Des vé­los à sur­veiller at­ten­ti­ve­ment

Comment mieux se pro­té­ger des vols de bi­cy­clettes dans la pré­fec­ture ?

La Montagne (Cantal) - - Aurillac Vivre Sa Ville - Pierre Cham­baud pierre.cham­[email protected]­tre­france.com

C’est une constante, il a tou­jours été dif­fi­cile de conser­ver son vé­lo à Au­rillac. Ces der­niers temps, la ten­dance s’est ré­af­fir­mée, alors que la ville s’amé­nage de plus en plus au­tour de la bi­cy­clette.

C’est un mot grif­fon­né comme un ras­le­bol et ac­cro­ché à un pan­neau en centre­ville d’au­rillac, à deux pas de la pré­fec­ture : « Avis au vo­leur de vé­lo. C’est la deuxième fois que tu m’ôtes mon moyen de trans­port. […] Pour­rais­tu me le ra­me­ner, s’il te plaît ? »

L’his­toire ne dit pas si le vé­lo a été ra­me­né. Le mot est res­té quelques se­maines à sa place, avant de dis­pa­raître. La pro­blé­ma­tique des vols de vé­lo est, à Au­rillac, tou­jours bien pré­sente.

Pas fa­cile de faire la part des choses dans les sta­tis­tiques, où il ap­pa­raît dans plu­sieurs ca­té­go­ries : vol avec ou sans dé­gra­da­tion, sur la voie pu­blique ou dans l’es­pace pri­vé. Reste un res­sen­ti, par­ta­gé par tous ceux qui ont une bi­cy­clette ou qui tra­vaillent dans ce mi­lieu. Pour Fer­nand Farges, soixante ans d’ex­pé­rience du vé­lo au sein de sa bou­tique à Au­rillac : « On a tou­jours eu un pro­blème avec les vé­los… Il s’en est tou­jours vo­lé ».

Et il s’en vole en­core. Jean­jacques Ri­chart, pré­sident de Vé­loCi­té 15, ré­cep­tionne ré­gu­liè­re­ment des per­sonnes qui se sont fait bar­bo­ter leur bi­cy­clette. L’as­so­cia­tion vend des vé­los d’oc­ca­sion, pas chers : « Après un vol, les gens se tournent vers nous », ex­plique­t­il.

Iro­nie de la si­tua­tion, c’est par­fois l’oc­ca­sion, pour cer­tains membres, de re­trou­ver… leur propre vé­lo. L’as­so­cia­tion ré­cu­père des bi­cy­clettes re­trou­vées aux quatre coins de la ville et qui n’ont pas été de­man­dées par leurs pro­prié­taires.

Là, les vé­los sont dans des états dif­fé­rents. Il y a ceux qui ont les rayons tor­dus, quand le vo­leur a for­cé avec le pé­da­lier pour cas­ser le ca­de­nas. D’autres sont in­tacts, signe d’un vé­lo pas at­ta­ché ou d’un an­ti­vol trop fra­gile. D’autres, en­fin, sont re­

1 Plus de vols… ou plus de vé­los ?

peints de ma­nière gros­sière, à la bombe…

2 Quel équi­pe­ment pour être tran­quille ?

C’est là que le bât blesse : sauf à avoir plu­sieurs ca­de­nas, dif­fi­cile de com­plè­te­ment sé­cu­ri­ser son deux­roues. Le plus simple reste tou­jours de l’at­ta­cher par le cadre, dans un en­droit pas­sant… Mais ce­la ne peut pas être une as­su­rance tout risque.

Au ma­ga­sin Cul­ture Vé­lo, Ju­lie et Do­mi­nique Fa­brègues ont des ca­de­nas avec dif­fé­rents ni­veaux de sé­cu­ri­té. Cer­taines as­su­rances pour le vol de­mandent un an­ti­vol un peu plus so­lide que le pre­mier prix. Dif­fi­cile de les conten­ter à moins de 60 €, un ta­rif « à ra­me­ner au prix du vé­lo », tem­père Ju­lie Fa­brègues. Le ma­ga­sin conseille une as­su­rance contre le vol pour les vé­los élec­triques, qui coûtent plu­sieurs mil­liers d’eu­ros…

Reste à trou­ver un en­droit pour les ac­cro­cher. En ville, outre le mo­bi­lier ur­bain clas­sique, il y a des en­droits dé­diés, au Square par exemple. Les nou­veaux par­kings, comme ce­lui de la Tour ( notre pho­to), sont dé­sor­mais équi­pés de points d’at­tache, alors qu’aur illac s’amé­nage de plus en plus au­tour du vé­lo.

3 Pour une meilleure tra­ça­bi­li­té.

Si les vé­los neufs sont équi­pés d’un nu­mé­ro de sé­rie, il existe, en France, la pos­si­bi­li­té de faire nu­mé­ro­ter son vé­lo pour qu’il ap­pa­raisse sur une base de don­nées. Si ja­mais le vé­lo est dé­ro­bé, il est alors pos­sible de le dé­cla­rer comme tel, et de se le faire res­ti­tuer s’il est re­trou­vé.

Une so­lu­tion re­vient ré­gu­liè­re­ment, pro­po­sée par la fé­dé­ra­tion des usa­gers de la bi­cy­clette : le Bi­cy­code®, qui re­ven­dique un par­te­na­riat avec le mi­nis­tère de l’in­té­rieur no­tam­ment. Pro­blème : à Au­rillac, au­cun ma­ga­sin ne le fait. « On n’a pas de de­mandes au­jourd’hui », constate Do­mi­nique Fa­brègues.

La so­lu­tion est vue d’un bon oeil au com­mis­sa­riat, pour lut­ter contre le re­cel de vé­los vo­lés. De ma­nière pré­ven­tive, la pe­tite éti­quette per­met­trait d’évi­ter le vol, mais sur­tout de per­mettre de re­trou­ver le vé­lo, si le pire ar­rive. Le « plan vé­lo », qui de­vrait être vo­té en 2019, pré­voit de gé­né­ra­li­ser ce type de mar­quage à l’achat d’un vé­lo neuf.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.