Cha­rade, la nos­tal­gie d’une gran­deur pas­sée

Des grands noms et deux cents vé­hi­cules de col­lec­tion. La nos­tal­gie fonc­tion­ne­ra plein pot, le week­end pro­chain, à Cha­rade, pour les 60 ans du cir­cuit au­ver­gnat. La cé­lé­bra­tion d’un âge d’or trop vite ré­vo­lu.

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Reportage - Ra­phaël Ro­chette ra­phael.ro­chette@cen­tre­france.com

Cha­rade, un ha­meau sur les hau­teurs de Royat, sur­plom­bant Cler­mont­fer­rand.

Trois syl­labes qui ont fait le tour du monde, grâce au cir­cuit du même nom, créé en 1958 et de­ve­nu très vite in­con­tour­nable. Quatre Grands Prix de France de For­mule 1 s’y sont dé­rou­lés, entre 1965 et 1972. Cha­rade a aus­si ac­cueilli dix Grands Prix de France mo­tos, jus­qu’en 1974. Puis la gloire s’est éva­nouie, le cir­cuit de mon­tagne au­ver­gnat a connu le dé­clin et la pas­sion a fi­ni par s’émous­ser.

Cha­rade, ce grand en­dor­mi, dont la piste si­nueuse sla­lome entre les cra­tères, va se ré­veiller d’un coup. L’« ir­rup­tion » est pré­vue pour le week­end pro­chain, les 22 et 23 sep­tembre, à l’oc­ca­sion de son 60e an­ni­ver­saire.

Le re­tour des hé­ros

Claude Mi­chy a re­le­vé le chal­lenge. Le Cler­mon­tois, pro­mo­teur du Grand Prix de France mo­tos va pi­lo­ter cette très at­ten­due cé­lé­bra­tion, sous l’ap­pel­la­tion Cha­rade He­roes by Mi­che­lin. Elle lui te­nait à coeur. Ne se­rait­ce parce qu’il a lui­même conduit en mo­no­place sur ce cir­cuit d’« hommes », vé­ri­table to­bog­gan qui a pro­pul­sé la car­rière de tant de pi­lotes. Des hé­ros que Claude Mi­chy et son équipe fe­ront re­ve­nir, à Cha­rade, avec leurs ma­chines. La liste est longue, de cham­pions in­vi­tés et de vé­hi­cules de col­lec­tion.

En tête, for­cé­ment, Ja­ckie Ste­wart, vain­queur en F1 au vo­lant d’une Ma­tra en 1969 et d’une Ty­rell en 1972, au­jourd’hui âgé de 79 ans. Les mo­tards, eux, se­ront contents de re­voir Gia­co­mo Agos­ti­ni (76 ans), quinze fois cham­pion du monde, au gui­don de la tout au­tant lé­gen­daire MV Agus­ta 500.

Ste­wart, Agos­ti­ni, mais aus­si Phil Read, trois fois vain­queur à Cha­rade et éga­le­ment pré­sent le wee­kend pro­chain, ont écrit les plus belles pages de l’his­toire du cir­cuit au­ver­gnat.

Le pre­mier dé­part le 27 juillet 1958

La toute pre­mière est da­tée du 27 juillet 1958, quand est don­né le dé­part des 3 Heures d’au­vergne. Mal­gré d’im­por­tants dé­fis tech­niques à re­le­ver du fait de son fort dé­ni­ve­lé, le cir­cuit long de 8,055 km est construit très ra­pi­de­ment, en un an et de­mi par l’en­tre­prise Cham­bon.

Jean Au­cha­traire en est le père spi­ri­tuel. Une pa­ter­ni­té que l’or­ga­ni­sa­teur de courses, pré­sident de l’asa­ca (As­so­cia­tion Spor­tive de l’au­to­mo­bile­club d’au­vergne), par­tage avec le pi­lote au­to Louis Ro­sier.

Hé­las, l’agent Re­nault n’au­ra pas vu la concré­ti­sa­tion de son pro­jet, puis­qu’un ac­ci­dent sur le cir­cuit de Montl­hé­ry lui coûte la vie, le 29 oc­tobre 1956, à l’âge de 50 ans. Son nom a été don­né au plus cé­lèbre des cin­quante­et­un vi­rages de la piste au­ver­gnate, la courbe pré­cé­dant la ligne d’ar­ri­vée, mais c’est sans le Cler­mon­tois que des pi­lotes roulent donc pour la pre­mière fois à Cha­rade. Un Écos­sais, Innes Ire­land, rem­porte ces 3 Heures inau­gu­rales, au vo­lant d’une Lo­tus MK XI.

« Le plus beau cir­cuit du monde »

Un an plus tard, Ster­ling Moss est conquis lors­qu’il dé­couvre ce tra­cé hy­per sé­lec­tif. « C’est le plus beau cir­cuit du monde », dé­clare le « cham­pion sans cou­ronne », aux seize vic­toires en For­mule 1. Des pa­roles qui font écho, la lé­gende est en marche.

Cha­rade, qui fait tour­ner des For­mule 2, voit son au­ra gran­dir. Les Cler­mon­tois veulent la F1. Pour le vi­sion­naire, Jean Au­cha­traire et son équipe, la con­sé­cra­tion ar­rive le 7 oc­tobre 1964 lorsque l’au­to­mo­bile Club de France at­tri­bue à l’asa­ca le Grand Prix de F1 pour l’an­née sui­vante. Des tra­vaux sont en­tre­pris pour que l’écrin soit à la hau­teur des joyaux qu’il va re­ce­voir.

Le 27 juin 1965, Jim Clark fait triom­pher sa Lo­tus­cli­max et Cha­rade ac­quiert une no­to­rié­té mon­diale. Ste­wart ins­cri­ra son nom au pal­ma­rès, quatre ans plus tard. Au dé­but des an­nées 70, le cir­cuit cler­mon­tois est à son zé­nith. Mais le dé­clin ar­rive très vite, lié aux pro­blèmes de sé­cu­ri­té qui ter­nissent sa re­nom­mée.

Au Grand Cha­rade suc­cède l’ac­tuel cir­cuit, avec un dé­ve­lop­pe­ment am­pu­té de moi­tié en 1988. Tou­te­fois, la lu­mière des Grands Prix n’est ja­mais re­ve­nue illu­mi­ner le cir­cuit de la chaîne des Puys. Cha­rade vit dans le sou­ve­nir de sa gran­deur pas­sée. La nos­tal­gie fe­ra sû­re­ment de Cha­rade He­roes by Mi­che­lin un suc­cès po­pu­laire. Et après ?

CHAM­PION. Ja­ckie Ste­wart, ici à cô­té de la Ma­tra-ford MS80, qu’il a me­née à la vic­toire au Grand Prix de France 1969, re­vien­dra à Cha­rade le week-end pro­chain pour les 60 ans du cir­cuit.

PHOTO PAUL LUTZ

MV AGUS­TA. De re­tour à Cha­rade avec à son gui­don Gia­co­mo Agos­ti­ni en per­sonne. Comme à la grande époque.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.