La val­lée de Chau­de­four d’un autre oeil

■ Un sen­tier de ran­don­née de sept ki­lo­mètres per­met d’al­ler de Ma­zayes à Saint­Pierre­le­Chas­tel

La Montagne (Clermont-Limagne) - - Puy-De-Dôme Loisirs - Es­telle Lé­vêque lo­[email protected]­tre­france.com

Ce sen­tier de ran­don­née tra­cé entre Ma­zayes et Saint-Pierre-le-Chas­tel per­met de dé­cou­vrir la val­lée de Chau­de­four au­tre­ment. Ex­pé­di­tion en­so­leillée cette fois-ci !

Le dé­part se fait de Ma­zayes­les­Basses, pe­tit ha­meau où se trouve la mai­rie qui fait aus­si gîte d’étape. En ef­fet, ce tra­cé de sept ki­lo­mètres em­prunte en par­tie le sen­tier de grande ran­don­née 441. Le ba­li­sage est bleu et l’as­so­cia­tion Ba­li­ran­do l’a clas­sé « dif­fi­cile », je suis prête pour les deux heures.

Une al­ter­nance d’ombre et de lu­mière

Il n’est que 9 h 15, le so­leil ne tape pas en­core trop fort. Les sen­tiers sont agréables, par­fois un peu dé­trem­pés. Je com­mence à prendre un bon rythme. Au­jourd’hui, je ne croise pas grand monde. Ici et là, quelques tou­ristes en vi­site dans le coin, mais rien de plus. Je crois qu’ils se sont tous ar­rê­tés un peu plus bas, au par­king des Goules. Mais au moins, je ne suis pas em­bê­tée. Les sen­tiers sont agréables, tan­tôt om­bra­gés et frais ; tan­tôt lu­mi­neux et en­so­leillés. Je pour­suis mon che­min, je ren­contre quelques agri­cul­teurs. Ils font taire leurs chiens sur mon pas­sage. Je pour­suis et ar­rive au bord de la voie fer­rée. Il faut que j’em­prunte un es­ca­lier pour re­joindre le bourg de Saint­Pier­rele­Chas­tel. Les marches sont de hau­teur dif­fé­rente, je lève bien haut les ge­noux pour évi­ter de tom­ber. Puis les marches dis­pa­raissent et laissent place à une côte plu­tôt abrupte. Je m’ar­rête afin de re­prendre mon souffle et boire un peu d’eau. Je pour­suis mon as­cen­sion, jette un coup d’oeil à mon por­table, j’ai mon­té l’équi­valent de 18 étages. Pas éton­nant que je sois es­souf­flée. Mais j’en vois en­fin le bout ! J’ar­rive au ni­veau de l’église de Saint­Pier­rele­Chas­tel.

Une vue épous­tou­flante

La vue est épous­tou­flante. Ça va­lait le coup de mon­ter. Je prends quelques pho­tos et com­mence à re­des­cendre vers la mai­rie de cette pe­tite com­mu­ ne. Une fa­mille me ta­lonne, un sen­tier d’une heure leur est pro­po­sé et ba­li­sé avec des pattes d’oi­seau. Je les dé­passe et re­trouve le ruis­seau sou­vent in­di­qué sur la feuille de route. Je longe plu­sieurs champs, le so­leil com­mence à se faire plus in­sis­tant mais je suis sur le che­min du re­tour alors je ne m’in­quiète pas. Ar­ri­vée à la der­nière fourche, je me de­mande ce que si­gni­fie conti­nuer tout droit mais une croix bleue m’in­dique quel che­min évi­ter. Alors je pour­suis ma route et me re­trouve aux abords de l’au­berge de Ma­zayes. Je re­con­nais la route par la­quelle j’ai com­men­cé la ran­don­née et re­viens sans dif­fi­cul­té sur le par­king de la mai­rie. Deux heures après, comme conve­nu. ■

PH. D’AR­CHIVES ÉLISE BAIERA

ORIEN­TA­TION. Le tra­cé de sept ki­lo­mètres, qua­li­fié de dif­fi­cile par l’as­so­cia­tion Ba­li­ran­do, em­prunte en par­tie le sen­tier de grande ran­don­née 441.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.