Saint-pour­çain four­ni­ra juste sa part de ro­sé

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Vin De L'été - Le ro­sé éla­bo­ré par l’union des vi­gne­rons de Saintpour­çain ne compte pas pour des prunes. An­toine De­la­cou

Avec 250.000 bou­teilles écou­lées par an, il pèse 20 % des ventes de la cave co­opé­ra­tive bour­bon­naise. Forte de ce socle, elle n’en­vi­sage pour­tant pas de se dé­ve­lop­per da­van­tage sur ce cré­neau, sa stra­té­gie étant d’abord axée sur les rouges et les blancs qui ont bâ­ti la ré­pu­ta­tion de L’AOC.

L’aug­men­ta­tion de la pro­duc­tion de ro­sé au­rait, de toute fa­çon, été in­en­vi­sa­geable avec le mil­lé­sime 2017. Sé­vè­re­ment tou­chées par des épi­sodes de gel, les vignes ont beau­coup souf­fert. Mal­gré ce coup dur, Ch­ris­tian Bi­got, di­rec­teur de la cave co­opé­ra­tive, af­firme que les 1.500 hec­to­litres de ro­sé is­sus des ven­danges 2017 de­vraient suf­fire à ho­no­rer les com­mandes : « Ce­la risque d’être juste, mais nous de­vrions y ar­ri­ver ».

Si l’union des vi­gne­rons a les yeux ri­vés sur les quan­ti­tés, elle n’ou­blie pas de res­ter concen­trée sur la qua­li­té. « En France, la clien­tèle est de­ve­nue plus exi­geante, constate Ch­ris­tian Bi­got. En quelques an­nées, la consom­ma­tion de ro­sé a été com­plè­te­ment bou­le­ver­sée et il n’est plus seule­ment con­si­dé­ré comme le vin de l’apé­ro et des bar­be­cues. Les consom­ma­teurs veulent boire un vin à part en­tière, un vin digne de ce nom. Ils ré­clament du gras, du fruit et des arômes. »

PHOTO PHI­LIPPE BIGARD

PRO­DUC­TION. Les 1.500 hec­to­litres de ro­sé is­sus des ven­danges 2017 de­vraient suf­fire à l’union des vi­gne­rons (ici son pré­sident Jean-marc Jos­se­lin) pour ho­no­rer les com­mandes : « Ce­la risque d’être juste, mais nous de­vrions y ar­ri­ver ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.