A quoi bon se fa­ti­guer ?

Le bac 2020 n'au­ra pas lieu ! Une pro­mo Co­vid sou­la­gée… ou frus­trée ?

La Manche Libre (Avranches) - - Actualités -

Par Vic­toire Charles

Epi­dé­mie oblige, le bac 2020 a été sup­pri­mé. Sur les ré­seaux so­ciaux, on a vu les ly­céens concer­nés ex­plo­ser de joie, exul­ter, sou­pi­rer de sou­la­ge­ment, ou­vrir le cham­pagne, ou s'em­bras­ser - par gif in­ter­po­sé - fré­né­ti­que­ment… mais à leur pre­mier ré­flexe de sou­la­ge­ment, se mêle le sen­ti­ment d'avoir été spo­liés. On les ap­pelle la “pro­mo Co­vid”, ce qui n'est pas très flat­teur mais as­sez évo­ca­teur : ils sont co-vides : ils par­tagent un sen­ti­ment étrange de désoeu­vre­ment, en ce dé­but de mois de juin du­rant le­quel ils de­vraient tra­vailler d'ar­rache-pied. Bien sûr, l'an­née sco­laire n'est pas ter­mi­née, et les pro­fes­seurs se donnent du mal pour les te­nir li­cou ser­ré jus­qu'au bout, mais les dés sont je­tés, Par­cour­sup dé­jà joué, alors ils s'agitent mol­le­ment : à quoi bon se fa­ti­guer. Na­tu­rel­le­ment, on leur dé­li­vre­ra leur di­plôme, les men­tions se­ront dé­cer­nées grâce à des al­go­rithmes com­pli­qués, al­liant le contrôle conti­nu aux ré­sul­tats ob­ser­vés dans leur éta­blis­se­ment les autres an­nées. Mais on les com­pare dé­jà à la pro­mo 68 qui ne connut à l'époque qu'un oral - non pas à cause de la sé­vère épi­dé­mie de Honk-kong dont per­sonne ne se sou­ciait mais des fa­meux évé­ne­ments du mois de mai - avec un taux de réus­site fa­ra­mi­neux com­pa­ré aux autres an­nées, et à la­quelle on ne ces­sa en­suite de rap­pe­ler avec condes­cen­dance son “bac don­né”.

Cer­tains pa­rents du reste, s'étonnent et se plaignent : en quoi ali­gner des can­di­dats de 18 ans dans un centre d'exa­men se­rait-il plus com­pli­qué ou dan­ge­reux que faire ren­trer des éco­liers du pri­maire ?

Certes le bac, on le dit as­sez tous les ans, n'a pas la même au­ra qu'au­tre­fois : Avec son in­fla­tion de men­tions, il est aus­si dé­pré­cié qu'un as­si­gnat de l'an IV comme di­rait Al­phonse Dau­det. Et pour­tant, avec sa mon­tée d'an­goisse et d'adré­na­line, ses in­for­tunes et ses chances in­so­lentes, ses anec­dotes ter­ri­fiantes que l'on ra­conte en fa­mille, il reste l'un des der­niers rites ini­tia­tiques - comme l'étaient les com­mu­nions et le ser­vice mi­li­taire au­tre­fois, - qui ci­mente les gé­né­ra­tions, les unit dans un ré­fé­ren­tiel com­mun, et fait d'un ado­les­cent un adulte. Qui sait, après la pro­mo Co­vid, le bac 2021 se­ra peut-être ce­lui de la pro­mo “avide” (de le pas­ser), en­fin consciente qu'un tel exa­men n'est pas qu'un moyen sa­dique d'en­qui­qui­ner les ly­céens.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.