La gen­dar­me­rie veut connaître l’avis des ci­toyens

La Montagne (Cantal) - - Cantal L'actu - Pierre Cham­baud

Il est dis­po­nible en mai­rie, sur In­ter­net, dans les bri­gades lo­cales évi­dem­ment.

La gen­dar­me­rie veut connaître l’avis des ci­toyens qui ha­bitent sur son sec­teur, dans le Cantal : leurs at­tentes, les ac­tions de pré­ven­tions me­nées, la pré­sence de pa­trouilles sur votre com­mune… Avec un risque, évi­dem­ment : ne tou­cher que les per­sonnes qui ont eu un contact avec l’ins­ti­tu­tion ré­cem­ment, et n’avoir des avis que sur la qua­li­té de l’ac­cueil de la bri­gade lo­cale. Or, l’in­té­rêt est « de sor­tir de la gen­dar­me­rie pour don­ner ac­cès à ce ques­tion­naire au plus grand nombre », ex­plique le co­lo­nel Em­ma­nuel Guillou, com­man­dant le grou­pe­ment du Cantal.

« Ren­for­cer le contact avec la po­pu­la­tion »

Si la dé­marche est na­tio­nale et s’ins­crit dans le cadre de la Po­lice de sé­cu­ri­té du quo­ti­dien (PSQ), le ques­tion­naire est au­ver­gnat, a été dé­ve­lop­pé à Cler­mont­fer­rand, et les in­for­ma­tions re­cueillies y se­ront éga­le­ment trai­tées.

L’ob­jec­tif de la PSQ est de « ren­for­cer le contact avec la po­pu­la­tion », ex­plique le co­lo­nel.

Le ques­tion­naire a éga­le­ment été dé­cli­né pour les élus, contacts pri­vi­lé­giés des mi­li­taires. Tous les six mois, élus et gen­dar­me­rie se ren­con­tre­ront pour une pré­sen­ta­tion, un bi­lan des mis­sions de la gen­dar­me­rie (sé­cu­ri­té, sé­cu­ri­té rou­tière…) sur le ter­ri­toire, qui se­ra confron­té aux at­tentes re­mon­tées du ter­rain par les élus, et, en juin, par la po­pu­la­tion avec ces fa­meux ques­tion­naires.

120.000 per­sonnes concer­nées

La sin­cé­ri­té des ré­ponses n’in­quiète pas le co­lo­nel ­ « dans le Cantal, les gens ré­pon­dront droits dans leurs bottes » ­, mais le risque se­rait de ne pas at­teindre le mi­ni­mum d’avis né­ces­saire pour en ti­rer un en­sei­gne­ment, alors qu’en­vi­ron 120.000 per­sonnes vivent en zone gen­dar­me­rie. D’où cette pré­sence de ques­tion­naire ano­nyme, sur In­ter­net, ou en mai­rie, afin de gar­der le contact avec la gen­dar­me­rie.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.