Bré­cey Mar­ché im­mo­bi­lier : le point de vue de Fa­brice Le Hir

La Manche Libre (Avranches) - - Brécey -

Le mar­ché de l'im­mo­bi­lier est-il à l'ar­rêt ?

“Pour faire face à la crise sa­ni­taire et aux dif­fi­cul­tés que pose le confi­ne­ment, j’ai dû m’adap­ter. De­puis le 17 mars, je tra­vaille à la mai­son et une jour­née par se­maine à l’agence. J’ai ap­pli­qué des me­sures d’ajus­te­ment et de bon sens, de ma­nière à ras­su­rer les clients ac­qué­reurs et ven­deurs : en­voi de fi­chiers pho­tos avec ex­pli­ca­tion par té­lé­phone, es­ti­ma­tions réa­li­sées sur de­mande des ven­deurs sur des biens in­ha­bi­tés. Je cu­mule un grand nombre de vi­sites de pré­vues entre le 14 mai et le 12 juin. Le mar­ché de l’im­mo­bi­lier est au ra­len­ti mais pas à l’ar­rêt... A par­tir du 11 mai, il va fal­loir re­trous­ser les manches et se pré­pa­rer à une nou­velle fa­çon de tra­vailler en pre­nant soin de conti­nuer à pra­ti­quer les gestes bar­rières.”

Faut-il conti­nuer ou sus­pendre son pro­jet d'achat-vente ?

“En cette pé­riode, il est nor­mal que les clients se posent des ques­tions quant à leur pro­jet d’achat. Une crise im­mo­bi­lière était dé­jà en­vi­sa­gée avant le Co­vid-19. Les taux ban­caires ont dé­jà aug­men­té. Ce­pen­dant, le scé­na­rio pour­rait s’in­ver­ser et connaître un nou­veau souffle. La ma­jo­ri­té des clients veulent in­ves­tir dans un bien avec du ter­rain, c’est l’avan­tage de Bré­cey. Le confi­ne­ment est sû­re­ment la rai­son de ce choix.”

Y au­ra-t-il des af­faires à faire dans quelques mois ?

“Cer­tains ache­teurs pré­fé­re­ront dif­fé­rer leurs pro­jets, cer­tains ven­deurs prennent du re­tard sur leur pro­jet et donc se­ront prêts à faire un ef­fort sur le prix de vente. Une baisse des prix des lo­ge­ments dans l’an­cien est pos­sible, donc je pense qu’il y au­ra de bonnes af­faires.”

Fa­brice Le Hir est agent im­mo­bi­lier des Mai­sons de la Manche.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.