Le pillage des épaves en­glou­ties, un sport in­ter­na­tio­nal au large des côtes al­ba­naises

La Montagne (Cantal) - - Jeux - PA­TRI­MOINE.

Elles ont re­po­sé par­fois des siècles au fond des mers Adria­tique et Io­nienne, pleines de richesses in­crus­tées de co­quillages : les épaves d’al­ba­nie sont dé­sor­mais la cible des pilleurs sous­ma­rins. De­puis 2006, une as­so­cia­tion amé­ri­caine, la RPM Nau­ti­cal Foun­da­tion, a iden­ti­fié une qua­ran­taine d’épaves le long des 450 ki­lo­mètres de côtes al­ba­naises, un pa­tri­moine très mal connu. Ont cou­lé là des na­vires de l’an­ti­qui­té, ro­mains sur­tout, peut­être aus­si phé­ni­ciens, grecs ou illy­riens, re­mon­tant par­fois au VIIE siècle avant notre ère, mais aus­si des bâ­ti­ments de guerre contem­po­rains. Mais au­jourd’hui, « la plu­part des richesses qui re­po­saient à une pro­fon­deur de 20 à 30 mètres ont qua­si­ment en­tiè­re­ment dis­pa­ru sans lais­ser de trace », dé­plore l’ar­chéo­logue et his­to­rien de l’art Ne­ri­tan Ce­ka. Car si les eaux al­ba­naises sont res­tées in­ac­ces­sibles aux plon­geurs étran­gers pen­dant la dic­ta­ture com­mu­niste (1944­90), qui a fait de l’al­ba­nie une au­tar­cie, elles sont au­jourd’hui d’au­tant plus ou­vertes que ce pays pauvre ne dis­pose pas de moyens suf­fi­sants pour exer­cer un contrôle strict de ses côtes.

PHO­TO AFP

Une am­phore du IVE siècle avant J.-C. dé­cou­verte au large de l’al­ba­nie et ex­po­sée dans un mu­sée de Ti­ra­na.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.