe un peu de temps à jouer avec l'un des 139 ré­si­dents confi­nés dans sa chambre. A gauche, l'eh­pad de Tonge, 66 ré­si­dents, lors de la ve­nue d'un vio­lo­niste.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.