Alice Mo­do­lo, l’hyp­nose des pro­fon­deurs

■ La Cler­mon­toise a bat­tu le re­cord de France, lors de la Ver­ti­cal Blue aux Ba­ha­mas

La Montagne (Clermont-Limagne) - - Sports Auvergne - Luc Bris­son

Mon rêve ? Des­cendre à 100 mètres de pro­fon­deur. Je sais qu’un jour, j’y ar­ri­ve­rai.

Elle tourne dans un clip de Beyon­cé en 2015

Ori­gi­naire de Cler­mont, Alice Mo­do­lo est apnéiste. En juillet der­nier, elle s’est em­pa­rée du re­cord de France, avec une des­cente à 88 mètres.

Res­sen­tir chaque goutte d’eau qui ruis­selle contre le corps, le froid, l’obs­cu­ri­té qui se fait de plus en plus pré­sente. Vivre chaque se­conde, ne pas an­ti­ci­per. Et des­cendre. Tou­jours plus bas. Jus­qu’à 88 mètres. C’était en juillet der­nier aux Ba­ha­mas. Alice Mo­do­lo bat­tait son propre re­cord de France lors de la Ver­ti­cal Blue, le « Wim­ble­don de l’apnée » comme on la sur­nomme. Dix jours de com­pé­ti­tion où les apnéistes peuvent réa­li­ser six des­centes cha­cun. Après un plon­geon à 84 mètres, elle re­tente le len­de­main et des­cend aux 86 mètres. « Je n’avais ja­mais plon­gé deux jours d’af­fi­lée, mais je me sen­tais tel­le­ment bien que c’est pas­sé tout seul ». Avant l’ul­time ten­ta­tive, le der­nier jour, à 88 mètres.

Née en 1984 à Cler­mont, Alice dé­couvre la plon­gée à 13 ans. « Pour faire comme ma soeur qui s’es­sayait à la plon­gée bou­teille. » Trop pe­tite, la jeune fille ob­tient une dé­ro­ga­tion. « Je vou­lais voir ce qu’il y avait au fond. » Mais pour pas­ser le ni­veau 2 de plon­gée bou­teille, il faut avoir 16 ans. Trop long pour Alice qui aban­donne. Elle re­pren­dra à 18 ans. « Je vou­lais vrai­ment trou­ver un sport qui m’aille. Mes pa­rents m’avaient mis au ten­nis, à la danse, au ju­do, mais rien ne me plai­sait vrai­ment. »

Plus vite, plus bas, plus fort

Alice com­mence alors à s’en­traî­ner au club d’ac­ti­vi­tés sub­aqua­tiques de Cha­ma­lières. En pis­cine, avec des bou­teilles. Dans le cou­loir voi­sin, elle dé­couvre le tra­vail des apnéistes. Une ré­vé­la­tion. « J’étais im­pres­sion­né par leurs per­for­mances. Je me suis dit : “Je veux faire ça”. » Alice ne re­met­tra ja­mais de bou­teille. Ses pou­mons fe­ront le tra­vail. Elle s’en­traîne six mois. Suf­fi­sant pour dé­cro­cher une troi­sième place aux cham­pion­nats de France.

Alice fait alors de l’apnée dy­na­mique avec une mo­no­palme. L’ob­jec­tif étant de na­ger la plus grande dis­tance sans res­pi­rer. Elle de­vient cham­pionne de France en 2008 et éta­bli un re­cord de France à 185 mètres, en 2013.

Elle dé­couvre la plon­gée en mer en 2010, à Ville­franche­surMer. « Pour al­ler aux cham­pion­nats du monde, il faut par­ti­ci­per à une épreuve en mer », ex­plique­t­elle. Un saut dans l’in­con­nu. « Je su­bis­sais les élé­ments : les vagues, le cou­rant, l’eau sa­lée. C’était hor­rible, mais j’avais la rage. » Les per­for­mances ne suivent pas im­mé­dia­te­ment. Alice reste blo­quée au cap des 25 mètres de pro­fon­deur. « J’avais peur d’être toute seule au fond ». L’apnéiste Jean­Mi­chel Pra­don lui pro­pose de l’ac­com­pa­gner lors d’une des­cente. C’est un dé­clic. Peu de temps après, Alice Mo­do­lo plonge à 45 mètres de pro­fon­deur.

Les an­nées passent, les per­for­mances pro­gressent, mais l’en­traî­ne­ment reste com­pli­qué. « J’ha­bi­tais loin de la mer. J’al­lais le week­end sur la Côte d’Azur, puis je re­par­tais à Cler­mont. À chaque fois, je de­ vais me ré­ha­bi­tuer à l’en­vi­ron­ne­ment. » En 2013, elle fait le grand saut et part s’ins­tal­ler du cô­té de Nice. L’ef­fet est im­mé­diat. Elle plonge à 81 mètres et fait tom­ber le re­cord de France. Mais l’apnée n’est pas l’unique mo­tif de ce dé­mé­na­ge­ment. Il y a aus­si une rai­son pro­fes­sion­nelle. Car Alice est éga­le­ment den­tiste. Une pro­fes­sion com­mune chez les Mo­do­lo : « Mon père, ma mère, ma soeur sont den­tistes », ri­gole­t­elle. Mais l’in­té­gra­tion est com­pli­quée. Cinq ans de ga­lère pour ins­tal­ ler son ac­ti­vi­té. Cinq ans où elle stoppe com­plè­te­ment l’apnée. Ou presque. En 2015, elle tourne dans le clip de Beyon­cé, « Run­nin », avec l’apnéiste fran­çais Guillaume Né­ry. « Ils cher­chaient une blonde », sou­rit­elle.

En 2018, Alice Mo­do­lo re­prend l’en­traî­ne­ment et la com­pé­ti­tion. Avec un ob­jec­tif : ré­cu­pé­rer le re­cord de France, pous­sé de­puis à 83 mètres. La suite, on la connaît, trois per­for­mances ex­cep­tion­nelles du­rant la Ver­ti­cal Blue, et un re­cord de France de nou­veau en poche. Mais Alice en veut da­van­tage. Elle a un ob­jec­tif ul­time, une bar­rière qu’elle veut dé­pas­ser : les 100 mètres. « C’est mon rêve et je sais qu’un jour, j’y ar­ri­ve­rai. »

En at­ten­dant, Alice per­fec­tionne sa pré­pa­ra­tion. Elle fait du yo­ga, du cross­fit et de l’hyp­nose. « Je re­trouve cet état d’hyp­nose lorsque je plonge. » Avec en ligne de mire, les cham­pion­nats du monde en oc­tobre, à Kas, en Tur­quie. Pour peut­être, des­cendre en­core plus bas. ■

PHO­TO WILLIAM RHAMEY

APNÉE. Alice Mo­do­lo dis­pu­te­ra les cham­pion­nats du monde en oc­tobre pro­chain, en Tur­quie.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.