La lutte contre le rat tau­pier s’in­ten­si­fie

Une avan­cée no­table pour le col­lec­tif « Rat le bol, vivre et tra­vailler dans le Mas­sif cen­tral »

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Région - Da­vid Al­li­gnon da­vid.al­li­[email protected]­tre­france.com → Grands pré­da­teurs. Les sta­tuts du col­lec­tif évo­luent et in­tègrent do­ré­na­vant le vau­tour et le loup.

Les ex­pli­ca­tions et la cau­tion scien­ti­fique ap­por­tées par le doc­teur Las­seur per­mettent au col­lec­tif « Rat le bol, vivre et tra­vailler dans le Mas­sif cen­tral » per­mettent d’en­vi­sa­ger la lutte contre le rat tau­pier sous un jour nou­veau.

«On a eu rai­son de ne rien lâ­cher ! » Après trois an­nées d’ef­forts, la pug­na­ci­té des membres du col­lec­tif « Rat le bol, vivre et tra­vailler dans le Mas­sif cen­tral » com­mence à payer. La sa­tis­fac­tion se li­sait sur les vi­sages lors de l’as­sem­blée gé­né­rale qui a eu lieu ré­cem­ment à Al­lanche (Can­tal).

« Ob­te­nir nos propres es­sais »

« C’est une étape im­por­tante. On avance », ré­sume l’un d’eux. Et l’in­ter­ven­tion du doc­teur en toxi­co­lo­gie ani­male, Ro­main Las­seur, n’y est pas étran­gère. Bien au contraire. Pen­dant près de trois heures, le scien­ti­fique, re­con­nu au plan eu­ro­péen pour sa connais­sance des es­pèces in­va­sives et du cam­pa­gnol, n’a pas fait dans la de­mi­me­sure. « Ce­la fait vingt­cinq ans que l’on étu­die le cam­pa­gnol et on ne sait tou­jours pas comment il pul­lule ». Ce que l’on sait à l’in­verse, c’est que le rat est vec­teur de ma­la­dies (no­tam­ment la lep­to­spi­rose due à sa pré­sence dans les ré­serves d’eau…), qu’il co­lo­nise l’éco­sys­tème et le sim­pli­fie. En­fin, le ron­geur cause des dé­gâts ma­jeurs sur les cul­tures, prai­ries et de « 9.000 à 25.000 € de pertes fi­nan­cières pour 70 hec­tares ».

Alors comment or­ga­ni­ser une lutte ef­fi­cace ? « Le phos­phure de zinc est peut­être la so­lu­tion », avance Ro­main Las­seur. Le pro­duit existe. Un la­bo­ra­toire al­le­mand le com­mer­cia­lise sous l’ap­pel­la­tion « Ra­tron® GW ». Le phos­phure de zinc est ho­mo­lo­gué en France de­puis 2017. Pour­tant, le ra­ti­cide n’est pas dis­po­nible de ce cô­té­ci du Rhin.

C’est là qu’in­ter­vient le doc­teur en toxi­co­lo­gie ani­male qui tra­vaille, via son la­bo­ra­toire de re­cherche izi­groupe, avec son ho­mo­logue al­le­mand. « Il faut faire nos propres es­sais pour ob­te­nir une as­sise scien­ti­fique et convaincre les in­dus­triels et les po­li­tiques ».

Pour ce­la, des sen­ti­nelles, au­tre­ment dit des éle­veurs, vont consti­tuer un ré­seau d’ob­ser­va­teurs sur le ter­rain et gé­né­rer des don­nées. Un géo­ré­fé­ren­ce­ment qui pour­rait être com­plé­men­taire à ce­lui de Ve­ta­gro Sup, lan­cé en 2016. Ain­si, la connais­sance de l’état des po­pu­la­tions de cam­pa­gnols et de taupes, sur une zone s’éten­dant du Can­tal à L’avey­ron et jus­qu’au Puyde­dôme, per­met­trait d’ob­te­nir son uti­li­sa­tion « d’ici un an, c’est en­vi­sa­geable », précise Ro­main Las­seur.

Reste à trou­ver des fi­nan­ce­ments. Une so­lu­tion pour­rait être en­vi­sa­gée au ni­veau de la Ré­gion.

SCIEN­TI­FIQUE. « Le phos­phure de zinc est peut-être la so­lu­tion », a ex­pli­qué le doc­teur Ro­main Las­seur lors de la réunion qui s’est dé­rou­lée dans le Can­tal.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.