Par­ti de presque rien au Bé­nin…

Beau­coup de spec­ta­teurs du Na­tio­nal de Cler­montfer­rand ont dé­cou­vert, hier, Ro­nald Bo­tré. Un phé­no­mène d’ adresse et d’ ef­fi­ca­ci­té qui a dé­cou­vert la pé­tanque il y a à peine une dou­zaine d’an­nées. Le vice­cham­pion du monde Ro­nald Bo­tré était en­ga­gé, hier,

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Sports Pétanque - Arnaud Clergue Twit­ter : arnaud – clergue

«Al­lez vas­y Ro­nal­do ! » Le gim­mick re­vient à chaque fois que Ro­nald Bo­tré se di­rige vers le rond. Ro­nal­do… un sym­pa­thique so­bri­quet qui lui va plu­tôt bien. Car, comme l’illustre foot­bal­leur por­tu­gais, le pé­tan­queur ne manque que très ra­re­ment sa cible. Les ad­ver­saires qu’il a croi­sés sur sa route, hier au na­tio­nal de Cler­mont­fer­rand, en ont fait l’amère ex­pé­rience. Le joueur bé­ni­nois est un re­dou­table ti­reur.

Pour­tant, il y a un peu plus de dix ans de ce­la, Ro­nald Bo­tré n’avait ja­mais en­core tou­ché ne se­rait­ce qu’une boule de pé­tanque. Il a dé­cou­vert ce sport dans sa ville na­tale de Co­to­nou. Nous sommes alors en 2006.

« Dans mon quar­tier, des gens jouaient à la pé­tanque à cô­té de l’église, se sou­vient­il. J’ai es­sayé et ce­la m’a tout de suite plu. Par la suite, je me suis en­traî­né pe­tit à pe­tit pour es­sayer de m’amé­lio­rer. »

Les mots sont em­preints de mo­des­tie, mais la pro­gres­sion est, elle, ful­gu­rante. En 2011, il est sé­lec­tion­né dans l’équipe na­tio­nale du Bé­nin. Un an plus tard, il rem­porte la Coupe des Na­tions de pé­tanque à Mar­seille. Mais son plus grand fait d’armes res­te­ra le cham­pion­nat du monde 2016 à Ma­da­gas­car où l’équipe du Bé­nin se hisse jus­qu’en fi­nale en éli­mi­nant en de­mi­fi­nales, ex­cu­sez du peu, la sé­lec­tion fran­çaise com­po­sée de Su­chaud, La­croix et Ro­cher. Un ex­ ploit re­ten­tis­sant pour le pe­tit pays d’afrique oc­ci­den­tale.

« Nous avons éli­mi­né la meilleure équipe du mo­ment. Nous avions été un peu dé­pas­sés par les évé­ne­ments. C’était très grand pour moi. Et pour tout le Bé­nin aus­si. Il y avait la fête. Beau­coup de monde nous avait ac­cueillis à l’aé­ro­port. »

Une fi­nale mon­diale en seule­ment dix ans de pra­tique

Un rôle d’am­bas­sa­deur

Une vé­ri­table fier­té pour Ro­nald Bo­tré et ses com­pères. Car, comme tous les Bé­ni­nois, le joueur est par­ti de presque rien. Au Sud du fleuve Ni­ger, les ama­teurs de pé­tanque ne pos­sèdent pas de jeux de boules adé­quats pour pra­ti­quer ce sport. Aus­si, Ro­nald Bo­tré se veut l’am­bas­sa­deur de son pays qui compte à peine 700 li­cen­ciés pour en­vi­ron 11 mil­lions d’ha­bi­tants.

Lors­qu’il par­ti­cipe à de gros évé­ne­ments en France et à tra­vers l’eu­rope, Ro­nald Bo­tré es­saye par tous les moyens de ré­cu­pé­rer des tri­plettes usa­gées pour les en­voyer dans son pays. De ma­nière à ce que les ama­teurs de pé­tanque puissent sim­ple­ment pra­ti­quer ce sport avec des jeux de boules ho­mo­lo­gués.

Grâce à la pé­tanque, Ro­nald Bo­tré a pu voya­ger à tra­vers le globe. Mais le Bé­nin reste gra­vé en lui. Son sou­rire, sa mo­des­tie et sa bonne hu­meur sont trom­peurs… Lors­qu’il s’avance vers le rond pour éli­mi­ner les boules ad­verses, il ne se­rait pas éton­nant qu’il pense se­crè­te­ment et sym­bo­li­que­ment à les ex­pé­dier di­rec­te­ment jus­qu’en Afrique… Il y met en tout cas le coeur, l’adresse et toute la convic­tion né­ces­saire !

PHOTO F. CAMPAGNONI

ADRESSE. Der­rière ce sou­rire et ce regard plein de mo­des­tie, se cache un joueur re­dou­table d’ef­fi­ca­ci­té.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.