“Dé­fou­lez-vous sur la piste, pas sur la route !”

Ro­main Le­roux, pas­sion­né de deux-roues ver­sion “gros cube”, in­vite dé­bu­tants et ini­tiés à goû­ter à la vi­tesse sur cir­cuit et non plus sur route.

La Manche Libre (Avranches) - - Saint-hilaire -

Il a goû­té à la piste, il y a sept ou huit ans. De­puis, Ro­main Le­roux, pas­sion­né de deux-roues ver­sion “gros cube”, in­vite “les dé­bu­tants” mais aus­si les ini­tiés à goû­ter à la vi­tesse sur cir­cuit. Là où la sé­cu­ri­té est op­ti­male et où il est en­core pos­sible de ne pas avoir les yeux constam­ment ri­vés sur son comp­teur. Bref, l'idée ori­gi­nelle de ce for­ma­teur mo­to à l'au­to-école Bou­lay à Saint-hi­laire est d'in­vi­ter les jeunes mo­tards à prendre du plai­sir dans un cadre dé­dié et non plus sur la route. “Et on peut s'amu­ser sur cir­cuit sans faire n'im­porte quoi. On est même là pour ap­prendre - tra­jec­toires, contrôle, po­si­tions, etc. - grâce à des mo­ni­teurs pro­fes­sion­nels”, ex­plique-til. Ils se­ront donc trente à faire le dé­pla­ce­ment, dont la moi­tié de dé­bu­tants, jus­qu'au cir­cuit du Vi­geant, près de Poi­tiers les 13 et 14 juin. Tous sans ex­cep­tion ont op­té pour une grosse cy­lin­drée, après deux ans de “bri­dage”. Et c'est jus­te­ment là que Ro­main Le­roux in­ter­vient.

“Les gens ont be­soin de se lâ­cher”“

”J'en parle bien sûr en fin de for­ma­tion quand ces jeunes mo­tards ont leur per­mis mais aus­si et sur­tout lors de leur for­ma­tion obli­ga­toire de 7 h en vue d'ac­qué­rir une mo­to dite spor­tive.“de quoi ra­vir ceux qui as­pirent à mettre la poi­gnée dans le coin, quelque peu frus­trés d'être li­mi­tés à 80 km/h sur la route. De toute fa­çon, une fois ju­ché sur ces monstres de puis­sance, il s'avère très com­pli­qué de res­pec­ter la li­mi­ta­tion de vi­tesse. D'ailleurs, Ro­main Le­roux, lui-même, dit qua­si­ment ne plus rou­ler sur la route avec son gros cube. ”A 80 km/h, on reste en 3e sur les six rap­ports d'une spor­tive (...) Et ce n'est pas pour rien qu'il y a moins de can­di­dats au per­mis mo­to de­puis ces der­nières an­nées. Les ins­crip­tions ont lit­té­ra­le­ment chu­té.“Ces en­gins-là, même ho­mo­lo­gués pour la route, de­meurent in­adap­tés à une cir­cu­la­tion dite clas­sique. Le but est donc de sen­si­bi­li­ser le plus grand nombre à rou­ler moins vite sur la route,”à se ba­la­der entre amis mais à se dé­fou­ler sur la piste“. Sans trop se lâ­cher non plus. ”L'en­ve­loppe de 150 € tout com­pris - par­ti­ci­pa­tion à la lo­ca­tion des séances sur piste, tra­jet et car­bu­rant - est dé­ri­soire par rap­port aux consé­quences fi­nan­cières en cas de gros ex­cès de vi­tesse sur la route“, re­la­ti­vise Ro­main Le­roux. De­puis ces trois der­nières édi­tions, ”les par­ti­ci­pants en ont glo­ba­le­ment pris conscience“. Les ef­fets du confi­ne­ment sont pour­tant à craindre. ”Les gens ont be­soin de se lâ­cher après toutes les in­ter­dic­tions de ces der­niers mois. La piste est là pour ça.“bref, la li­ber­té en toute sé­cu­ri­té.

Ils se­ront trente jeunes mo­tards, adeptes de la vi­tesse, à faire cette an­née le dé­pla­ce­ment jus­qu'au cir­cuit du Vi­geant, près de Poi­tiers les 13 et 14 juin.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.