Res­ca­pée d’un ac­ci­dent d’avion à 16 ans, Do­rine Bour­ne­ton est de­ve­nue la pre­mière femme pa­ra­plé­gique pi­lote de vol­tige. Une re­vanche sur la vie que ses com­pa­gnons de vol ont per­due et un de­voir de « don­ner du sens à cet ac­ci­dent ».

La Montagne (Cantal) - - Reportage - Lau­rence Gé­li­neau lau­rence.ge­li­[email protected]­tre­france.com

trou­vé ça gé­nial mais ça me pa­rais­sait très dif­fi­cile. »

Et pour réa­li­ser son rêve, deux op­tions. Être très fort en maths et pas­ser par la voie royale, l’école na­tio­nale de l’avia­tion ci­vile. Ou com­men­cer jeune à vo­ler et ac­cu­mu­ler des heures de vol, à ses frais. À 15 ans, « j’avais mis un peu d’ar­gent de cô­té. J’ai fait mon pre­mier vol so­lo alors que je n’avais même pas mon per­mis de conduire. C’est un truc qu’au­cun pi­lote ne peut ou­blier : une sen­sa­tion de lé­gè­re­té, de li­ber­té im­mense. On a l’im­pres­sion d’être seul au monde, dans une pe­tite bulle ».

Mais il ne faut pas rê­vas­ser trop long­temps, « l’at­ter­ris­sage est ce qu’il y a de plus com­pli­qué. Il faut être très concen­tré sur ses pro­cé­dures, ajus­ter sa vi­tesse, être à la bonne hau­teur, bien do­ser l’ar­ron­di et tou­cher les roues en dou­ceur, sans ta­per. Un do­sage très fin. C’était sur un Ral­lye, un avion qui par­donne des im­per­fec­tions de pi­lo­tage. »

PHO­TO DR

Sur la pre­mière marche du po­dium de­vant des va­lides lors de la Coupe Na­tio­nale Sud 2018 ca­té­go­rie Es­poir.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.