Un his­to­rial, plus qu’un mé­mo­rial

La Montagne (Cantal) - - France & Monde -

Parce que tous les foyers ont été tou­chés par la guerre, il y a, ex­plique Ni­co­las Beau­pré, « une mé­moire fa­mi­liale », in­time et « la mé­moire col­lec­tive » qui va s’es­tom­per avec le temps et « la perte du lien di­rect » avec la gé­né­ra­tion des com­bat­tants. La dis­tance, le chan­ge­ment d’état d’es­prit, une forme d’ir­ré­vé­rence a même pu se faire jour. On s’est même « mo­qué, avec Co­luche, des pa­pys res­sas­sant » leur Ver­dun.

Puis en 1992, il y a eu « un re­gain, une nou­velle phase mé­mo­rielle. A Pé­ronne (Oise), on a ima­gi­né un his­to­rial plu­tôt qu’un mé­mo­rial. Les Fran­çais sont pas­sés dans la phase de de­mande de com­pré­hen­sion. On a ex­plo­ré de nou­veaux su­jets, plus so­cio­lo­giques comme l’ar­rière, les femmes, etc ». A Pé­ronne, la guerre s’ap­prend à tra­vers le re­gard de na­tions eu­ro­péennes com­bat­tantes (France, Al­le­magne, Royaume-uni). Il s’agit d’une ap­proche an­thro­po­lo­gique qui vise à mon­trer l’hu­ma­ni­té en guerre, dans une guerre to­tale af­fec­tant la so­cié­té dans son en­semble.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.