La ren­contre a tour­né au fias­co

Un seul dé­lé­gué, contes­té, a ré­pon­du hier à l’in­vi­ta­tion au dia­logue du Pre­mier mi­nistre

La Montagne (Cantal) - - France & Monde Actualités -

Le ren­dez-vous d’une dé­lé­ga­tion de « gi­lets jaunes » avec le Pre­mier mi­nistre Édouard Phi­lippe a tour­né au fias­co, hier, avec la pré­sence de seule­ment deux d’entre eux. Dont l’un est res­sor­ti presque aus­si­tôt par une porte dé­ro­bée…

«La porte de Ma­ti­gnon se­ra tou­jours ou­verte » à des re­pré­sen­tants des « gi­lets jaunes », a dé­cla­ré à la presse Édouard Phi­lippe, après s’être en­tre­te­nu avec un seul re­pré­sen­tant de ce mou­ve­ment, un autre ayant très vite tour­né les ta­lons.

Le Pre­mier mi­nistre a ju­gé cette dis­cus­sion, qui a du­ré plus d’une heure, « utile » et « in­té­res­sante ». « Cet échange a eu lieu, avec moins de re­pré­sen­tants que j’es­pé­rais, mais il a eu lieu et je pense que c’était im­por­tant qu’il ait lieu », a­t­il ajou­té, à la veille de la troi­sième jour­née de ma­ni­fes­ta­tion na­tio­nale du mou­ve­ment qui dé­nonce no­tam­ment l’in­jus­tice fis­cale.

Édouard Phi­lippe avait in­vi­té « les huit re­pré­sen­tants dé­si­gnés par les gi­lets jaunes », mais contes­tés.

« D’énormes pres­sions »

« La porte de Ma­ti­gnon res­te­ra tou­jours ou­verte. Si les « gi­lets jaunes » sou­haitent dé­si­gner des re­pré­sen­tants, nous pour­rons conti­nuer ce dia­logue. J’es­père qu’il pour­ra conti­nuer à se te­nir », a­t­il pour­sui­vi.

Il a éga­le­ment sou­li­gné qu’il « au­rait été in­com­pré­hen­sible » qu’il n’y ait « pas ce mo­ment d’échanges avec les re­pré­sen­tants des gi­lets jaunes » après avoir re­çu « tous les re­pré­sen­tants des as­so­cia­tions, des syn­di­cats, des élus lo­caux, des corps in­ter­mé­diaires » dans le cadre de trois mois de concer­ta­tion vou­lus par le pré­sident Em­ma­nuel Ma­cron.

« Je sou­hai­tais et j’ai de­man­dé à plu­sieurs re­prises à ce que cet en­tre­tien soit fil­mé et re­trans­mis en di­rect à la té­lé­vi­sion, ce­la a été re­fu­sé », a dé­cla­ré à la presse Ja­son Her­bert, l’un des huit re­pré­sen­tants dé­si­gnés mais contes­tés, pour jus­ti­fier son dé­part de la réunion.

L’autre « gi­let jaune » est ar­ri­vé et re­par­ti par une porte dé­ro­bée. Ni Ma­ti­gnon ni Ja­son Her­bert n’ont vou­lu ré­vé­ler son iden­ti­té.

Ja­son Her­bert a évo­qué « d’énormes pres­sions » qui « ont été à 99 % de la part d’autres gi­lets jaunes” […] pas des per­sonnes pa­ci­fiques, des per­sonnes ra­di­cales », a in­di­qué Ja­son Her­bert.

Dans un com­mu­ni­qué des « gi­lets jaunes » dif­fu­sé en fin de ma­ti­née, la ren­contre avec Édouard Phi­lippe était qua­li­fiée de « pré­ma­tu­rée », au mo­tif que Fran­çois de Ru­gy avait évo­qué un « en­tre­tien fu­tur vi­sant à réunir au­tour d’une table le Pre­mier mi­nistre et/ou le porte­pa­role du gou­ver­ne­ment avec les

ré­fé­rents gi­lets jaunes des dif­fé­rents dé­par­te­ments ». Ce nou­veau couac sur­vient alors que po­li­tiques et syn­di­ca­listes mul­ti­plient les ap­pels à l’exé­cu­tif pour qu’il fasse un geste en di­rec­tion des ma­ni­fes­tants.

De Bue­nos Aires où il par­ti­cipe au G20, le pré­sident avait re­dit jeu­di vou­loir ré­pondre à « la co­lère lé­gi­time » et « la souf­france d’une par­tie du peuple » par « des dé­ci­sions sup­plé­men­taires dans les se­maines et les mois à ve­nir », mais qui « ne se­ront ja­mais des re­culs ».

AFP

ÉCHEC. Ja­son Her­bert est le seul gi­let jaune (sans gi­let jaune) connu à avoir ren­con­tré le Pre­mier mi­nistre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.