Jo­han Gas­tien : « Je suis un die­sel »

Le mi­lieu de ter­rain, très en vue contre Auxerre (2­0), monte en puis­sance à Cler­mont

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Sports - Laurent Cal­mut

Om­ni­pré­sent ven­dre­di soir, Jo­han Gas­tien n’a pas ra­té grand-chose lors du suc­cès contre L’AJA (2-0). Après une sai­son dif­fi­cile à Brest, il sa­voure son été cler­mon­tois.

La vic­toire face à Auxerre ré­sulte d’un match maî­tri­sé. Est-ce votre avis ? Oui. On a fait une très belle pre­mière mi­temps, au ni­veau du jeu, et on a été ré­com­pen­sé par un but. Après la pause, on a un peu plus su­bi, mais on a été cos­taud comme on l’est de­puis trois ou quatre matchs. C’est un match ré­fé­rence pour nous.

« On de­vient com­plet »

Sur quoi s’ap­puie l’équipe pour en­chaî­ner un troi­sième suc­cès ? On dé­fend en­semble et je pense qu’on est une équipe dif­fi­cile à bou­ger. On a vu, lors des pre­miers matchs, qu’être épar­pillé se payait cash. On a ap­pris de nos er­reurs, c’est le tra­vail de tout un groupe. On n’a peut­être pas les meilleurs joueurs de Ligue 2, mais on fait par­tie des meilleurs pour ce qui est de la so­li­da­ri­té et de l’en­traide. Mais on n’a pas de marge.

Ce­la fait éga­le­ment quatre matchs que vous n’en­cais­sez

Dé­jà, ça change des sept qu’on a pris en deux matchs, en dé­but de sai­son (dé­faites 4­2 à Niort et 3­2 contre Metz, ndlr). Quatre matchs sans prendre de buts, c’est pas mal en Ligue 2, sur­tout quand on connaît les com­pé­tences des autres équipes. On a quand même joué des gros, donc c’est une bonne chose. Pour ga­gner des matchs dans cette Ligue 2, il faut avant tout être cos­taud dé­fen­si­ve­ment. On de­vient com­plet, mais il faut conti­nuer, ne pas se re­lâ­cher.

D’un point de vue per­son­nel, comment vous sen­tez­vous au sein de l’équipe ? Je re­trouve du temps de jeu, dé­jà. Et à 30 ans, hon­nê­te­ment, ce n’est que du bo­nus. J’adore jouer, même s’il y a de la concur­rence. Mais la sai­son est longue. Il y au­ra be­soin de tout le monde. Je suis content de ce que je fais, et je suis content de l’ac­cueil que j’ai re­çu ici. Je suis « le fils de », donc c’est tou­jours un peu com­pli­qué, mais le groupe m’a très bien ac­cueilli et j’es­saie de lui rendre.

On sent que dans le jeu, vous mon­tez en puis­sance… En dé­but de sai­son, je man­quais de rythme. j’avais be­soin d’en­chaî­ner. Je suis un die­sel en quelque sorte, et j’ai be­soin d’avoir la confiance du groupe et du coach. Il m’a fal­lu deux­trois matchs pour me mettre de­dans, et la ma­chine est lan­cée.

L’équipe de­vient-elle plus am­bi­tieuse ? Il est trop tôt dans ce cham­pion­nat. Mais on es­saie de se pla­cer dans le haut du ta­bleau. Toute équipe est am­bi­tieuse, nous les pre­miers. Mais on n’est pas plus fous que les autres. Avec ce qu’on pro­duit, je pense que les équipes nous craignent. On aime faire peur en tout cas. Mais il faut gar­der les pieds sur terre.

« Je suis

“le fils de”, donc c’est tou­jours un peu com­pli­qué. Mais le groupe m’a très bien ac­cueilli »

Le pro­chain match, à Lo­rient ven­dre­di, s’an­nonce pal­pi­tant… C’est un pe­tit match au som­met, et c’est tou­jours bon de jouer des ren­contres comme ça. Ce se­ra com­pli­qué, mais avec notre dy­na­mique, il n’y a pas de rai­son qu’on ne ra­mène pas un ré­sul­tat.

PHOTO RÉ­MI DUGNE

AVIS. Pour le mi­lieu cler­mon­tois, la vic­toire de ven­dre­di per­met à l’équipe « de se pla­cer dans le haut du ta­bleau ».pas de but…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.