La Manche Libre (Saint-Lô)

Commerce Pour apporter de la gaîté à son restaurant vide, il installe des nounours

-

Nicolas Olivier a repris la brasserie-bar-tabac La Rotonde voilà 2 ans. Pour égayer son restaurant fermé, il a organisé une vitrine attrayante.

Nicolas Olivier, pourquoi avoir mis des peluches à vos tables ?

“Plutôt que de laisser la façade du restaurant vide, on s’est dit autant faire une petite salle avec des nounours, pour apporter de la gaîté. Il y a pas mal de personnes qui passent devant en venant au tabac.”

Quels sont les retours de vos clients ?

“Ça fonctionne plutôt bien ! Pas un jour sans qu’on nous en parle. Les gens nous disent bravo et prennent des photos. Les enfants demandent à rentrer voir. On les laisse y aller un par un. C’est sympa. A nous aussi, ça fait du bien !”

Quel est votre sentiment sur cette fermeture prolongée ?

“On ne la vit pas très bien. On s’y attendait, mais quand même, c’est dur à encaisser. Mes 15 salariés n’ont pas demandé à rester chez eux. Le tabac fonctionne bien et permet un mouvement de trésorerie. Cela me permet aussi de sortir de chez moi. C’est très dur psychologi­quement. Financière­ment, j’avais une bonne trésorerie qui me permet de tenir. L’aide de l’etat a été de 1 250 € pour tout le 1er confinemen­t ! Nous avons eu récemment 10 000 € pour le mois de novembre, sachant qu’un gros établissem­ent comme le mien, c’est 20 000 € de frais fixes par mois... Je ne nous vois pas rouvrir avant mars/avril. Et à quelles conditions ? C’est un fort sentiment d’injustice parce qu’on avait tout bien fait pour éviter les contaminat­ions...”

■■Pratique. La Rotonde, 17 rue Alsace Lorraine, Saint-lô.

 ??  ??

Newspapers in French

Newspapers from France