Plus ça va et mieux ça va !

Au­rillac bat Cler­mont (B) à do­mi­cile et conti­nue à avan­cer (2­1)

La Montagne (Cantal) - - Sports - VIC­TOIRE.

En dis­po­sant de Cler­mont (B), Au­rillac s’est confor­ta­ble­ment ins­tal­lé dans le ventre mou d’un clas­se­ment très ser­ré mais a aus­si dé­mon­tré que son col­lec­tif mon­tait en puis­sance. Une belle soi­rée.

Un dé­clic ? Un trem­plin ? Le temps le di­ra. En tout cas, ce deuxième but, de toute beau­té, ins­crit juste après la pause, scel­lant de sur­croît le suc­cès, prend une si­gni­fi­ca­tion par­ti­cu­lière en i mpli­quant Ja min, Anne, Douillard et en bout de ligne Ma­zure pour conclure un mou­ve­ment d’école qui a désar­ti­cu­lé dans les vingt der­niers mètres une dé­fense cler­mon­toise à la peine. Et cet en­semble d’élé­ments ayant fa­vo­ri­sé la réus­site a quelque chose de ras­su­rant.

Main­te­nant, on pour­ra tou­jours se po­ser la ques­tion de sa­voir pour­quoi les at­ta­quants du cru ne sont pas par­ve­nus à ré­pé­ter plus sou­vent cette par­ti­tion ras­sem­blant toutes les condi­tions pour mar­quer la dif­fé­rence : vi­tesse, jus­tesse, al­truisme, ef­fi­ca­ci­té sans ou­blier l’ins­pi­ra­tion. Si Au­rillac a réus­si une fois, pour­quoi n’au­rait­il pas réus­si deux, trois, quatre fois dans une par­tie où il ne se pas­sa fi­na­le­ment pas grand­chose sur le ter­rain de l’of­fen­sive ? Ques­tion de confiance, d’as­su­rance ? « Nous avions dé­ci­dé de leur lais­ser le bal­lon et de les contrer… », ex­pli­que­ra Oli­vier Cla­vière très sa­tis­fait de la tour­nure des évé­ne­ments et na­tu­rel­le­ment des op­tions choi­sies.

10 points sur 12 dans l’es­car­celle

Il est vrai qu’en re­gar­dant la jeu­nesse cler­mon­toise s’en te­nir à la pos­ses­sion du bal­lon, Au­rillac n’avait pas à ten­ter le diable, à s’ex­po­ser, à don­ner le bâ­ton pour se faire battre, à of­frir des so­lu­tions. Il faut bien avouer que cette stra­té­gie se ré­vé­la payante. Elle contra­ria un ad­ver­saire gê­né aux en­tour­nures dès qu’il fal­lut ac­cé­lé­rer ou tout sim­ple­ment com­po­ser pour es­sayer de se­couer le co­co­tier. A tel point que ce Cler­mont ron­ron­nant à l’ap­proche de la zone de vé­ri­té ne se pro­cu­ra pas la moindre oc­ca­sion tout au long des 90 mi­nutes, se conten­tant d’éga­li­ser sur une frappe de plus de 25 mètres sur­pre­nant Har­dy ré­duit au chô­mage tech­nique. Ce fut sur le pre­mier de ses deux tirs ca­drés.

Cette réa­li­sa­tion à quatre mi­nutes des ci­trons res­sem­bla à un coup de bam­bou sur la tête des Can­ta­lous vrai­ment pas ver­nis. Puis il y eut cette ré­ac­tion qui al­lait leur don­ner des ailes et leur per­mettre de dé­cro­cher le pom­pon. La suite se ré­su­ma à une es­pèce d’at­taque­dé­fense sans beau­coup de per­ti­nence met­tant da­van­tage en évi­dence la so­li­di­té du bloc au­rilla­cois que les prises de risques of­fen­sives des vi­si­teurs.

Au­rillac, qui avait pu se li­bé­rer d’en­trée de jeu à la fa­veur d’un pe­nal­ty trans­for­mé par son bu­teur Anne au­teur dé­jà de sept réa­li­sa­tions, me­na sa barque avec suf­fi­sam­ment d’ap­pli­ca­tion, de sé­rieux et de ri­gueur pour conser­ver son avance. « Nous avons beau­coup ga­lo­pé, sans re­chi­gner à l’ef­fort. La ré­com­pense est tom­bée. C’est une belle soi­rée », se ré­jouis­sait Cla­vière qui ne pou­vait es­pé­rer mieux le j our de ses 49 ans.

Jusque­là, seul Val­lière était ar­ri­vé à faire tré­bu­cher Cler­mont. C’est donc une su­perbe per­for­mance qu’a si­gnée Au­rillac qui vient tout de même d’en­gran­ger 10 points sur 12 et s’ap­prête à dis­pu­ter sa­me­di à Biars le 7e tour de la Coupe de France.

PHO­TO DORIAN LOUBIÈRE

Er­wan Ser­ge­tier et Au­rillac ont en­gran­gé leur qua­trième vic­toire de la sai­son.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.