Y a-t-il eu fraude aux élec­tions du 15 mars ?

Lors du 1er tour des élec­tions mu­ni­ci­pales du 15 mars, une fraude a été dé­tec­tée lors du dé­pouille­ment.

La Manche Libre (Avranches) - - Sourdeval -

A l’is­sue du conseil mu­ni­ci­pal du 4 juin, Ch­ris­tophe Ba­zin, maire dé­lé­gué, a com­mu­ni­qué aux conseiller­s le cour­rier qu’il a adres­sé à Li­liane Hé­lie qui met­tait en cause les ser­vices de la mai­rie et des élus pour la mau­vaise ges­tion de la pro­cu­ra­tion de son fils. Le 16 mars la France étant en confi­ne­ment, l’heure n’était plus aux pré­oc­cu­pa­tions élec­to­rales. Et pour­tant. Au­jourd’hui, un sem­blant de vie nor­male semble re­prendre son cours et le 2e tour des mu­ni­ci­pales s’an­nonce pour la fin du mois de juin. Mais le maire dé­lé­gué dé­clare pu­bli­que­ment : “Je re­viens vers vous pour vous ap­por­ter une ex­pli­ca­tion claire et pré­cise sur le pro­blème évo­qué. Rap­pel des faits :Dès la clô­ture du scru­tin le di­manche 15 mars, vous ef­fec­tuez avec Ma­ry­lène Le­cor­dier le comp­tage et la vé­ri­fi­ca­tion de la liste d’émar­ge­ment. A ce mo­ment pré­cis, Ma­ry­lène Le­cor­dier est in­tri­guée par deux si­gna­tures iden­tiques : celle de votre ma­ri qui a bien émar­gé en face de son nom, et celle de votre ma­ri qui a aus­si émar­gé en face du nom de votre fils, croyant qu’il avait pro­cu­ra­tion. Votre ma­ri a donc vo­té pour votre fils. Or, la pro­cu­ra­tion de votre fils n’était pas pré­sente sur la table d’émar­ge­ment”, com­mente M. Ba­zin.

Jean-ma­rie Brard au­rait dû le vé­ri­fier puis­qu’il te­nait la table d’émar­ge­ment. Votre fils a bien fait une pro­cu­ra­tion, la­quelle est par­ve­nue à la mai­rie le ven­dre­di 20 mars, soit cinq jours après le vote. De par son pas­sé d’élu, Jean-ma­rie Brard a dé­li­bé­ré­ment lais­sé vo­ter votre ma­ri sa­chant que la pro­cu­ra­tion n’était pas ar­ri­vée. De plus, il sa­vait que le nombre d’en­ve­loppes et le nombre de si­gna­tures se­raient iden­tiques : donc une fraude pra­ti­que­ment in­dé­tec­table… Le jour de l’élec­tion, avant le vote, j’avais énu­mé­ré cha­cune des pro­cu­ra­tions avec M. Brard puis­qu’il te­nait la table d’émar­ge­ment. Au dé­pouille­ment, l’in­ci­dent a été no­té au pro­cès-ver­bal.“Ch­ris­tophe Ba­zin a conclu par cette ac­cu­sa­tion pu­blique :”Per­son­nel­le­ment, je n’ai plus au­cune confiance en cet élu de­puis ce jour de mars 2014 où il nous a fait vo­ter un faux bud­get afin de ca­cher le dé­fi­cit de notre com­mune… En consé­quence, pour le 2e tour, je sou­hai­te­rais que Jean-ma­rie Brard ne tienne pas de bu­reau de vote“. Ren­dez-vous est pris pour les élec­tions de Sour­de­val-ven­geons le 28 juin.

La fin de réunion du conseil mu­ni­ci­pal a été hou­leuse à la suite des ac­cu­sa­tions pu­bliques faites par Ch­ris­tophe Ba­zin, maire dé­lé­gué de Ven­geons, à l’égard de Jean-ma­rie Brard.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.