La­gaf’et Ma­rine Lor­phe­lin, les nou­veaux Ro­bin­son de TF1

L’ani­ma­teur et Miss France 2013 ont vé­cu cinq jours sur une île dé­serte pour la bonne cause

La Manche Libre (Granville) - - Tv Actu - PA­TRICK CABANNES £@Pat­ca­bannes

Vincent La­gaf’ et Ma­rine Lor­phe­lin forment le duo im­pro­bable par­ti sur une île hos­tile du Pa­ci­fique pour L’aven­ture Ro­bin­son. Ils marchent sur les traces des duos Kend­ji Gi­rac-maître Gims et Amir-ch­ris­tine Bra­vo, dont les aven­tures avaient été

Ven­dre­di

sui­vies en fé­vrier et août par 3,7 et 2,9 mil­lions de té­lé­spec­ta­teurs.

Comme eux, ils ont co­ha­bi­té pen­dant cinq jours, cou­pés du monde et, pour sur­vivre, ils ont dû s’en­trai­der afin de créer un hé­ber­ge­ment, trou­ver à man­ger et rem­por­ter des dé­fis afin de col­lec­ter un maxi­mum d’ar­gent en fa­veur de la Fon­da­tion coeur et ar­tères. Les deux Ro­bin­son af­firment avoir vé­cu une ex­pé­rience ex­cep­tion­nelle. « Ma crainte était un dé­bar­que­ment à la Koh-lan­ta, où on te jette par-des­sus bord au dé­but de l’aven­ture. On n’en était pas loin (rires). J’ai dé­bar­qué en pleine nuit, les pieds dans l’eau. Ça fait un drôle d’ef­fet de se re­trou­ver au mi­lieu de rien avec juste une lou­piote qui éclaire à peine ton vi­sage. » l’ani­ma­teur ont noué une réelle com­pli­ci­té sur les dé­fis qu’ils avaient à re­le­ver. Une com­pli­ci­té pour­sui­vie au coin du feu, pro­pice à des confi­dences très per­son­nelles. Ma­rine Lor­phe­lin s’est confiée sur l’agres­sion dont elle a été vic­time avec son com­pa­gnon. « Ça a été su­per-violent, af­firme-t-elle. Nous sor­tions du ci­né­ma et un fan, ar­mé d’un cou­teau, s’est pré­ci­pi­té sur moi. En me pro­té­geant, Ch­ris­tophe a été bles­sé. » Mar­quée par cet évé­ne­ment, elle dit être sur ses gardes, lors­qu’elle rentre seule chez elle tard le soir et qu’en par­ler main­te­nant lui per­met d’« exor­ci­ser ».

La­gaf’ sous le coup de l’émo­tion

De son cô­té, Vincent La­gaf’ a évo­qué la re­la­tion fu­sion­nelle qu’il en­tre­te­nait avec son fils, Ro­bin. « Je suis un en­fant de l’as­sis­tance pu­blique, a-t-il confié à sa ca­ma­rade d’in­for­tune, la larme à l’oeil. Mon père adop­tif, ce n’est pas mon sang. Ma mère adop­tive, ce n’est pas mon sang. Je m’ap­pe­lais Franck, ils ont pré­fé­ré Vincent. Tu ima­gines le trau­ma­tisme alors que tu te construis... Il ne se passe pas un jour sans que je lui dise “Je t’aime”. » Des confi­dences qui au­gurent de belles au­diences.

L’aven­ture Ro­bin­son 21 h 00

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.