La Manche Libre (Saint-Lô)

Pro­me­nade in­so­lite : Hô­tel du Jazz

Une his­toire mé­con­nue, de jo­lis sou­ve­nirs : à l’été 64, le vieil Hô­tel des Fa­laises à Jul­lou­ville est en­tré dans la lé­gende du jazz.

- Alain Fergent

Il y a, juste en face de la fa­çade dé­fraî­chie à l’en­seigne un peu rose bon­bon sous les pins, une ruelle qui mène tout droit à la plage. Elle n’était pas gou­dron­née au­tre­fois. C’était un simple che­min qui condui­sait à la grève.

Sum­mer­time

La ruelle est en­ca­drée de jo­lies mai­sons bour­geoises et de bi­coques un peu usées. Dans les an­nées 60, on ap­pe­lait ce quar­tier “l’Eden­ville”, le pe­tit pa­ra­dis, en ré­fé­rence à l’une des pre­mières belles mai­sons de va­cances ain­si bap­ti­sée, cons­truite à cette époque sur la col­line qui marque l’en­trée de Ca­rolles à Jul­lou­ville. Le pa­ra­dis si bien nom­mé, un cer­tain Bud Po­wel l’a dé­cou­vert presque par ha­sard à l’été 1964. Il fut l’une des très grandes lé­gendes du jazz, le roi du be-bop. Cette mu­sique ju­gée ré­vo­lu­tion­naire cas­sait les codes du jazz clas­sique. Son sé­jour à Jul­lou­ville il y a plus d’un de­mi-siècle a lais­sé des traces : le pia­niste amé­ri­cain com­pa­gnon de route de Diz­zy Gilles­pie, Char­lie Par­ker, Miles Da­vis and co et dont le conseiller en France était l’un des amis de l’an­cien pro­prié­taire de l’hô­tel, Ro­ger Guer­rier, joua chaque soir pen­dant une di­zaine de jours dans la boîte de nuit alors ac­co­lée à l’éta­blis­se­ment. Ses “jam ses­sions” en com­pa­gnie d’autres mu­si­ciens de pas­sage, dont plu­sieurs gran­vil­lais de l’époque, furent en­re­gis­trées. Un disque col­lec­tor a même été bap­ti­sé “Ho­li­days à En­de­ville”. Cer­tains sur place s’en sou­viennent en­core. Da­niel Les­guillier, au­jourd’hui élu de Jul­lou­ville, avait 18 ans à l’époque. “C’était une am­biance ex­tra­or­di­naire. Nous avions le sen­ti­ment d’as­sis­ter à quelque chose d’ex­cep­tion­nel”. Et ça l’était vrai­ment. Le père du be-bop, dont la vie tu­mul­tueuse le fit sé­jour­ner ré­gu­liè­re­ment en hô­pi­taux psy­chia­triques, avait dé­cou­vert Jul­lou­ville pour s’y re­po­ser avant de ren­trer aux Etats-Unis où une sé­rie de concerts l’at­ten­dait.

Jazz et... Cho­pin !

Ch­ris­tian Du­casse, ta­len­tueux pho­to­graphe de presse ins­tal­lé à Cham­peaux, spé­cia­liste du jazz et au­teur d’un livre ré­fé­rence sur “Le monde des bat­teurs de jazz”, a re­trou­vé des pho­tos de cette pé­riode. L’une d’elles est amu­sante, on voit Bud Po­wel rêveur, les pieds dans l’eau sur la plage de Jul­lou ! Elle a été prise par Jean Tron­chot, l’un des fon­da­teurs du ma­ga­zine Rock and Folk qui s’était dé­pla­cé en Nor­man­die pour ren­con­trer la star. Sur un autre cli­ché, le pia­niste est al­lon­gé au pied de la digue de Jul­lou, en­tou­ré de quelques amis dont le saxo­pho­niste John­ny Grif­fin qui dé­bar­qua lui aus­si à l’Hô­tel des Fa­laises pour ac­com­pa­gner son com­pa­triote vir­tuose dont on ra­conte qu’il pas­sait une grande par­tie de ses jour­nées à faire ses gammes en jouant du Cho­pin ! Un autre en­core montre la star amé­ri­caine se ren­dant à la plage pro­té­gé du so­leil par un pa­ra­sol de bis­trot te­nu par un de ses proches, tel un bo­dy-guard veillant sur la san­té de l’ar­tiste. Sou­ve­nirs, sou­ve­nirs... L’Hô­tel des Fa­laises n’a rien ou­blié. Son pa­tron, Gilles Ba­ron, que ses amis sur­nomment Co­chise, re­noue de­puis plu­sieurs an­nées avec la tra­di­tion. Epau­lé de Ch­ris­tian Du­casse et d’Her­vé Hec, autre pas­sion­né de jazz, il ac­cueille des “jam ses­sions” à la sai­son, comme au bon vieux temps. Un avant goût jaz­zy de pa­ra­dis, l’Eden­ville.

Pra­tique. Bar hô­tel des Fa­laises, ave­nue Vau­ban à Jul­lou­ville.

Tél. 02 33 61 83 29.

 ??  ?? De gauche à droite, Da­niel Les­guillier, la “mé­moire” des jam ses­sions en 1964 à Jul­lou, Gilles Ba­ron le pro­prié­taire de l’Hô­tel des Fa­laises et Ch­ris­tian Du­casse, pho­to­graphe-re­por­ter pas­sion­né de jazz. Tous trois font re­vivre au­jourd’hui dans l’an­cien hô­tel les belles soi­rées de jazz, en hom­mage à Bud Po­wel, le roi du be-bop qui sé­jour­na à Jul­lou­ville à l’été 1964.
De gauche à droite, Da­niel Les­guillier, la “mé­moire” des jam ses­sions en 1964 à Jul­lou, Gilles Ba­ron le pro­prié­taire de l’Hô­tel des Fa­laises et Ch­ris­tian Du­casse, pho­to­graphe-re­por­ter pas­sion­né de jazz. Tous trois font re­vivre au­jourd’hui dans l’an­cien hô­tel les belles soi­rées de jazz, en hom­mage à Bud Po­wel, le roi du be-bop qui sé­jour­na à Jul­lou­ville à l’été 1964.
 ??  ?? Bud Po­wel sur la plage de Jul­lou­ville.
Bud Po­wel sur la plage de Jul­lou­ville.
 ??  ??

Newspapers in French

Newspapers from France