12e Open de ten­nis de Caen Une réus­site nor­mande

De­nis Agostini et son équipe d’or­ga­ni­sa­tion de l’open de Caen font gran­dir l’épreuve chaque an­née.

La Manche Libre (Granville) - - Sports -

L’édi­tion qui va dé­mar­rer ce di­manche 9 dé­cembre et se conclure le mer­cre­di 12 dé­cembre au soir va en­core at­ti­rer les foules avec un pla­teau de haute vo­lée : Da­niil Med­ve­dev (16e mon­dial), Gilles Si­mon, Be­noît Paire ou en­core Ro­ber­to Bau­tis­ta-agut, se­ront là pour se dis­pu­ter la suc­ces­sion de Da­vid Fer­rer. Chez les dames, la nou­veau­té 2017 a été re­con­duite au vu de son suc­cès et Ele­na Svi­to­li­na (4e mon­diale) se­ra pré­sente pour dé­fendre son titre : “Le tour­noi fé­mi­nin se dé­roule di­manche et lun­di, pré­cise Agostini. L’idée est de voir des joueuses in­ter­na­tio­nales de­vant de jeunes joueuses fran­çaises qui viennent pour prendre de l’ex­pé­rience.” A l’ins­tar de Cla­ra Bu­rel, jeune es­poir du ten­nis mon­dial qui avait si­gné une su­perbe pres­ta­tion face à Svi­to­li­na l’an der­nier et se­ra rem­pla­cée cette an­née par Elit­sa Kos­to­va. “C’est un plus in­dé­niable que ce tour­noi fé­mi­nin, il y a du jeu, de la fraî­cheur, il fal­lait le faire et nous sommes fiers de l’avoir fait,” pour­suit le di­rec­teur d’un tour­noi qui a su, au cours de ses 12 an­nées d’exis­tence sur sa forme ac­tuelle, prendre les bons vi­rages au bon mo­ment, à l’ins­tar de sa ve­nue au Ze­nith de Caen, de­puis 2011, pour un suc­cès gran­dis­sant. Cette réus­site, elle est d’abord le fruit “d’un noyau d’hommes et de femmes ca­pables de se par­ler, de se mettre dans un pro­jet com­mun et d’évo­luer pour avoir à Caen, un évé­ne­ment spor­tif et ten­nis­tique de di­men­sion in­ter­na­tio­nale. Il faut convaincre, tou­jours, être en re­la­tion avec les ins­ti­tu­tions sans qui rien ne pour­rait se dé­rou­ler, comme les par­te­naires pri­vés qui s’in­ves­tissent avec fi­dé­li­té et force dans l’épreuve”. Tout ce­la pour abou­tir à une or­ga­ni­sa­tion de haut ni­veau. Mais De­nis Agostini et son équipe le savent aus­si, quelques axes sont im­pos­sibles.

- Lun­di 10 dé­cembre : en­trées en lice de Be­noît Paire et Da­niil Med­ve­dev (quarts de fi­nale) et fi­nale dames.

- Mar­di 11 dé­cembre : en­trées en lice de Ro­ber­to Bau­tis­ta-agut et Gilles Si­mon (de­mi-fi­nales)

- Mer­cre­di 12 dé­cembre : fi­nale du 12e Open de Caen (20 h).

■■Fi­nales ama­teurs

- Lun­di 10 dé­cembre : fi­nale 3e sé­rie, Piquet-bou­reau

- Mar­di 11 dé­cembre : fi­nale 4e sé­rie, Le­ro­sey-bor­dage

■■For­fait In­con­tes­table suc­cès du tour­noi fé­mi­nin

La jeune Cla­ra Bu­rel, es­poir nu­mé­ro 1 du ten­nis fé­mi­nin fran­çais a dû dé­cla­rer for­fait et se­ra rem­pla­cée par Elit­sa Kos­to­va. A ceux qui rêvent d’avoir des Asia­tiques ou des Amé­ri­cains à l’af­fiche, le di­rec­teur ré­pond : “Les contraintes de lo­ca­li­sa­tion et de ti­ming rendent ce­la im­pos­sible, notre sou­hait est de pour­suivre la pro­gres­sion mais par­fois, il faut sa­voir ob­ser­ver fi­ne­ment”.

Pour­suite de l’ou­ver­ture conti­nen­tale

Ain­si, le gros pois­son de cette an­née 2018 “au­rait pu être le Suisse Sta­nis­las Wa­wrin­ka, que nous avons ap­pro­ché, sans suc­cès mal­heu­reu­se­ment”

concède un De­nis Agostini qui vou­drait aus­si, réa­li­ser un come-back, ce­lui de Jo-wil­fried Tson­ga, double vain­queur à Caen : “C’est un ac­teur im­por­tant du ten­nis fran­çais et même mon­dial, quand bien même il est plus proche de sa fin de car­rière que du dé­but. C’est un gar­çon hu­mai­ne­ment ado­rable, il me fait pen­ser à Ted­dy Ri­ner dans l’abord du sport et j’ai­me­rais vrai­ment le re­voir à Caen”.

L’ave­nir jus­te­ment, au rythme du cé­lèbre proverbe “qui n’avance pas re­cule”, l’équipe d’or­ga­ni­sa­tion y pense au quo­ti­dien. De quoi doit être fait l’open dans la dé­cen­nie à ve­nir ? L’ou­ver­ture à l’in­ter­na­tio­nal en­vi­sa­gée net­te­ment de­puis 2015 va se pour­suivre : “L’eu­rope reste un gros pour­voyeur de très bons joueurs. J’aime no­tam­ment beau­coup le jeune Al­le­mand Alexan­der Zve­rev (5e mon­dial), un joueur de la nou­velle gé­né­ra­tion comme Da­niil Med­ve­dev que nous avons cette an­née ou en­core les Es­pa­gnols, comme Da­vid Fer­rer et Ro­ber­to Bau­tis­ta-agut que nous par­ve­nons à faire ve­nir de­puis deux ans”. Cette fi­lière ibé­rique avait fait le bon­heur des afi­cio­na­dos de ten­nis l’an der­nier.

Mais que va don­ner celle-ci avec ces fa­meux joueurs de la nou­velle gé­né­ra­tion, en­tre­mê­lés de stars fran­çaises comme Gilles Si­mon et Be­noît Paire ? Pas fa­cile de sor­tir un quel­conque pronostic, ni sur la sa­tis­fac­tion du pu­blic, ni sur le ni­veau af­fi­ché. Mais De­nis Agostini connaît par­fai­te­ment son tour­noi. Et pour le “boss”, pas de doute, cette édi­tion 2018 se­ra à clas­ser dans les très belles avec en plus, “quelques sur­prises po­ten­tielles, à l’image de ce que peut faire le Nor­mand Jules Ma­rie dans le ta­bleau, face aux”gros“.” Comme toute son équipe d’or­ga­ni­sa­tion, De­nis Agostini est dé­jà dans le tour­noi. “J’ai hâte d’y être,” con­clut ce­lui qui a d’ores et dé­jà ac­cep­té de pour­suivre l’aven­ture pour 2019. A Caen, on ne perd pas de temps et on avance sans s’ar­rê­ter.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.