« Il faut ai­der les plus mo­destes »

Face à la fronde de la flam­bée des prix, Ma­cron et le gou­ver­ne­ment cherchent une sor­tie de crise

La Montagne (Cantal) - - France & Monde Actualités -

Re­fonte du chèque éner­gie, dé­fis­ca­li­sa­tion des aides au trans­port, dis­cus­sions avec les en­tre­prises : le gou­ver­ne­ment a pré­ci­sé hier ses pistes face à la grogne pro­vo­quée par la flam­bée des prix des car­bu­rants, pro­met­tant d’« amé­lio­rer » les aides pour les mé­nages mo­destes.

In­ter­ro­gé sur le mou­ve­ment de fronde an­ti­fis­cale qui agite de­puis plu­sieurs se­maines une par­tie de la po­pu­la­tion, Em­ma­nuel Ma­cron a dit une nou­velle fois « com­prendre » cette « co­lère », lors d’un en­tre­tien dif­fu­sé sur Eu­rope 1.

« Le gou­ver­ne­ment ne se trompe pas, il va dans la bonne di­rec­tion », a af­fir­mé le pré­sident de la Ré­pu­blique pour jus­ti­fier la hausse des taxes sur les car­bu­rants dé­ci­dée par l’exé­cu­tif. Mais « il faut ai­der nos ci­toyens les plus mo­destes qui n’ont pas le choix », a­t­il re­con­nu.

Pris à par­tie quelques heures plus tard par des ha­bi­tants dans les rues de Ver­dun, le chef de l’état a as­su­ré vou­loir « ap­por­ter des so­lu­tions en pro­fon­deur ». « On n’écrase per­sonne », a­t­il in­sis­té, pro­met­tant de « trou­ver un mé­ca­nisme » pour « ac­com­pa­gner » les mé­nages qui connaî­traient des dif­fi­cul­tés.

Pre­mière piste évo­quée : un élar­gis­se­ment des condi­tions d’ac­cès au « chèque éner­gie », ver­sé aux Fran­çais les plus mo­destes pei­nant à se chauf­fer, et qui doit pas­ser en 2019 à 200 eu­ros en moyenne contre 150 eu­ros cette an­née.

In­ter­ro­gé sur LCI, le mi­nistre des Comptes pu­blics, Gé­rald Dar­ma­nin, a ju­gé né­ces­saire de rendre « plus simple » ce dis­po­si­tif, créé pour rem­pla­cer les ta­rifs so­ciaux de l’élec­tri­ci­té et du gaz, et ver­sé à en­vi­ron 3,7 mil­lions de mé­nages.

« C’est très tech­no­cra­tique comme sys­tème, parce que vous re­ce­vez un chèque, mais c’est un chèque que vous ne pou­vez pas en­cais­ser, c’est un chèque que vous de­vez dé­duire de votre ta­ri­fi­ca­tion », a rap­pe­lé le mi­nistre, in­di­quant que « 560.000 Fran­çais » re­ce­vaient ce chèque sans l’en­cais­ser.

La deuxième « ques­tion qu’on doit se po­ser », c’est « est­ce qu’il faut ai­der les gens qui sont im­po­sables » et ne bé­né­fi­cient ac­tuel­le­ment pas du chèque éner­gie, a pour­sui­vi Gé­rald Dar­ma­nin. « Je pense qu’ef­fec­ti­ve­ment il faut s’oc­cu­per de tous les Fran­çais mo­destes » a­t­il dé­cla­ré, pré­ci­sant qu’il fe­rait « cette se­maine des pro­po­si­tions » sur ce su­jet avec le mi­nistre de la Tran­si­tion éco­lo­gique, Fran­çois de Ru­gy.

« Pom­pier py­ro­mane »

Concer­nant l es tra­vailleurs contraints de prendre leur vé­hi­cule, le gou­ver­ne­ment a par ailleurs confir­mé que les aides au trans­port ver­sées par les ré­gions, à l’image des Hauts­de­ France (voir en­ca­dré ci­des­sous) qui pro­posent une aide de 20 eu­ros par mois à par­tir de 60 km al­ler­re­tour de tra­jet quo­ti­dien, se­raient « dé­fis­ca­li­sées ».

C’est une « bonne phi­lo­so­phie », a es­ti­mé le chef de l’état, pro­met­tant de gé­né­ra­li­ser le dé­fis­ca­li­sa­tion à l’en­semble du ter­ri­toire. « Il faut que tout le monde se mo­bi­lise », a abon­dé Gé­rald Dar­ma­nin, ap­pe­lant les en­tre­prises à adap­ter quand c’est pos­sible les ho­raires de leurs sa­la­riés à ceux des trans­ports en com­mun.

Ces me­sures ont été dé­non­cées par l’op­po­si­tion, alors que le gou­ver­ne­ment peine à mettre sous cloche la fronde sur la ques­tion de la fis­ca­li­té éco­lo­gique.

Em­ma­nuel Ma­cron « est un pom­pier py­ro­mane : il pro­pose un al­lé­ge­ment de taxes pour com­pen­ser une aug­men­ta­tion des taxes », a ré­agi la porte­pa­role des Ré­pu­bli­cains Lau­rence Sailliet.

Il « fait l’au­mône » de « quelques cen­times », a cr iti­qué Be­noît Ha­mon, fon­da­teur du mou­ve­ment Gé­né­ra­tions. Pour Ma­rine le Pen, la pro­po­si­tion d’em­ma­nuel Ma­cron est « as­sez gon­flée ». Il « trans­fère aux ré­gions […] le soin de com­pen­ser l’hy­per­fis­ca­li­té qu’il a dé­ci­dée sur les car­bu­rants », a dé­cla­ré la pré­si­dente du Ras­sem­ble­ment na­tio­nal (ex­fn).

Le mé­con­ten­te­ment est mon­té en puis­sance ces der­nières se­

maines avec des pé­ti­tions ras­sem­blant des cen­taines de mil­liers de si­gna­tures et un ap­pel à blo­quer les routes le 17 no­vembre, sou­te­nu par cer­tains élus, no­tam­ment du Ras­sem­ble­ment na­tio­nal et des Ré­pu­bli­cains.

In­ter­ro­gé sur cette grogne, Em­ma­nuel Ma­cron a mis en garde contre une forme de « dé­ma­go­gie ». « Je suis tou­jours mé­fiant sur ces grands ap­pels à mo­bi­li­sa­tion pour tout blo­quer, parce que gé­né­ra­le­ment on trouve der­rière un peu tout et n’im­porte quoi », a­t­il dé­cla­ré.

PHO­TO D’IL­LUS­TRA­TION BEP

GILETS JAUNES. Des pé­ti­tions et un ap­pel à blo­quer les routes le 17 no­vembre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.