Sé­bas­tien Ogier réa­lise la passe de six à l’ex­pé­rience

Le Fran­çais rem­porte le titre de cham­pion du monde pour la 6e fois consé­cu­tive

La Montagne (Cantal) - - Sports -

Dé­sor­mais six fois cham­pion du monde des ral­lyes, Sé­bas­tien Ogier a fait par­ler, hier, son ex­pé­rience pour faire cra­quer ses ri­vaux, Thier­ry Neu­ville et Ott Tä­nak, tous deux pous­sés à la faute d’un Rallye d’australie rem­por­té par Ja­ri-mat­ti Lat­va­la.

« Quelle sai­son in­croyable ! Ça a été très ser­ré, avec des hauts et des bas », s’est fé­li­ci­té Ogier, qui a dé­dié ce triomphe à son épouse, la pré­sen­ta­trice al­le­mande An­drea Kai­ser.

« Il n’y a pas si long­temps on se di­sait que le titre se­rait dur à rem­por­ter mais on n’a ja­mais bais­sé les bras », a­t­il af­fir­mé aux cô­tés de son co­pi­lote Julien In­gras­sia.

Le dé­noue­ment d’une des sai­sons les plus pas­sion­nantes de­puis quinze ans était at­ten­du par beau­coup lors de la 24e et der­nière spé­ciale (ES24) de cette 13 e et ul­time manche.

Mais la lutte pour le titre des pi­lotes a fi­na­le­ment ren­du son ver­dict juste avant cette « Po­wer Stage » et ses points bo­nus.

Ne u v i l l e, le Belge de Hyun­dai, alors 8e, a aban­don­né dans L’ES22, roue ar­ra­chée suite à une sor­tie de route, puis l’es­to­nien de Toyo­ta, Tä­nal, l’a imi­té, dans la spé­ciale sui­vante, sa trans­mis­sion abî­mée après un contact avec un arbre.

Le Fran­çais de M­sport Ford, qui se conten­tait de conser­ver une 6e place sy­no­nyme de sacre même si Tä­nak s’im­po­sait, a donc été ti­tré entre deux spé­ciales, ce qui l’a em­pê­ché de plei­ne­ment sa­vou­rer sur le mo­ment, se­lon ses dires.

Ex­pé­rience

La pluie tom­bée en abon­dance dans la nuit a trans­for­mé plu­sieurs sec­tions des che­mins en terre de Nou­velle­galles du Sud en flaques de boue plus ou moins pro­fondes, un re­vê­te­ment très pié­geux dont Ogier se mé­fiait énor­mé­ment.

Neu­ville et Tä­nak avaient, eux, dé­jà com­mis plu­sieurs er­reurs avant de se re­trou­ver éli­mi­nés de l’épreuve.

Ba­layant la route ven­dre­di, Ogier au contraire a été ir­ré­pro­chable, se per­met­tant de gé­rer après la cre­vai­son de Neu­ville.

Ca­pi­ta­li­sant sur l’ex­pé­rience de ces cinq pré­cé­dents titres, il avait pres­sen­ti après son suc­cès en jan­vier au Monte­car­lo que « la régularité » se­rait dé­ci­sive en 2018.

« C’est beau­coup d’émo­tion pour toute l’équipe », a ex­pli­qué son pa­tron Mal­colm Wil­son, les larmes aux yeux avant la der­nière spé­ciale mar­quant la fin de deux ans de col­la­bo­ra­tion avec le Fran­çais.

FRANCE. Sé­bas­tien Ogier se rap­proche du re­cord de titres (9) d’un autre Tri­co­lore, Sé­bas­tien Loeb.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.