Phi­lippe Meyer a don­né sa dé­mis­sion

Le Fes­ti­val du théâtre de rue se cherche un nou­veau pré­sident

La Montagne (Cantal) - - Région Actualité - Ma­rie-ed­wige He­brard

Coup de théâtre… non pas dans les rues d’au­rillac, mais de­puis Pa­ris, où il ré­side et of­fi­cie le plus sou­vent. Phi­lippe Meyer, le pré­sident du Fes­ti­val in­ter­na­tio­nal de théâtre de rue d’au­rillac, a don­né sa dé­mis­sion.

Jeu­di, il en a in­for­mé le mi­nistre de la Culture Franck Ries­ter et a adres­sé un cour­rier à l’as­so­cia­tion Éclat, or­ga­ni­sa­trice du Fes­ti­val de théâtre de rue d’au­rillac, dont il était le pré­sident de­puis 2014.

Cette dé­mis­sion in­ter­vient dans le contexte dé­jà très par­ti­cu­lier de la re­cherche d’un di­rec­teur ar­tis­tique suite à la dé­mis­sion de Jean­ma­rie Son­gy. En août der­nier, à la veille du lan­ce­ment de la 33 e édi­tion du fes­ti­val au­rilla­cois des arts de la rue et du spec­tacle vi­vant, ce­lui qui en as­su­rait la pro­gram­ma­tion de­puis vingt­quatre ans avait an­non­cé son dé­part pour la fin de cette an­née.

Les au­di­tions de can­di­dats – ou de bi­nômes de can­di­dats – qui am­bi­tionnent de lui suc­cé­der ont eu lieu cette fin de se­maine, à Au­rillac, mais sans le pré­sident Meyer. C’est pré­ci­sé­ment l’or­ga­ni­sa­tion de ces au­di­tions qui a cris­tal­li­sé son mé­con­ten­te­ment et mo­ti­vé sa dé­mis­sion.

Dans un cour­rier adres­sé aux can­di­dats en lice, il dé­ve­loppe les rai­sons de son ab­sence : « J’ai don­né ma dé­mis­sion de la pré­si­dence d’éclat. Nous nous étions en­ga­gés en août à consul­ter des ex­perts, dont au moins un ar­tiste de rue. La Drac a ju­gé qu’elle pou­vait s’as­seoir sur cet en­ga­ge­ment, comme elle a igno­ré mes mises en garde sur les liens entre tel ex­pert et tel can­di­dat […]. Après la dé­si­gna­tion de ce­lui, de celle ou de ceux qui au­ront la res­pon­sa­bi­li­té ar­tis­tique du fes­ti­val, j’avais le pro­jet d’une ré­forme des sta­tuts d’éclat qui as­so­cie à nos as­sem­blées et à notre con­seil des re­pré­sen­tants du plus grand nombre pos­sible des ac­ti­vi­tés ar­tis­tiques du bas­sin d’au­rillac. À l’évi­dence, mon idée du rôle des as­so­cia­tions dans l’amé­na­ge­ment cultu­rel du terr itoire n’est pas com­pa­tible avec la concep­tion d’une ad­mi­nis­tra­tion qui ne les aime que lors­qu’elles lui servent de faux nez […] », dé­plore­til.

Dé­mis­sions et désac­cords

Un dé­part qui, dans son ti­ming, in­ter­roge et mé­duse. L’en­tente entre Jean­Ma­rie Son­gy et Phi­lippe Meyer n’était pas fran­che­ment au ren­dez­vous. En théo­rie, l’an­nonce du dé­part du pre­mier, en août, seyait au se­cond. Mais face au manque d’écoute dont il dit faire les frais, il a dé­ci­dé éga­le­ment de mettre fin à ses fonc­tions.

Phi­lippe Meyer évoque « l’ar­ro­gance. Un mot que l’on en­tend beau­coup ces der­niers jours. Sans autres moyens que mes convic­tions et ma dé­ter­mi­na­tion, je ne suf­fis pas à la com­battre » pour­suit­i l, à l’adresse de l’ad­mi­nis­tra­tion.

À Au­rillac, les au­di­tions pour dé­si­gner le nou­veau di­rec­teur sont ter­mi­nées. Le nom sur le­quel l’as­sem­blée dé­li­bé­ra­tive s’est ar­rê­tée, après va­li­da­tion du mi­nistre de la Culture, de­vrait être an­non­cé la se­maine pro­chaine.

PHOTO CH­RIS­TIAN STAVEL

DÉ­MIS­SION­NAIRE. Phi­lippe Meyer avait suc­cé­dé à Ca­the­rine Tas­ca, en juin 2014.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.