Coup d’ar­rêt au tra­fic de stu­pé­fiants

Le tra­fi­quant écope de deux ans de pri­son ferme

La Montagne (Brive) - - Limousin Actualité -

Un Tul­liste de 23 ans a été ju­gé en com­pa­ru­tion im­mé­diate hier et condam­né par le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Tulle pour tra­fic de stu­pé­fiants.

Ka­rim El Gh­mi­mi a eu beau ré­pé­ter que le pe­tit com­merce au­quel il se li­vrait de­puis plu­sieurs mois ne ser­vait qu’à fi­nan­cer sa consom­ma­tion per­son­nelle, le tri­bu­nal n’a pas été cré­dule. L’homme, aux gestes un rien em­por­tés à la barre et au dé­bit de pa­role sûr et ra­pide, était sous le coup d’une en­quête me­née par le com­mis­sa­riat de Tulle en col­la­bo­ra­tion avec le groupe dé­par­te­men­tal de lutte contre les stu­pé­fiants de Brive.

Pla­cé sur écoute

« Les in­ves­ti­ga­tions ont dé­bu­té suite à un ren­sei­gne­ment ju­di­ciaire, a rap­pe­lé le tri­bu­nal. Vous êtes ra­pi­de­ment iden­ti­fié et sus­pec­té d’être à l’ori­gine d’un tra­fic de stu­pé­fiants entre mars 2014 et mai 2018. » Des lignes té­lé­pho­niques sont pla­cées sur écoute et des planques mises en place à proxi­mi­té du do­mi­cile du mis en cause. « Par­mi les vingt nu­mé­ros les plus ap­pe­lés, les en­quê­teurs s’aper­çoivent que beau­coup de ses in­ter­lo­cu­teurs sont connus pour des in­frac­tions aux stu­pé­fiants », re­lève le tri­bu­nal. Par ailleurs, plu­sieurs élé­ments dans les conver­sa­tions ne laissent au­cun doute sur la na­ture du com­merce dont il est ques­tion.

Le sus­pect est in­ter­pel­lé le 14 mai et son do­mi­cile per­qui­si­tion­né. Deux pla­quettes de ré­sine de can­na­bis sont re­trou­vées sous le lit. Une troi­sième dans une chaus­sure. « Au to­tal, 145 g », re­lève le tri­bu­nal, qui in­dique éga­le­ment que 160 € sont sai­sis. A la barre, le pré­ve­nu n’en dé­mord pas : « Je suis un gros fu­meur. Quinze joints par jour. Il fal­lait bien que je re­vende un peu, mais uni­que­ment pour ma fume. »

« Sauf qu’à la dif­fé­rence de ce que vous af­fir­mez, il ne s’agit pas de deux ou trois per­sonnes que vous pré­ten­dez “dé­pan­ner”, mais de beau­coup plus. Les au­di­tions des nom­breux clients iden­ti­fiés l’at­testent, tout comme les écoutes. Il ap­pa­raît même que vous les re­lan­cez ré­gu­liè­re­ment », lui op­posent les ma­gis­trats.

Pour le mi­nis­tère pu­blic, les faits sont éta­blis. « Il y a les écoutes, les dé­cla­ra­tions des clients, des ren­dez­vous dans des cours d’im­meubles pour les tran­sac­tions. On es­time le tra­fic à au moins 2,5 kg ven­du par an. » Une peine de trois ans de pri­son ferme est re­quise, avec man­dat de dé­pôt.

Une peine in­adap­tée, se­lon l’avo­cate de la dé­fense Me Pa­tri­cia Co­lin, qui, es­ti­mant que son client a be­soin de soi­gner son ad­dic­tion, de­mande une peine mixte avec du sur­sis et mise à l’épreuve. Le tri­bu­nal l’a en­ten­du au­tre­ment en pro­non­çant une peine de deux ans de pri­son ferme et le pla­ce­ment sous man­dat de dé­pôt. ■

Les ventes es­ti­mées à 2,5 kg par an

PHOTO D’ILLUSTRATION : FRÉ­DÉ­RIC MARQUET

PRO­DUITS. L’homme de­vait ré­pondre de tra­fic de can­na­bis et, plus oc­ca­sion­nel­le­ment, de co­caïne.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.