Du­bosc l’en­jô­leur Co­mé­die

S’ap­puyant sur son hu­mour, Franck Du­bosc réus­sit ses pre­miers pas de réa­li­sa­teur avec « Tout le monde de­bout », une co­mé­die ro­man­tique où il campe un cé­li­ba­taire en­jô­leur pris à son propre piège dans un jeu de sé­duc­tion avec une jo­lie pa­ra­plé­gique.

La Montagne (Cantal) - - CINÉMA -

tout juste dé­cé­dée, il est sur­pris, as­sis sur une chaise rou­lante, par une jo­lie voi­sine de pa­lier (Ca­ro­line An­glade) et feint d’être han­di­ca­pé pour ten­ter de la sé­duire.

Lorsque cette der­nière le pré­sente à sa soeur (Alexan­dra La­my, rayon­nante), pa­ra­plé­gique et elle aus­si cé­li­ba­taire, Jo­ce­lyn fait le choix de s’en­fon­cer dans son men­songe par goût du chal­lenge. Une dé­ci­sion qui va se re­tour­ner contre lui.

« Cette his­toire a été la con­ jonc­tion de plein de choses : le han­di­cap de ma mère et des gens que je croise, les his­toires d’amour que j’aime et le men­songe, avec le­quel j’ai beau­coup joué par le pas­sé », ex­plique l’hu­mo­riste, qui se sa­vait at­ten­du.

Le co­mique po­tache qui a fait sa marque de fa­brique sur scène est le mo­teur as­su­mé, no­tam­ment par rap­port au han­di­cap, d’un film dont la mé­ca­nique bien fi­ce­lée pèche dans son fi­nal par sa lon­gueur.

L’hu­mo­riste af­firme avoir eu du mal à se lan­cer, par peur de dé­ce­voir, et a par consé­quent sou­hai­té sur­prendre en jouant aus­si sur le re­gistre de la co­mé­die ro­man­tique dans la se­conde par­tie.

Et c’est jus­te­ment lors­qu’il s’ex­trait de son style hu­mo­ris­tique, cli­vant, et entre fron­ta­le­ment dans le genre, en s’ap­pro­priant ses codes nar­ra­tifs et en ré­vé­lant l’âme de son pro­ta­go­niste, que le néo­ci­néaste convainc le plus.

Au tra­vers du quo­ti­dien de fa­çade et de men­songes dans le­quel s’est en­fer­mé Jo­ce­lyn, son per­son­nage, l’hu­mo­riste dé­voile éga­le­ment un point de vue cri­tique sur les tra­vers de la cé­lé­bri­té et du rôle que sa no­to­rié­té l’oblige à nourr ir constam­ment. de si­tua­tions co­casses. Un pos­tu­lat de dé­part osé pour une co­mé­die dans la­quelle l’ac­trice de 50 ans est convain­cante, tout comme sa par­te­naire de jeu, toute en spon­ta­néi­té, dé­ca­lages sub­tils et fan­tai­sie lé­gère. Un rôle écrit pour elle par So­phie Fillières avec qui elle avait dé­jà tour­né le court mé­trage Des en 1991, au dé­but de sa car­rière.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.