Été aus­si pour la po­li­tique

La Manche Libre (Saint-Lô) - - FRANCE-MONDE -

Brèves va­cances de quinze jours pour le gou­ver­ne­ment. Chaque mi­nistre fait sa­voir qu’il n’est pas loin et qu’il re­vien­dra en cas de pro­blème. Tous se sou­viennent du drame de la ca­ni­cule de 2003 : le mi­nis­tère de la San­té avait dé­cla­ré la si­tua­tion “nor­male” et le mi­nistre n’était pas re­ve­nu à Pa­ris, dé­clen­chant ain­si une po­lé­mique… Em­ma­nuel et Bri­gitte Ma­cron, quant à eux, ont pas­sé quelques jours entre Nice et Mar­seille au fort de Bré­gan­çon. Conçu pour être la ré­si­dence pré­si­den­tielle d’été, ce site ne fut ap­pré­cié ni de De Gaulle, ni de Mit­ter­rand, ni de Sar­ko­zy, mais eut les fa­veurs de Pom­pi­dou, Gis­card et Chi­rac. Il ne por­ta pas bon­heur à Hol­lande pho­to­gra­phié là en ber­mu­da : image qui ne ser­vit pas sa po­pu­la­ri­té.

Ma­cron, comme na­guère Pom­pi­dou, compte im­po­ser sa marque aux amé­na­ge­ments de Bré­gan­çon. L’en­droit lui plaît par son clas­si­cisme très “Cin­quième Ré­pu­blique”, et il sou­haite ren­for­cer cette di­men­sion : l’idée est de faire de Bré­gan­çon l’équi­va- lent fran­çais – en plus pe­tit – de Camp Da­vid, la ré­si­dence d’été des pré­si­dents amé­ri­cains qui y ont or­ga­ni­sé plu­sieurs re­ten­tis­sants évé­ne­ments di­plo­ma­tiques. D’où le be­soin de ra­fraî­chir un peu les lo­caux du vieux fort : pein­ture, élec­tri­ci­té, voire installation d’une pis­cine si la sur­face au sol le per­met. La nou­velle car­rière de Bré­gan­çon a dé­jà com­men­cé : la se­maine der­nière, Ma­cron y a re­çu la Pre­mière mi­nistre bri­tan­nique The­re­sa May et son époux Phi­lip. Pour par­ler du Brexit.

Le fort de Bré­gan­çon, ré­si­dence pré­si­den­tielle d’été, plaît à Em­ma­nuel Ma­cron. Le 3 août der­nier, il y a dé­jà re­çu The­re­sa May, Pre­mière mi­nistre bri­tan­nique, et son époux Phi­lip.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.