Sur­vivre à la crise, le nou­veau dé­fi gran­vil­lais

Co­vid-19 oblige, L'US Gran­ville n'au­ra pas la marche de ma­noeuvre ha­bi­tuelle. Un dé­fi à re­le­ver pour Johan Gal­lon.

La Manche Libre (Avranches) - - Sports Football -

Où va L'US Gran­ville ? Fra­gi­li­sée par la crise comme de nom­breux clubs, l'ins­ti­tu­tion du sud-manche semble ar­ri­vée à un tour­nant. Alors que cer­tains joueurs ont dé­jà fait leurs va­lises (Sul­li­van Mar­ti­net, Ro­bin Théault, Ch­ris­to­pher Ibayi...) et que d'autres ont été pro­lon­gés (Elie Ehua, Abel Beh­ma, To­ny Théault, Yoan Be­nya­hia), il est en­core dif­fi­cile de sa­voir où se si­tue­ra L'USG sur l'échelle de la com­pé­ti­ti­vi­té. “J'ai été très abat­tu par la si­tua­tion, re­con­naît sans faux-sem­blant l'en­traî­neur Johan Gal­lon. Je me suis don­né le dé­fi que mal­gré la si­tua­tion, on se­ra com­pé­ti­tif !”

L'an­cien joueur de Caen a conscience qu'une ville comme Gran­ville “a été plus tou­chée par la crise que des plus grandes comme Chartres ou Rouen”. Et les res­sources des clubs de­vraient suivre la même tra­jec­toire. Alors qu'il prône la pru­dence, Johan Gal­lon re­con­naît aus­si que son club s'ap­prête à “bais­ser la masse sa­la­riale” et à “pro­po­ser des contrats fé­dé­raux”

à quelques foot­bal­leurs. “On a un pro­blème d'ar­bi­trage et on va tout es­sayer pour cer­tains joueurs mais il fau­dra être pa­tient”,

pour­suit-il. Idées contre res­sources, le pre­mier match de 2020/2021 a dé­jà com­men­cé.

Johan Gal­lon re­grette la si­tua­tion ac­tuelle mais compte mettre toute son éner­gie dans la créa­tion d'un groupe com­pé­ti­tif pour la fu­ture sai­son de Na­tio­nal 2.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.