Le Ti­ta­nic de re­tour en Nor­man­die ?

La Manche Libre (Cherbourg) - - L’ACTU EN REGION - Cher­bourg

Le Ti­ta­nic va faire es­cale dans la grande rade de Cher­bourg. L’in­for­ma­tion date d’avril 1912 mais semble bien avoir un sens on ne peut plus ac­tuel. De­puis quelques an­nées, un pro­jet se trame dans la tête du mil­liar­daire aus­tra­lien Clive Pal­mer : ce­lui de construire une co­pie exacte du Ti­ta­nic, bap­ti­sée Ti­ta­nic II. Mal­gré quelques élé­ments de mo­der­ni­té, le na­vire res­sem­ble­rait à l’ori­gi­nal en bien des points. Ain­si, les 2435 pas­sa­gers pour­raient ache­ter leurs billets en pre­mière, deuxième ou troi­sième classe, confort à la clef, comme dans le Ti­ta­nic pre­mier du nom, qui n’ar­ri­va ja­mais à des­ti­na­tion.

Après de mul­tiples re­bon­dis­se­ments fi­nan­ciers qui ont fait prendre un re­tard consi­dé­rable au pro­jet, Clive Pal­mer est dé­sor­mais ca­té­go­rique : le ba­teau pren­dra la mer en 2022. Dans un com­mu­ni­qué, il se montre même très pré­cis quant à la na­ture du pre­mier voyage du Ti­ta­nic II, des­ti­né en­suite aux croi­sières à tra­vers le monde. “Le na­vire sui­vra le voyage ini­tial, trans­por­tant des pas­sa­gers de Sou­thamp­ton à New York”, ex­plique le mil­liar­daire. En 1912, l’avant der­nière étape du pa­que­bot s’est ef­fec­tuée à Cher­bourg. “Il s’est ar­rê­té dans la grande rade le 10 avril, entre 18h30 et 20h30. Il était trop grand pour s’amar­rer au Quai Law­ton-Col­lins où était la pre­mière gare ma­ri­time, en bois. Des trans­bor­deurs ont donc as­su­ré le tran­sport des 274 pas­sa­gers. Le plus riche pas­sa­ger du Ti­ta­nic s’est d’ailleurs em­bar­qué à Cher­bourg. Les trans­bor­deurs as­su­raient aus­si l’ache­mi­ne­ment des sacs pos­taux, il s’agis­sait de la der­nière étape fran­çaise pour ce­la”, ex­plique Gé­rard Des­trais, écri­vain spé­cia­liste de l’his­toire cher­bour­geoise. Clive Pal­mer le pro­met, la co­pie se­ra confon­dante de res­sem­blance. Pour­tant, en 2022, les trans­bor­deurs ne se­ront pas né­ces­saires, au­cun sac pos­tal ne se­ra sans doute char­gé et le tra­di­tion­nel char­ge­ment de char­bon se­ra éga­le­ment à pros­crire. Le Ti­ta­nic II doit en ef­fet être do­té d’un mo­teur die­sel qui n’em­pê­che­ra pas pour au­tant la construc­tion des quatre che­mi­nées, fac­tices, sans les­quelles il fe­rait évi­dem­ment pâle fi­gure. Vien­dra-t-il tout de même à Cher­bourg pour res­pec­ter jus­qu’au bout la re­pro­duc­tion de ce voyage inau­gu­ral ? A Cher­bourg, du cô­té des res­pon­sables lo­caux et des au­to­ri­tés por­tuaires, c’est la pru­dence qui est de mise. Au­cune in­for­ma­tion ne vien­drait cor­ro­bo­rer l’an­nonce de l’ex­cen­trique Clive Pal­mer. Wait and see...

Le 10 avril 1912, à l’aide de trans­bor­deurs, 274 pas­sa­gers ont été em­bar­qués sur le Ti­ta­nic, à Cher­bourg. Il s’agis­sait alors de l’avant-der­nière es­cale du géant des mers qui fit nau­frage 14 avril.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.