Dé­cou­vrez les pi­rates et sei­gneurs de Sercq

La Manche Libre (Saint-Lô) - - REPORTAGE -

Une bou­tique a ou­vert fin 29 oc­tobre à Caen : Bit­coin Ave­nue est le pre­mier bu­reau d’échange à voir le jour en Nor­man­die. Il per­met à qui­conque d’in­ves­tir dans les bit­coins. Da­vid Bus­ta­ny, co-gé­rant de Bit­coin Ave­nue, ex­plique le concept, né en 2009 : “Avant d’être un sys­tème de paie­ment, c’est une mon­naie élec­tro­nique. Elle a la par­ti­cu­la­ri­té d’être dé­cen­tra­li­sée, c’est-à-dire qu’elle ne dé­pend pas d’une banque ou d’un gou­ver­ne­ment. Les bit­coins s’échangent di­rec­te­ment entre les uti­li­sa­teurs, via une pla­te­forme in­ter­net qui s’ap­pelle la blo­ck­chain, sans in­ter­ven­tion hu­maine.”

Il a dé­jà va­lu plus de 10 000 €

Com­ment fonc­tionne cet­te­cryp­to­mon­naie ? “Il y a 21 mil­lions de bit­coins, il n’y en au­ra ja­mais plus. C’est ins­crit dans le pro­to­cole de base.Plus la ra­re­té va se faire sen­tir, plus le cours du bit­coin risque d’aug­men­ter. C’est dé­jà ce qui s’est pas­sé. Au dé­but de l’an­née de 2015, le cours du bit­coin était à 225 € et en 2018, il est pas­sé à plus de 10 000 €. Au­jourd’hui il est à 5 500 €. C’est vrai­ment en fonc­tion des ache­teurs et des ven­deurs.” Il y avait donc plus d’ache­teurs que de ven­deurs.

“Le bit­coin n’est ré­gu­lé par au­cun gou­ver­ne­ment, c’est ce qui lui donne cette vo­la­ti­li­té et qui at­tire les in­ves­tis­seurs. Cer­tains s’en servent comme un pla­ce­ment fi­nan­cier, bien sûr à risque, plu­tôt que comme moyen de paie­ment.” Peut-on payer avec des bit­coins chez des com­mer­çants ? “C’est en plein dé­ve­lop­pe­ment, pour­suit Da­vid Bus­ta­ny. Au­jourd’hui 60 000 sites in­ter­net ac­ceptent les bit­coins comme moyen de paie­ment. C’est le cas de Mi­cro­soft, Ama­zon…” Les bit­coins doivent être dé­cla­rés aux im­pôts. “Après, tout dé­pend de la ré­gu­la­ri­té de l’in­ves­tis­se­ment. Le plus sage est de se rendre au Tré­sor pu­blic afin de dé­ter­mi­ner dans quelle ca­té­go­rie on se trouve. Pour l’ins­tant au­cun sys­tème n’en­cadre cette cryp­to­mon­naie. En 2019, une loi de­vrait être vo­tée.” Après Le Royaume des Ecré­hous et La Guerre des Min­quiers, Philippe Re­naud nous em­barque dans de nou­velles aven­tures avec son ou­vrage Pi­rates et sei­gneurs de Sercq, aux édi­tions OREP. L’au­teur y dé­ve­loppe l’his­toire de cette île an­glo-nor­mande proche de Guer­ne­sey. Avec ses 5,5 km² et ses 550 ha­bi­tants, Sercq ne paie pas de mine au pre­mier abord. Ce pla­teau gra­ni­tique po­sé en pleine mer et en­tou­ré de ré­cifs tran­chants n’est pas des plus hos­pi­ta­liers. Mais les lo­caux connaissent son his­toire pas­sion­nante et c’est ce qu’a vou­lu trans­mettre Philippe Re­naud.

Pi­rates d’hier et d’au­jourd’hui

Le dé­but du livre prend place dans la se­conde moi­tié du XIIe siècle avec l’ar­ri­vée des pre­miers pi­rates à Sercq. Plu­sieurs por­traits de fi­gures émé­rites du ter­ri­toire comme Age­nor Bu­ron et Hé­lier de Car­te­ret, y sont à l’hon­neur. Les an­nées de l’Oc­cu­pa­tion sont éga­le­ment abor­dées par l’au­teur.

Sercq a aus­si la par­ti­cu­la­ri­té de toujours ap­par­te­nir à la reine d’An­gle­terre et d’être le plus pe­tit Etat in­dé­pen­dant du Com­mon­wealth. L’île est aus­si le der­nier royaume féo­dal d’Eu­rope gou­ver­né par un sei­gneur. Un pa­ra­doxe his­to­rique qui pour­rait tou­cher à sa fin, comme l’ex­plique Philippe Re­naud. Deux mil­liar­daires an­glais tentent d’y im­po­ser la dé­mo­cra­tie à coup de pro­cé­dures ju­di­ciaires. Se­raitce l’ul­time acte de pi­ra­te­rie que va connaître Sercq ?

Les ama­teurs de ré­cits de pi­rates pour­ront aus­si lire le der­nier nu­mé­ro de la Re­vue de la Manche. Un dos­sier de 30 pages in­ti­tu­lé Au­ri­gny, ter­mi­nal pour un pi­rate, y est pro­po­sé par Eric Bar­ré. Pra­tique. Pi­rates et sei­gneurs de Sercq, aux édi­tions OREP. 80 pages. 13,20 €. Re­vue de la Manche Tome 60, fas­ci­cule 242, par la So­cié­té d’ar­chéo­lo­gie et d’his­toire du dé­par­te­ment de la Manche. 50 pages. 12 €.

L’île de Sercq est au coeur de l’ou­vrage Pi­rates et sei­gneurs de Sercq, ré­di­gé par Philippe Re­naud aux édi­tions OREP.

Bit­coin Ave­nue a ou­vert ses portes au 17 rue de Ber­nière à Caen, avec Ca­mille De­louya, Da­vid Bus­ta­ny et An­toine Eu­vrard.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.