Mayotte exige des moyens pour sa sé­cu­ri­té, la mi­nistre sur place

In­sé­cu­ri­té et im­mi­gra­tion à l’ori­gine du mou­ve­ment de contes­ta­tion dans ce dé­par­te­ment

La Montagne (Cantal) - - LA UNE -

La mi­nistre des Outre-mer, An­nick Gi­rar­din, a an­non­cé à Ma­moud­zou une sé­rie de me­sures, no­tam­ment sé­cu­ri­taires, pour ten­ter de dé­mi­ner le mou­ve­ment de contes­ta­tion contre l’in­sé­cu­ri­té et l’im­mi­gra­tion ir­ré­gu­lière qui agite Mayotte de­puis trois se­maines.

«Le 101e dé­par­te­ment fran­çais reste Mayotte, Mayotte reste un dé­par­te­ment fran­çais », a­t­elle mar­te­lé pour si­gni­fier l’at­ta­che­ment à ce ter­ri­toire en­core com­plè­te­ment pa­ra­ly­sé par les bar­rages rou­tiers hier, ap­pe­lant à re­dé­fi­nir les com­pé­tences du dé­par­te­ment au­tant que l’ac­com­pa­gne­ment de l’état.

Elle a confirmé le main­tien sur le ter­ri­toire, jus­qu’à la fin de l’an­née sco­laire, de 60 gen­darmes ar­ri­vés la se­maine der­nière, la pé­ren­ni­sa­tion d’un de­mi­es­ca­dron de gen­darmes mo­biles sur place de­puis 2016, et la créa­tion d’une bri­gade de gen­dar­me­rie na­tio­nale à Koun­gou.

L’ar­ri­vée de nou­veaux ren­forts est ac­cé­lé­rée, avec la ve­nue de 10 po­li­ciers sup­plé­men­taires en mars et 16 gen­darmes d’ici le 1er août, qui vien­dront étof­fer une nou­velle bri­gade de pré­ven­tion de la dé­lin­quance ju­vé­nile.

Le col­lec­tif et l’in­ter­syn­di­cale à la tête du mou­ve­ment ont dit « re­fu­ser de s’as­so­cier à cette mas­ca­rade », re­gret­tant qu’il n’y ait « au­cune in­ten­tion de me­ner de vé­ri­tables né­go­cia­tions sur nos re­ven­di­ca­tions », et dé­plo­rant « une ten­ta­tive de di­vi­sions des élus ».

Pour Maou­li­da Mo­med, un des porte­pa­role, la mi­nistre n’a an­ non­cé que « des sous­me­sures prises dans l’ur­gence qui ne ré­sou­dront rien sur le long terme ».

Dès son ar­ri­vée en ma­ti­née, An­nick Gi­rar­din s’était heur­tée aux ma­ni­fes­tants à un bar­rage rou­tier proche de l’aé­ro­port, et avait choi­si de s’as­seoir par terre pour dia­lo­guer, avant de se rendre place de la Ré­pu­blique, au chef­lieu Ma­moud­zou.

À son ar­ri­vée à Grande Terre l’at­ten­dait un pe­tit groupe de femmes por­tant une ban­de­role « Gou­ver­ne­ment As­sas­sin ». « On n’est pas fa­ti­guées, on est dé­ter­mi­nées », ont scan­dé des femmes.

An­nick Gi­rar­din a an­non­cé la créa­tion d’un état­ma­jor de la lutte contre l’im­mi­gra­tion clan­des­tine, à terre et sur mer, ain­si que « l’en­voi im­mé­diat par la ma­rine na­tio­nale d’un na­vire pa­trouilleur mi­li­taire qui est sur place de­puis 24 heures ».

« 24 heures sur 24, il y au­ra de la pré­sence pour lut­ter contre l’im­mi­gra­tion clan­des­tine et ar­rê­ter les kwas­sa kwas­sa qui peuvent au­jourd’hui abor­der nos côtes », a­t­elle pro­mis.

En outre, un of­fi­cier de liai­son doit être af­fec­té au mi­nis­tère de l’in­té­rieur co­mo­rien. En ce qui concerne la lutte contre l’abus du droit du sol, elle a in­di­qué que la créa­tion d’un sta­tut d’ex­ter­ri­to­ria­li­té pour l’hô­pi­tal, qui est aus­si la plus grande maternité de France, fe­rait l’ob­jet d’un groupe de tra­vail.

PHO­TO AFP

AN­NICK GI­RAR­DIN. Peu après son ar­ri­vée à Mayotte, hier, la mi­nistre dis­cute avec des ma­ni­fes­tants pour ten­ter de trou­ver une is­sue à la crise.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.