Ju­lie An­drieu “

L’ani­ma­trice des Car­nets de Ju­lie re­vient sur France 3 avec un nu­mé­ro ex­cep­tion­nel à Cham­bord

La Manche Libre (Granville) - - La Femme De La Semaine -

“Ma­rier la cui­sine et l’his­toire

« Il n’y a plus d’émis­sions cu­li­naires, si­non des concours, et de moins en moins d’émis­sions his­to­riques, si­non celles de Sté­phane Bern, qui sont né­ces­saires et heu­reu­se­ment fruc­tueuses. Or nous avions en­vie de ma­rier les deux. D’ex­plo­rer la val­lée de la Loire, qui, pen­dant des siècles, a été le haut lieu du pou­voir, mais aus­si le ver­ger du pays ; d’évo­quer la Re­nais­sance, qui marque une vraie tran­si­tion dans l’his­toire de notre ci­vi­li­sa­tion, et de re­vi­si­ter Cham­bord, dont on fê­te­ra bien­tôt les 500 ans. La cui­sine a consi­dé­ra­ble­ment évo­lué pen­dant cette pé­riode-là. »

“Un clin d’oeil au

« Je rê­vais de­puis long­temps de re­pas ex­traor­di­naires. Et France 3 était en de­mande de prime times, que j’avais par ailleurs dé­ci­dé d’ar­rê­ter, pour ne conser­ver que l’émis­sion heb­do­ma­daire, notre marque de fa­brique, et parce que je vou­lais consa­crer du temps à mes en­fants. Tout de même, j’avais éla­bo­ré un concept ins­pi­ré d’une émis­sion bri­tan­nique ab­so­lu­ment épa­tante, mais au­quel France 3 n’a pas vrai­ment adhé­ré, le ju­geant trop loin de la cible, trop dé­li­rant. Et Le Fes­tin de Ju­lie, en clin d’oeil au mer­veilleux

Fes­tin de Ba­bette, est né. »

“Une émis­sion qui m’amuse et sort de l’or­di­naire

« Je n’avais pas en­vie de faire un prime pour faire un prime. J’ai pas­sé l’âge de ce genre d’am­bi­tions. J’avais en­vie d’une émis­sion qui m’amuse et qui sorte un peu de l’or­di­naire. Ce Fes­tin pour­rait être le pre­mier d’une nou­velle col­lec­tion dé­diée aux grandes dates, aux grands évé­ne­ments, aux grandes évo­lu­tions de l’his­toire de la cui­sine fran­çaise et de l’his­toire tout court, avec en toile de fond, un lieu, une époque, une thé­ma­tique. Ici, le châ­teau de Cham­bord, la Re­nais­sance et un ban­quet au­quel au­rait pu as­sis­ter Fran­çois Ier. »

La vraie pro­messe de toutes ces émis­sions

« Ce­la fait six ans que je tourne Les Car­nets de Ju­lie. Nous avons ex­pé­ri­men­té beau­coup de choses, avec suc­cès le plus sou­vent. Mais le plus im­por­tant, au­jourd’hui, à mes yeux, la vraie pro­messe de toutes ces émis­sions, outre la dé­cou­verte et la trans­mis­sion, c’est que les par­ti­ci­pants se sentent à l’aise, puis­qu’ils sont là pour té­moi­gner de choses per­son­nelles, sen­sibles, sin­cères. Et alors même qu’ils ne sont pas for­més pour par­ler de leur mé­tier, en­core moins pour s’ex­pri­mer de­vant une ca­mé­ra ! »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.