Le pa­tron de bar écrit des livres d’his­toire

La Manche Libre (Saint-Lô) - - SAINT-LO -

aux sol­dats de la com­mune. “J’ai sou­hai­té re­trou­ver toutes les per­sonnes et ra­con­ter l’his­toire de tous les Pon­tois qui ont par­ti­ci­pé à ce conflit.” La dif­fi­cul­té n’a pas for­cé­ment été d’écrire, mais de re­cen­ser. “J’ai dû créer une base de don­nées qui re­cense cha­cun d’entre eux et éta­blir une fiche de tous les par­cours, avec les af­fec­ta­tions, les lieux de bles­sure, etc… Un cer­tain nombre a été dé­co­ré.” Les chiffres sont tou­jours ef­frayants lorsque l’on parle de la Grande Guerre : sur 842 ha­bi­tants, 170 ont par­ti­ci­pé à la guerre et 45 sont morts. Soit un peu plus de 5 % de la po­pu­la­tion du village. Le village est donc un conden­sé de ce qu’a pu vivre la France. “J’ar­rive à évo­quer les élé­ments mar­quants de la mé­moire : les gueules cas­sées, les sol­dats ga­zés, les pri­son­niers, les bles­sés, etc.” Mais c’est bien le sou­ci de connaître les par­cours de cha­cun qui a gui­dé Thier­ry Ca­the­rine : “il y a une his­toire der­rière chaque nom. L’his­toire, c’est aus­si une ma­nière de trans­mettre la mé­moire de ces per­sonnes dont on n’ima­gine pas le drame que cette époque a été pour eux. Der­rière les bles­sés, les morts, il y a des femmes, des en­fants, des veuves, des or­phe­lins.” Et aus­si un moyen de créer un lien avec un pas­sé qui semble par­fois s’es­tom­per : “ce­la per­met de don­ner un sens aux mo­nu­ments aux morts. 100 ans, c’est loin et proche à la fois…”

Pra­tique. Le livre est dis­po­nible à la Mai­son de la Presse de Pont-Hé­bert, à Pla­net’R et au bar Le Par­vis.

Thier­ry Ca­the­rine est le te­nan­cier du bar Le Par­vis. Il a écrit le livre “Les Pon­tois pen­dant la guerre 1914-1918”.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.