La fête des cor­nets de Mu­rat ré­gale tou­jours plus

Une fête noire de monde et un concours de pâ­tis­se­rie, hier, à tra­vers la ville

La Montagne (Cantal) - - La Une - Yann Bays­sat

Mu­rat a vu dé­fi­ler beau­coup, beau­coup de monde hier, pour sa fête des cor­nets. Et pour le re­tour du concours cu­li­naire, le ju­ry a dé­gus­té beau­coup de bonnes choses. Pe­tit tour en cou­lisses.

De­hors, la fête bat son plein. Après deux an­nées hu­mides, le re­tour du so­leil a fait re­ve­nir la foule des grands jours. Peut­être pour une af­fluence re­cord. Une grosse di­zaine de mil­liers de per­sonnes na­vigue de stand en stand, de gar­ni­ture su­crée en sa­lée, au rythme des ban­das, se ré­ga­lant aus­si des troupes de théâtre de rue.

Mais, sur les coups de 14 heures, dans la halle, l’heure est plu­tôt au stress. Pour le re­tour du concours cu­li­naire, après sept an­nées d’éclipse, il n’y a pas as­sez de monde, jus­te­ment. Dans la ca­té­go­rie ama­teur, qui doit dé­bu­ter, Ca­thy Jean­bu est la seule concur­rente pré­sente. Deux autres ont fait faux bond.

Frites et ki­wi, oui, oui

Qu’à ce­la ne tienne, Odile Mat­téi, la pré­si­dente d’hon­neur du ju­ry, tire par la manche deux connais­sances croi­sées par ha­sard, Tris­tant Fré­dé­ric et Jean­louis Cha­de­lat. Pas n’im­porte qui : les deux an­ciens te­nan­ciers du Re­ lais de la Poste de Neu­vé­glise. Ils filent faire leurs courses de gar­ni­tures à l’épi­ce­rie plus bas, et le concours peut com­men­cer. Avec la bonne hu­meur de Ca­thy.

La nor­diste d’ori­gine rend hom­mage à son pays avec un cor­net… de frites, où la sauce au pain d’épices cô­toie le ki­wi ou les chi­cons. « Si ça marche, tant mieux, et si­non, tant pis, je me se­rai bien amu­sée », ri­gole­t­elle.

L’ori­gi­na­li­té ne lui suf­fit pas pour em­por­ter le concours. Il faut dire que dès qu’on plante la cuillère dans le cor­net pas­sion­ci­tron vert­ana­nas de JeanLouis Cha­de­lat, on com­prend tout de suite. C’est aé­rien, et le goût est en­core meilleur. Sans même dis­cu­ter, le ju­ry a dé­ci­dé. « C’est pas la peine de dé­ tailler les cri­tères ? » ri­gole le pré­sident, Di­dier Vaille.

Pour les pro­fes­sion­nels, qui suivent, les dé­li­bé­ra­tions se­ront bien plus âpres. Ju­lien Sé­né­dère avec son cor­net « sor­ti du fri­go », im­pro­vi­sé avec ce qu’il a trou­vé, ne peut lut­ter. Mais entre Cy­ril Ca­zal, de La­feuillade, et Bru­no Char­bon­nel, ve­nu du Li­vra­dois, il y a dé­bat. D’un cô­té, les par­ti­sans du pre­mier – son cor­net pomme châ­taigne bir­lou, clas­sique, bon, pré­cis –, est le fruit d’un énorme tra­vail. De l’autre (dont je fais par­tie) : l’ori­gi­na­li­té d’une glace aux cham­pi­gnons, d’une crème à la fourme d’am­bert, ma­riées aux fruits rouges… mais le chef est ar­ri­vé avec toutes ses pré­pa­ra­tions dé­jà faites, et les pro­fes­sion­nels ne goûtent pas la mé­thode.

Cha­cun campe sur ses po­si­tions… Avant qu’odile Mat­téi ne pro­pose la so­lu­tion : « on n’a qu’à don­ner un pre­mier prix su­cré, et un pre­mier prix sa­lé ». Ad­ju­gé.

La re­lève as­su­rée

De dé­bat, dans la der­nière ca­té­go­rie, celle des ap­pren­tis, il n’y en au­ra pas. Mat­téo, Me­lis­sa et Bap­tiste ont tous sé­duit le ju­ry. Par leur sens du tra­vail bien fait. Quand bien même la pauvre Me­lis­sa, vi­si­ble­ment stres­sée, a dû s’exé­cu­ter entre son père, Jé­rôme Ca­za­nave, membre du ju­ry, et une troupe d’hommes en tu­tu, ve­nus la dé­con­cen­trer. Ajou­tez à ce­la un pu­blic dense se pres­sant pour re­gar­der l es concur­rents…

Ils sé­duisent aus­si par leurs cor­nets. Ge­lée Ton­ton et crème à la ver­veine, mousse ba­nane­pas­sion, ou strac­cia­tel­la fruits­rouges, on se ré­gale à chaque fois. Et même si la dose de sucre, al­liée à la cha­leur de la halle, com­mence à pe­ser, pas uni­que­ment sur l’es­to­mac… Tous les trois se­ront ex æquo, pour la joie de leurs maîtres d’ap­pren­tis­sage, tous pré­sents.

Mal­gré quelques frayeurs, le concours est bien re­par­ti. Of­frant une touche d’ex­cel­lence à cette fête tou­jours plus po­pu­laire.

ANIMATION. La fête des cor­nets, c’est aus­si un spec­tacle per­ma­nent. Grâce à des troupes de théâtre de rue et des groupes comme des ban­das, qui as­surent toute la jour­née.

PHOTOS : CÉ­CILE PETEY ET YANN BAYS­SAT

LUTTE. Entre les trois pro­fes­sion­nels, la dé­ci­sion a été dure à prendre.

FOULE. Toutes les rues de Mu­rat se sont re­trou­vées gar­nies de gour­mands.

EN­FAN­TIN. Un cor­net, une crème, et les pe­tits sont ra­vis.

ÉQUI­LIBRE. À cha­cun sa fa­çon de trans­por­ter ses cor­nets.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.