Pro­me­nade in­so­lite : le Sa­lon qui dé­coiffe

La Manche Libre (Saint-Lô) - - DECOUVERTE - Alain Fergent

Il y a sur le des­sus d’une pile de vieux bou­quins, un livre si­gné de Ré­mi Por­trait. C’est un peu sa bible, son livre de che­vet. Les pages ra­content une cu­rieuse fa­çon de cou­per les che­veux... et pas for­cé­ment en quatre.

Le Sa­lon chez l’an­ti­quaire !

C’est une mé­thode ins­pi­rée de la mé­de­cine chi­noise, le shiat­su, pra­ti­quée par ce­lui qui l’a im­por­tée dans cer­tains sa­lons de coif­fure, Ré­mi Por­trait. On l’ap­pelle la “coupe éner­gé­tique” ou “coupe vi­bra­toire” ef­fec­tuée avec un coupe-chou, le même qu’uti­li­saient nos grands-pa­rents. Ch­ris­tine, la cin­quan­taine, jo­lis yeux bleus et bouille sou­riante, ex­pé­ri­mente de­puis deux ans, en com­plé­ment des coupes clas­siques, ce type de pra­tique, la coupe de che­veux bien­fai­trice pour qui veut, homme ou femme, re­trou­ver un peu de bien-être ou se sen­tir mieux. Ori­gi­nal : la bou­tique co­coo­ning de Ch­ris­tine Ma­rie, tout près du Zé­nith, est ac­co­lée à celle de son ma­ri, Cyrille, 49 ans, maître ébé­niste et an­ti­quaire bien connu à Caen. Un sa­lon dans un uni­vers vin­tage em­pli de belles ar­moires, de jo­lis meubles et de vieille­ries. C’est l’idée du couple : “Nous vou­lions, dit Cyrille, mettre en oeuvre cet es­pace en as­so­ciant nos deux ac­ti­vi­tés. D’un cô­té la coif­fure. De l’autre l’art de l’ébé­nis­te­rie et des choses an­ciennes”. Le Sa­lon Volt’Hair - “comme le fau- teuil Vol­taire”, dit Cyrille - est ou­vert de­puis quelques an­nées. Pour ce­la, Ch­ris­tine, an­cienne ven­deuse de prêt à por­ter, est re­tour­née à l’école pour ap­prendre la coif­fure, et se mettre à son compte, son Bre­vet pro­fes­sion­nel en poche. Un choix de vie mû­re­ment ré­flé­chi. “Je ne me voyais pas conti­nuer ma vie d’avant. Par­tir la boule au ventre au tra­vail, très peu pour moi. J’avais be­soin d’être en har­mo­nie avec moi-même”. Voi­là deux ans, elle dé­couvre qu’il y a une autre fa­çon de cou­per les che­veux pour se sen­tir mieux. “J’avais un mal de dos ré­cur­rent qui m’em­pê­chait de dor­mir. Je me suis in­té­res­sée à cette pra­tique qui peut ai­der à ré­soudre cer­taines pro­blé­ma­tiques du corps”. Elle se forme à ces tech­niques, dé­croche sa li­cence qui lui per­met d’ou­vrir un es­pace com­plé­men­taire dé­dié à la coupe éner­gé­tique. Celle-ci agit sur la mé­moire cel­lu­laire en sti­mu­lant les points sen­sibles du corps comme pour mieux les li­bé­rer. La tête est comme une caisse de ré­so­nance, le cuir che­ve­lu in­ter­con­nec­té au reste du corps. “Dis-moi le che­veu que tu as et je te di­rai qui tu es” : Ch­ris­tine pra­tique aus­si la lec­ture de la nuque qui dit beau­coup de ce que nous sommes. On a vé­ri­fié : ce­la vaut une séance sur le di­van ! Son pre­mier mo­dèle est son ma­ri,

Un sa­lon ac­co­lé à une bou­tique d’an­ti­qui­tés et ins­pi­ré du shiat­su. Chez Ch­ris­tine à Caen, on coiffe au coupe-chou !

Cyrille, qui ne jure plus que par le coupe-chou vi­bra­toire. “Ce­la fait un bien fou”.

Se faire des che­veux

L’an­ti­quaire avoue que l’époque an­cienne est sou­vent son mo­dèle, et pas seule­ment par déformation pro­fes­sion­nelle. Ch­ris­tine est sur la même lon­gueur d’ondes... “po­si­tives”. Quand ils partent en week-end à la cam­pagne, c’est dans leur pe­tite mai­son, sans élec­tri­ci­té, sans ra­dio, sans té­lé. En pleine na­ture... pour évi­ter de se faire des che­veux avec les tra­cas du monde mo­derne !

Pra­tique. Sa­lon Volt’Hair, 9 rue de Qué­bec, à Caen. Tél. 06 67 72 63 33.

Ch­ris­tine Ma­rie, coif­feuse à Caen, est spé­cia­liste de la coupe éner­gé­tique dite “coupe vi­bra­toire”, une tech­nique em­prun­tée à la mé­de­cine chi­noise, le shiat­su. Elle of­fi­cie avec un coupe-chou comme ce­lui qu’uti­li­saient au­tre­fois nos an­ciens. Son sa­lon de coif­fure in­so­lite est ac­co­lé à la bou­tique d’an­ti­qui­tés de son ma­ri, Cyrille, sou­vent son pre­mier mo­dèle au Sa­lon !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.